Bénin : « Le vodoun n’est ni une religion, ni le diable ni le mauvais’’ selon Dodji Amouzouvi

Bénin : « Le vodoun n’est ni une religion, ni le diable ni le mauvais’’ selon Dodji Amouzouvi

Interviewé par la télévision nationale à la faveur de la deuxième édition du festival Arts vodoun célébré à Bruxelles, le professeur Dodji Amouzouvi est revenu sur l’importance du Vodoun, qui est mal apprécié aussi bien par des initiés que par les non-initiés.

Cultures africaines : le prénom, un couteau à double tranchant

Après une conférence au cours de laquelle les valeurs culturelles du vodoun ont été expliquées au public, le professeur Dodji Amouzouvi a apporté un éclairage sur ce que le Vodoun n’est pas.

Ce faisant, il a voulu corriger un temps soit peu les croyances populaires infondées qui assimileraient le Vodoun à une mauvaise chose, ou au diable. Le Vodoun étant une identité culturelle, Dodji Amouzouvi, spécialiste des religions endogènes assure que beaucoup pensent à tort que le vodoun est une religion, qu’il est associé à la peur, au diable et au mauvais.

Un nouveau jour se lève sur le Vodoun

C’est le vœu de Dodji Amouzouvi, pour révéler au monde entier ce qu’est le vodoun, et de replacer les choses dans leur bon ordre. « Le vodoun n’est ni une religion, ni le diable, ni le mauvais. Le vodoun, il est dieu » a-t-il insisté, avant d’ajouter qu’il est la force première. Il n’est pas une divinité. Il avance plus loin que dans son panthéon, le principe premier est également Dieu, père fils et saint esprit. D’où la nécessite de le révéler au monde cette vérité.

Pour rappel, le festival des arts vodoun de Bruxelles est fortement soutenu par le gouvernement de la rupture et du nouveau départ.

Commentaires

Commentaires du site 0