Secteur de la santé : Agbossou salue le terrain d’entente trouvé entre les deux parties

Secteur de la santé : Agbossou salue le terrain d’entente trouvé entre les deux parties

Le dénouement de la crise dans le secteur de la santé intervenu le samedi 11 novembre dernier, suite à la rencontre du chef du chef de l’Etat avec les syndicats de la santé, n’a pas encore fini de susciter des réactions.

Bénin: Daniel Edah affirme son opposition à Talon

Le dimanche 26 novembre 2017, Théophile Agbossou administrateur et gestionnaire des entreprises et projets, est revenu largement sur le sujet dans l’émission ‘’Carte sur table’’ de la radio Océan Fm.

Si Théophile Agbossou a bien salué le dénouement de la crise par le président de la république avec les syndicats, il n’a pas manqué de relever les maux qui rendent malade le secteur de la santé au Bénin. Quoique opposé au départ à l’initiative de la rencontre du chef de l’Etat avec les syndicats de la santé, Théophile Agbossou administrateur et gestionnaire d’entreprises et de projets, est finalement comblé du dénouement de la crise dans ce  secteur sensible, après deux mois environs de paralysie. Il l’a fait savoir hier lors de son passage sur l’émission ‘’Carte sur table’’ de la radio Océan Fm.

« Au départ, personnellement je n’étais pas d’accord pour cette rencontre du chef de l’Etat avec les syndicats de la santé. Mais après j’ai apprécié la manière dont le président les a rencontrés et a pu régler les problèmes du secteur avec eux », s’est-il réjoui.

Théophile Agbossou a saisi l’occasion pour exprimer sa position par rapport à l’instauration de l’affermage par le gouvernement. Pour lui, l’affermage des centres de santé c’est-à-dire « la contractualisation du privé avec le public pour bien gérer les hôpitaux n’est pas une mauvaise chose ». Pour convaincre les journalistes et les auditeurs de son point de vue, il a appris l’exemple de l’hôpital de Mènontin qui, dit-il, « depuis sa création en 1998 par feu président Général Mathieu Kérékou, a été toujours géré par une association et l’Etat ».

Il soutient que cet hôpital de Mènontin  fait partie des hôpitaux les mieux gérés aujourd’hui au Bénin, et qu’on n’a pas à s’inquiéter de ce que le système d’affermage sera source de risques pour le secteur de la santé comme le clame l’ancien ministre et député Valentin Agossou Djènontin. Il a tenté de dissiper les inquiétudes des populations quant à la cherté des soins après la mise en œuvre de l’affermage des hôpitaux publics, car selon lui la mise en affermage ne va pas engendrer l’élévation du coût des soins dans ces hôpitaux.

Des défis à relever pour sortir le secteur de l’ornière

Pour Théophile Agossou, plusieurs défis doivent être relevés pour favoriser le développement du secteur de la santé, et satisfaire les attentes des usagers des hôpitaux publics au Bénin. Selon lui, ces défis reposent essentiellement sur les ressources humaines et matérielles. De ce point vue, l’administrateur invite l’Etat à recruter  des agents  compétents  dans les centres hospitaliers. Aussi a-t-il demandé au gouvernement de renforcer le plateau technique des hôpitaux.

«Théophile Agossou, Je demande à l’Etat d’acheter du matériel de pointe dans les hôpitaux en vue d’améliorer les conditions de travail dans nos centres de santé… Vous ne pouvez pas arriver dans un centre de santé public où le matériel pour vous soigner n’existe pas, alors qu’il est disponible dans les centres privés. Ce n’est pas normal », s’est-il indigné.

Il invite l’Etat à rembourser ses dettes vis-à-vis des hôpitaux en vue d’un bon fonctionnement du système sanitaire au Bénin

Commentaires

Commentaires du site 0