Sit in au ministère de l’enseignement secondaire: Baptême de feu pour Kakpo Mahugnon ?

Sit in au ministère de l’enseignement secondaire: Baptême de feu pour Kakpo Mahugnon ?

Les enseignants du secondaire, détenteurs de diplômes professionnels ont donné de la voix dans la matinée de ce lundi 30 octobre 2017 pour fustiger un certain nombre de choses.

Bénin: Les enseignants contractuels du secondaire passent à 72 heures de grève

Premier sit in après le remaniement ministériel du vendredi dernier, ces enseignants agents contractuels de l’Etat ont crié leur ras-le-bol pour protester contre la gestion de l’ancien ministre Lucien Kokou qui a passé 18 mois à la tête de ce ministère. Le secteur de l’éducation ne se porte pas bien selon les manifestants.

Pour le représentant des enseignants, à défaut de reconnaître leurs diplômes à partir de la date d’obtention, il faut la prise des actes jurisprudentiels de reclassement et d’avancement d’échelon en considérant leurs diplômes professionnels à partir du 1er janvier 2012. A cela, il ajoute la résolution sans délai de la situation objet du présent sit in et un plan de carrière au ministère de l’enseignement secondaire. Depuis plus de dix ans, ils sont sur le même salaire. Car l’autorité n’a pas pris en compte leurs diplômes.

Par ailleurs, il faut dire qu’en lieu et place du ministre qui passait service, la motion des enseignants manifestant a été reçue par le chargé des affaires sociales du ministère. Il a fait savoir que c’est une situation qui préoccupe tout le monde. C’est une injustice de ne pas reconnaître un diplôme pour lequel on fait travailler les enseignants. Ce dernier a reconnu que le ministre de l’enseignement secondaire ne peut à lui seul régler le problème, il faut le concours du ministre de la fonction publique et celui des finances. Ces enseignants promettent des actions d’envergure si rien n’est fait pour la satisfaction des revendications.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 semaines

    Au moins le nom de ce ministre est ce que doit être les noms au Bénin. dépourvu de toute connotation étrangère:

    Kakpo Mahugnon.