Démission de C. Azannaï et limogeage de Hêhomey : Talon doit enfin remanier son équipe

Démission de C. Azannaï et limogeage de Hêhomey : Talon doit enfin remanier son équipe

Candide Azannaï, alors ministre délégué auprès du président de la République chargé de la défense a jeté l’éponge en mars dernier. Près de 6 mois après, le chef de l’Etat n’a toujours pas procédé à son remplacement.

4 Mai 2015 – 4Mai 2017: Candide Azannaï retrace l’histoire de son enlèvement manqué

Et contre toute attente, il a également licencié Hervé Hêhomey le lundi dernier de son poste de ministre des infrastructures et des transports. Patrice Talon n’a donc plus d’autre choix que de remanier son équipe ou d’en former une autre pour confirmer les rumeurs qui courent depuis des semaines.

Qu’il vous souvienne que le lundi 27 mars 2017, très tôt, le ministre délégué auprès du président de la République chargé de la défense, Candide Azannaï, a contre toute attente déposé sa démission. De 21 membres au départ, l’équipe gouvernementale a été réduite à 20. Malgré le vide créé par ce départ inattendu, le président de la République n’a jusqu’à cette date pas procédé à son remplacement.

Près de 6 mois après, plus précisément le lundi 18 septembre 2017, Patrice Talon s’est débarrassé d’un de ses proches collaborateurs, le ministre des infrastructures et des transports, Hervé Hêhomey. Son collègue du cadre de vie et du développement durable, José Didier Tonato, a aussitôt été désigné pour assurer son intérim. Cela réduit davantage le nombre de ministres au gouvernement, qui sera pour le moment de 19.

Pour assurer l’efficacité de l’action gouvernementale et après avoir perdu deux de ses éléments et pas des moindres, le chef de l’Etat doit enfin former son deuxième gouvernement, ou tout au moins procéder à un remaniement technique. Mais connaissant le système de fonctionnement de l’actuel locataire de la Marina, on pourrait ne rien remarquer du tout les jours à venir

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 1 mois

    “Tant que les affaires courantes sont évacuées”
    “Averti”, les affaires d’un pays, si pauvre et si petit soit-il, ne sont pas une courante “à évacuer”. Ce n’est pas de la mer…

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 1 mois

    Pas obligé , mais souhaitable , et puis même à quoi celà servirait il au peuple beninois , des piranhas dévoreurs qui vont remplacer d’autres piranhas dévoreurs de l’économie nationale

  • Avatar commentaire
    Averti 1 mois

    Légalement, rien ne l’y oblige à faire un remaniement même si c’est opportun d’en faire un. C’est lui qui a déterminé en toute discrétion les portefeuilles ministériels dont il avait besoin pour exercer le pouvoir. Tant que les affaires courantes sont évacuées, il n’y a pas d’obligation pour lui de remanier.

    • Avatar commentaire
      Amaury 1 mois

      @Averti,

      Vous en avez de bonne vous ! Il a été élu pour faire ”évacuer” les affaires courantes ? Non. Quand ça ne va pas, on remanie le gouvernement pour relancer la machine.
      Actuellement les ministres ne bossent plus et Pata le sait.
      Vivement que le nouveau gouvernement sorte pour qu’on sache où il va.
      Nouveau gouvernement pour une réorientation salutaire de la politique menée !

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 1 mois

        Amaury , vous pensez vous â une réorientation salutaire de politique de ces ruptu.c.ons ? Nous pas