Soutien au Ravip : Anselme Amoussou tacle ses détracteurs et donne des explications

Soutien au Ravip : Anselme Amoussou tacle ses détracteurs et donne des explications

Le secrétaire général de la confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin) Anselme Amoussou était l’invité de l’émission « Forum de la matinée » de la Béninoise Tv. Il s’est prononcé sur le Ravip, pour lequel il est traité de tous les noms d’oiseau dans la presse locale.

Marche des syndicats au Bénin : Toboula prend acte mais modifie l’itinéraire initial

Au détour de cette entrevue de moins d’une quinzaine de minutes, l’acteur syndical a taclé ceux qui pensent et ventilent qu’il serait un vendu qui accompagne le Recensement Administratif à Vocation d’Identification de la population (Ravip).

« S’il était convenablement mis en œuvre, le Ravip pourrait permettre le développement » rappelle le secrétaire général, qui a invité les uns et les autres à tenir compte du “verbe au conditionnel” qu’il a utilisé dans sa déclaration.

La marche du 20 octobre dernier n’était pas contre le Ravip

Contrairement à ce qui est distillé dans l’opinion, la marche du 20 octobre 2017 n’était pas dirigée contre le Ravip, mais plutôt de l’arrestation illégale du capitaine Trèkpo, de la vie chère, des réformes suicidaires, de la gouvernance froide, des questions de liberté et d’autres préoccupations qui sont utiles pour les travailleurs.

« Lorsque vous êtes dans l’action syndicale, vous pouvez avoir vos préférences politiques, mais vous devez éviter d’être partisan » relève Anselme Amoussou, qui refuse que la bourse du travail serve de tremplin à ceux qui ont des comptes politiques à régler.

D’un autre côté, il souligne qu’en toute objectivité on peut comprendre les craintes des uns et des autres. Notamment sur l’opérateur technique du Ravip, Safran. Il soutient que des gens sont contre la manière de faire le Ravip.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Jean 3 semaines

    Lorsque politique et syndicalistes s’associent, la confuconfusion s’installe.
    Merci Anselme Amoussou.