Lutte contre l’immigration clandestine: La Libye et L’Italie pour la création d’une “cellule conjointe”

Lutte contre l’immigration clandestine: La Libye et L’Italie pour la création d’une “cellule conjointe”

La lutte contre l'immigration clandestine et le trafic d'êtres humains préoccupe la Libye et l'Italie. En effet, ce samedi les deux pays ont décidé d'accorder leurs violons pour lutter contre ce phénomène.

France: le fantôme de Kadhafi hante toujours Nicolas Sarkozy

L’immigration clandestine ces dernières années a pris une proportion importante. L’Italie et la Libye ont été longtemps critiqué en ce qui concerne la lutte contre l’immigration clandestine. En novembre dernier alors que l’ONU avait critiqué la façon “inhumaine” de bloquer les migrants en Libye en collaboration avec les autorités libyennes, l’Italie s’était défendu. La Libye de son côté s’était appuyer sur la situation du pays depuis la chute du guide libyen Mouammar Kadhafi.

Faisant le point cette semaine de la situation des migrants en Libye, le chef du gouvernement d’union nationale,  Fayez al-Sarraj a lancé des chiffres inquiétants. 500.000! C’est le nombre de migrants supplémentaires en dehors des 20.000 migrants installés dans 42 centres sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. Des chiffres inquiétants qui ont poussé les autorités à réagir. Et pour cela, la Libye et l’Italie ont décidé de mener des actions ensemble. La parade est toute trouvée. Les deux Etats ont décider de mettre en place une cellule conjointe de lutte contre les passeurs et les trafiquants d’êtres humains. A en croire le ministre italien de l’intérieur qui a annoncé la création de la “cellule conjointe” lors de sa visite en Libye ce samedi, Marco Minniti, les frontières sud de la Libye qu’empruntent les migrants doivent être surveiller. Pour cela, il appelle à plus de coopération.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 5 mois

    Que les présidents des pays d’origine des migrants créent eux aussi “la cellule conjointe” pour lutter ensemble, contre les personnes qui les recrutent et les poussent à partir, serait je pense une bonne chose.