Depuis l’avènement de la rupture et du nouveau départ, celui que beaucoup de citoyens appellent ‘’cousin’’ du chef de l’Etat se retrouve dans un grand rôle. L’honorable Orden Alladatin, pour ne pas le nommer, député du parti Alternative citoyenne, ne manque pas d’occasion pour encenser la gouvernance politique de son leader, président de la République. A tort ou à raison ?

L’exercice est facile pour celui qui incarne les idéaux de la rupture. C’est un atout pour ce membre influent du parti Alternative citoyenne, un parti politique très proche du chef de l’Etat, de qualifier la gestion de son mentor. En effet, le député de la septième législature, Orden Alladatin, très adulé des siens, ne perd pas son latin lorsqu’il parle des actions du chef de l’Etat dans un ton d’homme révolutionnaire.

L’émission radiophonique dénommée forum politique sur Capp fm ce lundi, était l’occasion pour He Orden Alladatin de rappeler l’utilité des actions de gouvernance du président Talon, reléguant au second rang les préoccupations des populations béninoises. Il n’est pas question pour lui de verser dans des polémiques. Il n’entend pas donner caution aux critiques sans fondement, selon lui, sur la gestion de Patrice Talon. « La gouvernance Talon est décriée par qui ? », s’est-il demandé, répondant aux questions du journaliste. Et d’ironiser : « Quand vous avez votre chien qui a son os, tentez de le lui arracher, ça va grogner. Le chien ne va pas se laisser faire facilement ». D’après Orden Alladatin, « Patrice Talon a pris le pouvoir et tout fonctionne normalement avec de l’ordre dans la gestion publique ».

Mais, il est des évidences qu’on ne peut passer sous silence. Tous les citoyens s’accordent à reconnaître les difficultés actuelles, avec pour conséquences l’accès difficile à l’alimentation, l’amenuisement du pouvoir d’achat, la mévente dans les marchés, ‘’l’appauvrissement stratégique’’ des opérateurs économiques, la mise au chômage des travailleurs, le vote de lois au mépris des intérêts des travailleurs, la caporalisation des secteurs économiques, l’augmentation anarchique des taxes d’impôt dans les lois de finance, contraignant certaines entreprises à fermer leurs baraques, ‘’la vassalisation’’ du parlement, la loi sur l’embauche qui contraste avec la rareté d’emploi au Bénin… Le député estime qu’il n’y a pas péril en la demeure : « Ceux qui meurent de faim dites leur de continuer à faire des efforts pour ne pas trépasser… Tout ne peut pas être bon, je refuse qu’on dise en l’air que ça ne va pas… ».

Pas de mauvaise gouvernance sous la rupture

« Moi je vous certifie que nous ne sommes pas dans la mauvaise gouvernance », a indiqué le député selon qui le Bénin a un gouvernement responsable qui prend des mesures hardies à l’endroit de son peuple. Il n’est plus question de dire que ça va mal, mais c’est dur. L’honorable Alladatin ne s’accorde pas avec les revendications du Front pour le sursaut patriotique relatives à l’organisation des états généraux du peuple.

« Pourquoi ceux qui ont perdu les élections versent dans l’anarchie au lieu de faire la veille. Je ne suis pas le chef de l’Etat, mais si c’est moi, c’est une fin de non recevoir. La voie est tracée par celui qui a pris le pouvoir », a rétorqué le député.

Les états généraux revendiqués par le front se feront aux élections à en croire He Alladatin, qui se demande : « pourquoi ceux qui ont échoué aux élections veulent semer de désordre » ?

Le Ravip et son intérêt

Le Recensement initial à vocation d’identification de la population (Ravip) est d’un intérêt capital. Des explications de l’honorable, l’implication des députés a été d’une importance capitale pour qu’on associe les élus du peuple au processus. Dans le Ravip, le politique n’est pas là pour supplanter les acteurs techniques, a rassuré l’honorable Alladatin, mais pour superviser et pour faire du lobbying. Les débats évoluent à tout vent sur cet instrument dont l’intention des initiateurs n’est pas encore connue. Mais déjà, le député Alladatin indique : « Le Ravip n’est pas un instrument pour les élections, mais on pourrait en extraire la liste électorale »

Voir les commentaires

5 Commentaires

  1. Donc les contrats gré à gré, le retour de l’AIC, du PVI, dans les conditions scandaleuses, les décaissements des fonds publics sans aucun respect de l’autodidaxie des finances publiques, la renaissance miraculeuse de l’empire financier de Patrice TALON, tout ça c’est des imaginations???

    Qu’on aime Patrice TALON ou pas, s’il fait bien pourquoi ne pas le reconnaître???

    Sommes nous des sourds et des aveugles vous croyez???
    Tout ce qui se passe dans le pays se sait!!!

    Cette une calamité, la gestion de Patrice TALON.

  2. M. Alladatin a parfaitement raison. Les opposants d’aujourdhui, maîtres du pouvoir d’hier, versent dans l’intoxication et la désinformation. J’enrage quand je vois des gens comme Djènontin s’épancher sous prétexte de défendre le peuple alors que c’est Yayi Boni et ses évangéliques qui ont affamé ce peuple avec le scandale sans nom des ICC. Et ça, les gens commencent à l’oublier…Et les autres scandales et éléphants blancs qui ont contribué à assécher les capacités financières de l’Etat en matière d’impulsion de l’activité économique…D’où la nécessité d’impulser des réformes indispensables au décollage de notre pays englué dans la stagnation et la morosité…..Plus personne pour produire du maîs et du manioc dans nos villages.!!!!!..Tous les bras valides sont en train de faire zémidjan à Cotonou et on se plaint de manquer de vivre…Zémindjans mamn convoyés et payés pour assister au meeting du FSP..!!!!! On aura tout vu dans ce pays, décidément maudit….

  3. Il ne peut dire que cela. La bouge qui mange ne critique pas. Voilà des gesn qui se moque du peuple ne les comparant à un ch.i.e.n, des parvenus qui ont perdu le sens de l’objectivité. Le peuple a le dernier mot.

    • Le peuple aura vraiment le dernier mot, s’il n’oublie pas, au dernier moment, les torts et les injustices qui lui sont causés.

      Parmi les injustes envers le peuple, il y a tous ceux qui appellent à soutenir des actions pourtant décriées et arbitraires.

      Les fossoyeurs du pays compteront sur l’amnésie de la population grâce à des “cadeaux” qu’ils leur feront.

      Est ce de ces cadeaux que le pays a besoin?

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom