Affaire Atao Hinnouho : pas un complot politique au Bénin selon Me Badou

Affaire Atao Hinnouho : pas un complot politique au Bénin selon Me Badou

L’émission sociopolitique ‘’90 minutes pour convaincre’’ de la radio nationale, a reçu ce dimanche 10 décembre 2017 deux praticiens du droit qui ont opiné sur l’affaire Mohamed Atao Hinnouho.

Bénin : Quand la lutte contre la corruption prend l’allure d’un chantage

Il s’agit de Alain Orounla et Charles Badou, avocats au barreau de Cotonou. Si pour le premier c’est une coïncidence qu’on pourrait prendre pour de l’acharnement politique, pour le second on ne saurait parler de traque aux opposants. C’est plutôt une répression à une infraction.

Actualité oblige, l’émission ‘’90 minutes pour convaincre’’ de ce dimanche 10 décembre 2017, a été consacrée au dossier Atao qui fait la UNE des débats depuis quelques jours. Me Alain Orounla et Me Charles Badou qui étaient les deux invités de cette émission, ont fait leur lecture de cette affaire. Selon le premier, s’il est vrai que l’immunité n’est pas l’impunité, la coïncidence pose problème et peut à raison donner lieu à des interprétations. On peut penser à de l’acharnement politique. L’homme est de la minorité parlementaire et a clairement affiché sa position vis-à-vis du pouvoir en place, comme certains de ses collègues députés. Le second invité s’est dit surpris par le développement de son vis-à-vis. Pour lui, on ne saurait parler de traque aux opposants et crier au complot politique. Sinon on tiendrait le même discours dans le cas des femmes d’Adjégounlè qui ont été traduites devant la justice pour commercialisation de médicaments dangereux pour la santé. C’est la répression à une infraction. Il faut donc s’en tenir aux faits. En s’appuyant sur l’exemple de Orou Sé Guéné, Me Charles Badou explique que ce n’est pas pour la première fois qu’une poursuite est engagée à l’encontre d’un élu du peuple.

Mais cet exemple a été balayé du revers de la main par Me Alain Orounla qui rappelle que ce dernier était en odeur de sainteté avec le régime d’alors, qui avait fait obstruction à la justice dans ce dossier en renforçant sa sécurité. Mais il a fallu qu’il ait des ennuis avec Yayi pour être abandonné et livré à la justice juste après la fin de son mandat au parlement. La suite, c’est qu’il a passé des mois derrière les barreaux avant de recouvrer sa liberté. Badou estime que si Yayi a fait obstruction à la justice, Patrice Talon n’est pas dans cette logique.

Pour rappel et selon les déclarations du responsable de la sous-direction de la brigade économique et financière, un agent de santé aurait été surpris avec des dizaines de tonnes de médicaments contrefaits dans le département du Plateau. L’intéressé aurait avoué que son fournisseur est à Cotonou. C’est alors que les enquêtes ont conduit les officiers de police judiciaire dans l’un des domiciles du député Atao Hinnouho Mohamed, dans l’après-midi du jeudi 07 décembre 2017 pour perquisition.

Ils auraient reçu des informations faisant état de ce qu’un stock de faux médicaments s’y trouvait. La résistance des populations a malheureusement fait reculer les policiers. Dans la foulée, une convocation pour se présenter à la brigade économique et financière le lendemain vendredi a été adressée au député d’Akpakpa. Les flics ont procédé le même jour à des fouilles dans ses magasins, où des cartons de médicaments auraient été saisis.

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 1 année

    Je relève ici les 7 points qui scellent définitivement le sort de Atao Hinnouho :

    1-Atao Hinnouho n’est pas pharmacien donc n’est pas détenteur d’un titre de gestion d’une quelconque pharmacie ;

    2-Atao Hinnouho n’est pas tenancier d’officines rurales pharmaceutiques de nos localités ;

    3-Atao Hinnouho n’avait jamais auparavant déclaré aux autorités policières la découverte subite de si gros tonnages de médicaments d’origine inconnue à son domicile ;

    4-Atao Hinnouho est un inconnu de la Centrale d’Achat des Médicaments et Consommables du Bénin ;

    5-Mises à part les affirmations non vérifiables du Sieur pris en flagrant délit de 40kg de médicaments, Rien ne lie la soi-disant épouse de Atao Hinnouho aux multiples cartons médicaments entreposés, découverts et saisis chez lui ;

    6-Le domicile d’Atao Hinnouho n’est pas un dépôt pour un quelconque pharmacien importateur agréé de médicaments ;

    7-Selon la Centrale, aucun laboratoire agréé de fabrication des médicaments ne reconnait Atao Hinnouho comme étant un client ou un maillon de la filière des médicaments.

    En somme Atao Hinnouho est « dans la sauce » pour flagrant délit; tout se ligue contre Atao Hinnouho pour lequel ses acolytes députés feraient mieux de lever gentiment son immunité au risque de continuer à discréditer l’assemblée qui se révèle déjà comme étant un repaire, un refuge de délinquants de la République venus chercher et s’abriter sous une carapace d’immunité.

  • Avatar commentaire
    Démocrate Il y a 1 année

    Pour ceux qui ont suivi tout le débat, sur le dossier Atao Hinnouho, il y a des constances sur lesquelles les deux avocats sont revenus et dont cet article ne fait pas mention.
    Au nom de l´équilibre de l´information, cet article devrait relever aussi les aspects du dossier Atao sur lesques les deux avocats ont convergé.