Justice au Bénin : L’Unstb soutient les grévistes et lance un appel au gouvernement

Justice au Bénin : L’Unstb soutient les grévistes et lance un appel au gouvernement

L’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb), supporte la motion de grève d’avertissement déclenchée par les syndicats de la justice, dont le Syntrajab.

Bénin – Gestion de la Sitex et la Cbt : le gouvernement demande du temps pour s’expliquer

Selon le Secrétaire Général de cette centrale syndicale qui a fait une déclaration à cet effet, malgré les appels de ces partenaires sociaux à l’endroit du garde des sceaux Joseph Djogbénou, de nombreuses violations des textes continuent d’être enregistrées dans le secteur, et mettent à mal son indépendance.

Il s’agit entre autres de la nomination des greffiers en chef en méconnaissance du décret N°2015-180 du 13 Avril 2015, et de l’absence du cadre sectoriel du dialogue social. Emmanuel Zounon invite Joseph Djogbénou à entamer incessamment le dialogue avec les syndicats. (Lire ici la déclaration complète).

Déclaration de presse

Le peuple béninois dans une large majorité et à la quête d’un bien-être social a, à tort ou à raison, lors des élections présidentielles de 2016, opté pour la rupture caractérisée par l’élection du Président Patrice TALON.

Mais au lendemain de la prestation de serment du Chef de l’Etat, l’UNSTB a noté la malice dans les premières actions du Gouvernement et a très tôt tiré la sonnette d’alarme au sortir de sa conférence des Secrétaires Généraux du mercredi 27 mai 2016 en faisant une déclaration publique largement relayée par la presse et à l’occasion des cent (100) premiers jours du régime du nouveau départ où elle a passé à la loupe les actions du Gouvernement. Il ressort déjà de ces différentes sorties de l’UNSTB que le dialogue social était le dernier souci du régime du nouveau départ.

Et il ne pouvait en être autrement lorsque c’est la grande bourgeoisie comprodore détenant le pouvoir économique qui s’offre le pouvoir politique.

Les jours, les semaines et les mois qui ont suivi ont confirmé les craintes et les doutes de l’UNSTB. Car, ce sont les actions liberticides, de licenciement massif, de privatisation sauvage, de la remise en cause des acquis de hautes luttes, de déguerpissement inhumain… qui sont devenues le lot quotidien du peuple béninois.

Evoluant dans la voie tracée par le Gouvernement de la ploutocratie, le loup qui s’était fait passer pour l’agneau dans la bergerie de la société civile et bombardé Garde des Sceaux s’est cru tout permis. Ainsi, il n’a jamais voulu avoir un dialogue social sincère avec les partenaires sociaux. Pour preuve, Depuis vingt mois il n’a pas mis en place le cadre sectoriel du dialogue social, gage de la paix et de la quiétude dont a besoin la justice, qu’il annonce publiquement dès qu’il est en présence des caméras et micros.

Dans une démarche pacifique, les partenaires sociaux notamment le SYNTRAJAB, notre affilié, a, à chaque fois, appelé l’attention du Garde des Sceaux sur les problèmes de la maison avec des approches de solutions. Mais ce dernier a toujours ignoré les nobles et justes propositions qui lui sont faites en aggravant la situation dénoncée.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la nomination des greffiers en chef en méconnaissance du décret n°2015-180 du 13 avril 2015 portant modalités de nomination des greffiers en chef et de leurs assistants en République du Bénin et du plan de carrière des corps des greffiers et des officiers de justice. Il est inconcevable qu’à la suite d’une procédure d’appel à candidatures que les gens soient nommés à des postes auxquels ils n’ont pas postulé, des personnes plus gradées soient placées sous leurs jeunes collègues moins gradées.

L’autre paradoxe est que le Ministre choisit d’appliquer le décret ci-dessus mais sélectionne les aspects qui l’arrangent ignorant volontairement les dispositions de l’article 6 dudit décret qui doit contribuer à la motivation des greffiers et officiers de justice nommés greffiers en chef ou assistants de greffier en chef.

La liste des incongruités est longue.

C’est donc au regard de toutes ces violations qui ne garantissent pas l’indépendance qui doit caractériser le pouvoir judiciaire que l’UNSTB par la présente déclaration apporte son soutien indéfectible et sans faille à la motion conjointe de grève d’avertissement déclenchée par les partenaires sociaux de la justice et dont son affilié le SYNTRAJAB est signataire.

Par ailleurs, l’UNSTB invite le Garde des Sceaux à rentrer sans délai en négociation avec les responsables syndicaux pour que la paix revienne dans la maison justice.

Autrement, il rencontrera l’UNSTB sur son chemin.

Vive le SYNTRAJAB !!!!!
Vive l’UNSTB !!!!
Je vous remercie.
Cotonou, le 18 octobre 2017
Le Secrétaire Général
Emmanuel ZOUNON

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Gont Gont Il y a 1 année

    “Et il ne pouvait en être autrement lorsque c’est la grande bourgeoisie comprodore détenant le pouvoir économique qui s’offre le pouvoir politique”.

    Les béninois devraient s’y attendre. Tant pis pour nous.

    Arrêtez de vous plaindre et au boulot. Assumons nos choix.

  • Avatar commentaire
    Akindès Il y a 1 année

    On retrouve ici une certaine pondération qui ne peut que faire l’honneur de la Centrale.