Togo : le gouvernement s’explique sur la coupure d’internet et appelle au calme

Togo : le gouvernement s’explique sur la coupure d’internet et appelle au calme

Lors d'une conférence de presse ce mercredi 13 septembre, des officiels représentant le gouvernement togolais ont animé une conférence de presse pour s'expliquer après les premières manifestations et face à la détermination de la population togolaise. 

Répression au Togo : le pouvoir affirme avoir saisi des armes auprès des manifestants

Que pense le gouvernement de la situation dans le pays? La réponse à cette question était très attendue du côté de la population togolaise. Resté quasi-silencieux après les événements violents qui ont secoué le pays (surtout après la répression des manifestants), le gouvernement s’est expliqué notamment sur la coupure d’internet affirmant que cela a été fait pour des raisons sécuritaires

Condoléances et appel au calme

Les deux émissaires du gouvernement ont d’abord présenté leurs condoléances aux familles des victimes avant d’aborder le vif du sujet. Les émissaires ont dénoncé une montée d’appel à la révolte, à l’insurrection affirmant qu’il y’avait des incompréhensions liées à la question des réformes au Togo. Selon eux, lorsque le gouvernement a pris la décision de mettre sur la table de l’Assemblée nationale les projets de réformes, cela aurait dû calmer la population. Ils ont également affirmé que les différentes manifestations ont durement affecté l’économie du Togo, sans dire un mot sur l’impact de la coupure d’internet sur l’économie nationale.

Une fois encore le gouvernement appelle au calme pour permettre aux députés de discuter des réformes de manière paisible et ce dans l’intérêt de la nation.

Quelle sera la suite de la mobilisation?

Cet appel sera t-il entendu? Pas si sûr, car du côté de l’opposition, mais aussi des populations, on craint que cet appel puisse servir de base à la dissolution du mouvement mis en place. Pour rappel, les populations exigent désormais le retour à la constitution de 1992, la limitation des mandats présidentiels, le changement du mode de déroulement de l’élection présidentielle avec l’organisation d’un second tour.

D’après nos dernières informations, le gouvernement semble accepter la plupart des conditions sauf celle qui empêcherait le président Faure Gnassingbé de se présenter une nouvelle fois. Mais les activistes et les populations semblent intraitables sur ce point. De nouvelles manifestations auront lieu dans les prochaines semaines.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 5 jours

    Question de mentalité. On n’arrête pas Internet, on l’utilise. Plutôt que de craindre, il me semble qu’il eut mieux valu, utiliser Internet comme vecteur de communication démocratique direct, pour appeler au calme, faire des propositions et entamer les débats, pour “sentir” l’opinion plutôt que de se ruer – comme souvent en Afrique – sur les gourdins et autres matraques pour régler le problème.

    • Avatar commentaire
      Amaury 5 jours

      Je valide ! Mais allez l’expliquer aux moyenâgeux du Togo.