Affaire Didier Ollé-Nicolle : Le Bénin a payé sa “rançon”

Affaire Didier Ollé-Nicolle : Le Bénin a payé sa “rançon”

Ce lundi 31 octobre 2017, le président du bureau transitoire et consensuel de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharafou, a annoncé que

Bénin : La Frmf offre 1000 ballons à la Fbf

Ce lundi 31 octobre 2017, le président du bureau transitoire et consensuel de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharafou, a annoncé que le Bénin vient de payer la somme due à Ollé-Nicolle. Avec le licenciement abusif de l’ancien sélectionneur du Bénin, Didier Ollé-Nicolle, le Bénin était astreint à payer 136,143 millions.

« Le gouvernement de mon pays vient de nous surprendre agréablement. L’affaire Didier Ollé-Nicolle est désormais conjuguée au passé », s’est fondu Anjorin Moucharafou, président du Bureau transitoire et consensuel de la FBF, ce lundi 31 octobre 2017 à l’issue d’un point de presse. Il a indiqué que, informé de l’affaire il y a 30 jours environs, le gouvernement béninois par son président Patrice Talon et son ministre de la Culture, des loisirs et sports Oswald Homéky, vient de soulager la FBF et tous le peuple.

L’affaire Ollé-Nicolle est issue de la rupture unilatérale du contrat de l’ancien entraineur des Ecureuils du Bénin par l’ancien ministre des sports Safiou Idrissou Affo, et l’ancien directeur du Fonds national pour le développement des activités de jeunesse, de sport et de loisir, El Farouck  Soumanou. L’affaire a été portée devant la Fifa par le français Didier Ollé-Nicolle pour motif de rupture abusive de contrat et de salaires non payés. Le technicien français a exigé de la FBF le paiement du solde de ses deux ans de contrat au titre de rupture abusive (une amende de 13.000 euros + le versement des deux ans de contrat au titre de rupture abusive, ce qui selon des informations fait près 113 millions).

La Fifa avait donné un délai de trente jours (à compter du jeudi 3 août 2017), faute de quoi le Bénin serait exclu de toutes ses compétitions à venir… Une décision à prendre le 02 décembre 2017, normalement.

Le gouvernement sauve le Bénin

Si rien n’était fait par la partie béninoise, l’équipe nationale du Bénin aurait été disqualifiée des Éliminatoires de la CAN 2019. Conséquences, les Ecureuils du Bénin n’allaient pas effectuer le déplacement de Lomé en mars 2018, pour le compte de la deuxième journée de ces éliminatoires.

« C’est ainsi pour permettre de continuer et de réaliser notre plan, pour qu’en mars 2018 nous puissions conduire l’équipe nationale au Togo et de mieux sécuriser notre qualification pour la CAN 2019. C’est donc pour honorer cette rencontre que le gouvernement a procédé au paiement de 136,143 millions à la commission de discipline », a informé Anjorin Moucharafou.

Il a précisé que tous les documents ont été envoyés au secrétaire général de la Fifa, à la commission de discipline de la Fifa, à l’avocat de Didier Ollé Nicolle, au secrétaire général de la Caf, avec copie au ministre du Tourisme, de la culture et des sports, Oswald Homéky.

Le Bénin paie pour l’amateurisme de Safiou Affo et El Farouck

Une fois encore le Bénin paie le prix fort à cause de l’incompétence, l’amateurisme et surtout les intérêts égoïstes des responsables de l’ancien régime. Tout est arrivé à cause

de la guéguerre entre l’ancien ministre des sport Safiou Affo et l’ancien bureau exécutif de la Fbf dirigé par Augustin Ahouanvoébla. Alors, Safiou Affo et l’ancien directeur du Fond national pour le développement des activités de jeunesse, des sports et des loisirs El Farouck Soumanou, ont décidé de rompre unilatéralement le contrat de Didier Ollé-Nicolle, le technicien français recruté par Ahouanvoébla. Ils n’ont pas jugé nécessaire d’appeler le français pour trouver un terrain d’entente afin de résilier de commun accord le contrat. Obnubilés par l’idée de marquer le coup à un président de la Fbf (Augustin Ahouanvoébla), ils ont étalé leurs incompétences en la matière et leur méconnaissance de l’histoire du football béninois. Car, le Bénin a déjà subi des cas pareils et a toujours été contraint de payer la rançon. Mais comme ce n’est ni des poches de Safiou Affo ni de Farouck Soumanou que doit sortir l’argent pour payer les dommages et intérêts de l’entraineur, ils ont fait dans leur amateurisme habituel. Et aujourd’hui, ils ne sont même pas inquiétés. C’est plutôt le contribuable béninois qu’on éprouve financièrement pour payer ce que le Bénin doit à Ollé-Nicolle. C’est ça l’héritage que laissent ces deux anciens responsables au peuple Béninois.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Chrystelle Il y a 11 mois

    Voilà ce que les compétences du gouvernement de Yayi!
    et les vouvouzélas du forum diront que il est bon et que le truand c’est l’autre

    N’importe quoi oui