Bénin : La Fao pour une agriculture de résilience intelligente

Bénin : La Fao pour une agriculture de résilience intelligente

Les menaces du changement climatique sur la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest ne laissent personne indifférent. Face à cette situation, la Fao a mis en œuvre en 2015 le projet

Bénin : Pour le consensus autour du Recensement national de l’agriculture

‘’Soutenir la transition vers une agriculture et des systèmes alimentaires intelligents face au climat’’, c’est le nom du projet. Les pays bénéficiaires de ce projet dont le Bénin, sont depuis hier mercredi 22 novembre 2017, au Sun Beach hôtel de Cotonou, en atelier régional de partage des résultats et connaissances sur ledit projet.

«Aucune paix ne sera possible sans instaurer la sécurité alimentaire et éliminer la faim, et aucune nourriture ne sera disponible si nous n’affrontons pas le changement climatique ». Cette déclaration du directeur général de la Fao rapportée par le représentant résident de la Fao au Bénin, montre bien l’intérêt du projet ‘’Soutenir la transition vers une agriculture et des systèmes alimentaires intelligents, face au climat’’. En effet, mis en œuvre depuis 2015 par cette organisation internationale chargée de l’alimentation et l’agriculture, ledit projet n’est pas sans conséquences sur la politique agricole au Bénin.

Des avancées notables du projet au Bénin

Ce projet a permis de renforcer les capacités des cadres du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, sur la prise en compte de la problématique des changements climatiques dans le processus de planification du Plan national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (Pniasan 2017-2021). Il a aussi contribué à la formulation de la note conceptuelle du projet relative à l’amélioration de la capacité d’adaptation et de la vulnérabilité aux changements climatiques des communautés rurales du bassin de l’Ouémé. Pour partager les informations et connaissances recueillies lors de la mise en œuvre du projet dans certains pays d’Afrique, la Fao organise depuis hier mercredi 22 novembre 2017 au Sun Beach hôtel de Cotonou, un atelier régional. C’est d’ailleurs ce qu’a souligné Yo Tiémoko, représentant résident de la Fao au Bénin, dans son discours de bienvenue : « La Fao considère le changement climatique comme une priorité absolue de son programme, comme en témoigne sa stratégie relative au changement climatique adoptée en juillet 2017 à Rome ». Pour y parvenir poursuit-il, la fao compte agir sur trois axes.

Trois axes prioritaires de la Fao pour une Aic

Primo, renforcer les capacités institutionnelles et techniques des Etats membres. Deusio, améliorer l’intégration de la sécurité alimentaire et de l’agriculture dans l’agenda international sur le climat. Tertio, renforcer la coordination interne et l’efficacité des prestations de la Fao. A l’en croire, cette stratégie traduit le mandat central de la Fao dans le but d’aider ses Etats membres à concrétiser leurs engagements face au changement climatique. Les résultats issus de ces travaux indique le représentant résident, serviront de base pour une mise en œuvre à l’échelle plus poussée des pratiques adaptées en lien avec la stratégie de la Fao.

Abondant dans son sens, Innocent Togbla le secrétaire général du Maep, a rappelé les bienfaits de ce projet avant de faire observer que les changements climatiques constituent une sérieuse menace pour l’Afrique de l’Ouest. Avec l’approche ‘’Agriculture intelligente face au climat’’ soutient le Sg, 25 millions de petits agriculteurs pourront d’ici 2025 adopter le projet. Tout en leur souhaitant de fructueux travaux avant de lancer les travaux de l’atelier, il a invité les uns et les autres à saisir cette occasion pour renforcer leurs compétences, afin de promouvoir l’Aic, notamment au Bénin.

Trois jours durant, les différents points focaux de ce projet échangeront afin d’identifier les contraintes, les opportunités et les besoins liés à l’approche ‘’Agriculture intelligente face au climat’’ (Aic), mise en place dans le cadre de ce projet dans la sous-région. L’atelier prendra fin demain vendredi

Commentaires

Commentaires du site 0