Togo : l’ONU appelle le pouvoir à répondre aux “attentes légitimes” des populations

Togo : l’ONU appelle le pouvoir à répondre aux “attentes légitimes” des populations

Au Togo, la tension est à son comble. Alors que les populations menées par Tipki Atchadam et les autres leaders de l'opposition manifestent depuis plusieurs heures pour demander le départ de Faure Gnassingbé, l'ONU a dépêché un envoyé spécial dans le pays.

Migrants – Méditerranée: 126 personnes portées disparues

Faure doit partir! C’est le slogan que scande bon nombre de togolais dans les rues de Lomé et de plusieurs villes du pays. Face à la tension grandissante, l’Organisation des Nations Unies a décidé de dépêcher son envoyé spécial en Afrique de l’Ouest, Ibn Chambas pour tenter de régler la situation. Dès son arrivée dans le pays, il a rencontré le président Faure Gnassingbé.

Pour rappel, cela fait une cinquantaine d’années que la famille Gnassingbé dirige le Togo d’une main de fer. Après le père, Eyadéma, c’est le fils Faure qui a pris le pouvoir. Face à la colère des milliers de personnes qui manifestent, les forces de l’ordre ont eu du mal à rétablir l’ordre comme à son habitude.

Pour éviter que la situation ne dégénère, l’ONU a donc dépêché son envoyé spécial dans le pays. Tout en appelant au calme, Ibn Chambas a affirmé qu’il était convaincu que les leaders de l’opposition et le pouvoir en place allaient parvenir à un Pour lui, tout doit être fait pour “préserver la paix et la sécurité, qui sont des atouts précieux en Afrique de l’Ouest“. Il a appelé le gouvernement à parvenir à un consensus pour répondre aux attentes légitimes des Togolais.

C’est bien la première fois que l’ONU appelle le pouvoir en place au Togo à répondre aux attentes des populations. Preuve en est que Tikpi Atchadam a, sans laissé paraître déclenché un mouvement fort et unique dans l’histoire du Togo. Toutefois, rien ne laisse croire, pour l’instant que Faure Gnassingbé va accepter de quitter le pouvoir.

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    luke luke 1 semaine

    Hummmm on n’en est mal dans notre pays le Togo,nous souffrons beaucoup dans les mains de ce regime dictatorial et nous aussi nous voulons l’alternance et la démocratie au Togo comme nous les voyons aujourd’hui dans les autres pays á côté et ces pays sont des pays limitrophes du Togo pourkoi nous les gouvernants togolaises nous ne voulons pas faire la mamière ke notre co-pays limitrophe parceke dès ke je suis né je ne connais ke une seule famille au pouvoir c’est-á-dire du père au fils.Et jusk’á 50 ans rien ne change dans notre pays le Togo les gens peuvent me demandé pourkoi je disais ça?la reponse est simple:depuis ke le Togo a eu sa naissance soit disant l’indépendance jusk’aujourd’hui il n’y a ke deux universités l’un á lomé et l’autre á Kara,deux terrains de sports kégué et omisport de lomé,deux résaux togocel et moov etc…….et les activictés aaaaaaah c’est plus pire les vendeurs d’essence au bord de la rue sont devenu des champ de batails pour nos soldats togolais et des hommes á chasser et l’activicté principale des jeunes du Togo c’est zémidja(conducteur du Moto)trop c’est trop Togo debout luttons sans defaillance

  • Avatar commentaire
    La Verite Blaisse 1 semaine

    aucun pays n’est epargne.apres le togo le benin peut aussi demander le depart de talon qui a omn avis ne fait l’unamite. la fievre de l’afrique de l’ouest peut etre.

    • Avatar commentaire

      Tu n’as même pas honte de parler de ce Monsieur ? Laissez le faire ces 5 ans et vous verez la vraie figure du Bénin. De 1960 à 2016, qui des anciens presidents béninois a eu le courage de faire comme lui? Tel le Bénin doit être conduit pour un temps avant d’avoir un vrai changement. Ne permettez plus au soit disant opposant incapable d’agir parce qu’il se voient dans la vérité de vous utiser pour ne pas encouger le Pr à aller plus loin. Ils font tout ça parce qu’ils n’encaisse plus de forte somme du contribuable comme au paravant. Ne mettez plus vos battons dans la roue du Mr. Laissez le faire son travail. C’est pour un temps.

  • Avatar commentaire
    Citoyen 1 semaine

    @Nestor.
    La solution est simple. Repondre aux attdes populations. Le retour à la constitution de 1992, le vote de la diaspora.
    C’est aussi simple. Il faut qu’on finisse avec le dilatoire.

  • Avatar commentaire
    Nestor B. 1 semaine

    Obliger Faure à quitter le pouvoir avant la fin de son mandat est-il démocratique ? On parle de démocratie ou de révolution ? Les togolais veulent des réformes qui permettront l’alternance du pouvoir dans le calme et dans de bonnes conditions pour que le Togo aille de l’avant.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 1 semaine

    Pourquoi accepterait – il de quitter le pouvoir ??? Et l’ordre constitutionnel ?????
    Faure a été élu pour un mandat constitutionnel. Il ira au terme de son mandat et si l’opposition arrive à lui ravir le pouvoir après les élections ; ça prendra date.
    Mais; demander à Faure de quitter le pouvoir sous la pression de la rue, créera un fâcheux précédent en Afrique.
    Qui vous dit que demain ; des manipulateurs ne fassent de même au Benin pour bouter dehors Talon ???
    Prenons garde en sauvegardant la démocratie.

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 1 semaine

      Quitter le pouvoir en abandonnant le peuple togolais à son sort ouvrirait la porte à une bataille rangée entre les pro et ceux qui sont contre le president Faure Eyadema. Une façon de bien faire les choses serait d’organiser un référendum pour savoir quelle décision prendre. Au cas où les togolais ne voudraient plus de leur president, des élections présidentielles permettraient de mettre fin à cette instabilité. Avant ces élections la continuité du pouvoir pourrait être assuré par un groupe désigné par l’ONU après consultation.

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 1 semaine

    La crise financière et économique est un test redoutable pour les pouvoirs en Afrique sous perfusion. Et lorsque la mère nourricière n’en peut plus car en difficulté elle aussi les pays sous son contrôle s’embrasent les uns après les autres. Partout en Afrique de l’Ouest cela va mal et on crie famine. Cela n’a rien d’étonnant car les pouvoirs en place et qui n’ont pas le culte des économies se sont toujours comportés comme des cigales dépensant allègrement l’argent qui aurait dû servir à épargner aux populations cette disette à laquelle elles sont actuellement soumise. La Côte d’Ivoire, la Gambie, le Sénégal sont en ébullition et nul ne sait ce qui se passera dans quelques mois au Benin. Puisse ce qui se passe au Togo servir de leçon à notre Chef d’état.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 2 semaines

    ça craint…
    Même si certains rêvent de régression (coup d’état) comme solution politique, le Bénin lui, semble avoir tourné le dos à cette forme de vie politique violente, dont les décisions s’emportent à l’issue d’affrontements dans les rues.
    Il lui reste (au Bénin) à compléter son système politique avec les verrous constitutionnels, qui protègeront la Nation des excès de toute nature, des dérives et des velléités de pouvoir absolu, d’ambitieux médiocres et dangereux.