Quel mal y a-t-il pour un peuple à faire confiance au politique ? J’ai espéré pour mes concitoyens un nouveau départ, une autre manière de faire de la politique. Mais hélas ! A peine ont-ils espéré qu’ils doivent désespérer. Ce qui se fait là, n’est pas la rupture. Il existe des signes d’inquiétudes, de grandes inquiétudes au plan politique et économique. Et si rien n’est fait, ce sera la dictature, peut-être celle du développement comme l’avait préconisé l’autre. Sans comédie intellectuelle, le régime de la vengeance s’est installé. Oui, les mal aisés me diront sans ambages que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possible.

J’ai mal, profondément mal pour mon pays et parfois l’incertitude du lendemain me laisse perplexe. Pour une fois dans l’histoire du Bénin, les érudits et les Hommes relativement vertueux ont souhaité un mieux-être pour mon pays. Mais la grande masse ne s’était pas très tôt rendu compte de la dynastie de vautours qui allait s’installer au sommet de l’Etat. Les conflits d’intérêts, le népotisme, et à des proportions plus ou moins grandes, la vengeance et la dictature se rencontrent au sommet de l’Etat.

La vassalisation de l’assemblée Nationale transforme la démocratie en une monarchie, où l’exécutif initie et contrôle l’exécutif. Et tout ça se fait en complicité  avec quelques philosophes de la nouvelle conscience. Le chef garagiste, mécanicien en chef, complice d’achat de mauvaises pièces et de mauvaise presse, bouffe au banquet de la ruse et de la rage. Il va s’en dire qu’aucun politique ne pense jamais ce qu’il dit, mais dit ce qu’il faut dans le lieu et le temps indiqué.

Monsieur le président, votre gestion au sommet de l’Etat génère des frustrations et c’est de là que peut naitre la guerre. Le doute ne rend pas fou, c’est la certitude qui le détermine. Votre certitude est votre véritable handicap. La malice, l’intelligence d’un homme peut donner de la visibilité à ses potentialités, mais ne peut prendre toute son humanité. Un homme rendu fort par un pouvoir sans un minimum d’humilité le perd. Votre peuple est affamé, délaissé par vos soins. Un président qui ne parle pas à son peuple est comme la fontaine qui a tari. Je ne m’explique pas votre refus délibéré de dialogue sincère avec les acteurs du secteur de la santé.

M. le président, il est de votre intérêt comme on le dit au quartier, que vous mettiez la balle à terre et assumiez la fonction présidentielle dans toute sa plénitude. Car lorsque l’on a soi-même dit : « je suis prêt et maintenant  », c’est que l’on est conscient de la difficulté à être impartial, président de tous. On m’a dit que l’autruche arbore assez de plumes, mais depuis lors je n’ai pas encore vu ce sage oiseau prendre son essor. Vous convenez avec moi que pour l’instant rien n’a bougé et que votre miracle est désormais loin. Mais je sais que vous êtes tellement fier et jaloux de votre image, que vous ne nous laisserez pas échouer. Nous croyons profondément que faute heureuse nous valu le salut.

M. le président, tous vos concitoyens s’étaient émus de votre respect envers leur modeste personne, lors de votre communiqué qui signifiait votre départ du pays. Mais chose curieuse, le mensonge et l’opacité que vos collaborateurs entretiennent autour de votre agenda, exposent à la face du monde le désert de compétence dont vous aviez vous-même fait cas il y a peu. Ce sont les ‘’ruptur-riens’’, rien à y voir circulez ! Si j’ai mal parlé, montrez ce que j’ai dit de mal. Mais si j’ai bien parlé, pourquoi me blâmez-vous ?

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. Oui, la pègre a tellement nui à Yayi au point où son peuple à qui il a tellement fait du bien, s’est dressé contre lui. La pègre a réussi à manipuler les politiciens, les syndicalistes que dis-je? même la société dite civile au point où Yayi le bienfaiteur, le respectueux du peuple, a été vilipendé et même vomi. Et puisqu’il avait raison sur toute la ligne, eh bien voilà aujourd’hui Dieu et la nature qui assurent sa vengeance. La fin de nos misères n’est pas pour demain, la preuve, la pègre veut maintenant 10 ans. Ceux qui veulent que le pouvoir vienne au Sud doivent accepter PIAN. Pas de jérémiades!

  2. L’oiseau à du plomb dans l’aile. Il ne vole pas encore. Il est aussi légitime de se poser la question de savoir si rupture il y a vraiment ? A voir les têtes comme PIC, ABT etc qui sont silencieux tels qu’ ils le fuent sous Yabo quand le peuple criait, il y a de quoi ne pas remettre sa vie entre les mains des politiques.

  3. Dénoncer les actes de ceux pour lesquels on a voté, c’est assumer.

    Mais au fait, quelqu’un a t-il vu l’ancien (Kodjo ATAKOUN)

  4. mr..odilon..!!

    Je suis désolé de vous dire…que votre gymnastique intellectuel…ne casse pas des briques..et en plus on a entendu de plus percutant

    Un intellectuel…doit etre un éclaireur du peuple par son opinion,ses prises de positions,ses ecrits et sa posture..

    Quitte meme..à aller..contre sa propre personne,ses choix idiologiques..si l’interet de peuple est en cause..

    Pourquoi n’avez pas..mis en garde..ce peuple beninois avant et au moment du choix…que vous considéré..aujourdhui..comme une mésaventure..

    Ou étiez vous lors des débats et des campagnes…?

    Vous aviez consumés..par votre anti yayyisme..primaire…et aviez conduit ce peuple dans le mauvais choix

    Comme les syndicalistes,les communistes…et les politiciens traites..rattrapés par les faits..et le remord….et aussi parce que votre conscience…vous empechent de dormir…vous venez nous raconter des histoires

    Et pourtant…petits forumistes…que nous sommes…nous avons…comme yayi averti l’ensemble des beninois….que le choix de talon n’était pas pertinent…vu la nature de l’homme et son parcours

    Maintenant nous vous demandons d’assumer…ou pire des cas…pendez vous…et on en parle plus

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom