Tourisme au Bénin, l’affaire de tous

Tourisme au Bénin, l’affaire de tous

J’ai participé la semaine dernière au lancement du « Challenge Fund », organisé par L’Agence du Tourisme du Bénin en collaboration avec Sèmé City et la Banque Mondiale. L’objectif de cette initiative est de susciter des idées novatrices, insolites et originales,

Lundi de service: Le premier contact est clé pour toute entreprise de service

qui pourraient faire développer le Tourisme dans notre pays. Les projets sélectionnés pourraient recevoir des subventions allant jusqu’à 500.000$. Au delà de ce challenge dont les soumissions devraient être envoyées avant le 20 Janvier 2018, j’ai fortement apprécié les échanges autour des sept projets phares du tourisme de notre pays. Quelle ambition, quel rêve et surtout quelle excitation d’imaginer enfin notre pays devenir une destination touristique…

Le Bénin bénéficie d’un très gros potentiel naturel et culturel qui ne demande qu’à éclore. Malheureusement, la richesse naturelle et la diversité culturelle de notre patrimoine ne suffisent pas à elles seules. Nous avons besoin en tant que peuple, de nous rendre compte des enjeux sociaux économiques afin de mieux appréhender les exigences que cela impose.

Devenir une destination touristique est bien au delà du développement des infrastructures ; même si celles-ci sont capitales, voire indispensables. Développer le tourisme, c’est amener nos populations à s’impliquer, elles aussi, dans tous les domaines et dans tout ce qui peut positivement influer sur l’image ou l’expérience de nos visiteurs.

Un ami qui est venu récemment pour la première fois à Cotonou, a eu un choc quand il a croisé sur le parking de l’aéroport un homme qui urinait, sans gêne, sans pudeur ; sans que cela n’interpelle ni ne choque personne autour de lui. Quelle image !!!

Comment pouvons-nous faire développer le tourisme, si le citoyen et surtout les agents, à tous les niveaux, ne sont pas formés, sensibilisés sur les enjeux du tourisme d’affaire et de loisir pour notre pays ? Pour que le tourisme décolle, il est capital d’associer toutes les administrations, les collectivités locales et les citoyens, dans cette vision de développement.

Les premières fois où j’ai visité le Maroc, l’Égypte et la Tunisie, j’ai eu l’impression que les citoyens avaient été briefés sur l’importance du touriste pour leurs pays respectifs. C’est d’ailleurs lors d’un de ces voyages que j’ai bien compris la notion du client Roi, qu’il soit noir, blanc, jaune, petit, riche ou pauvre, etc.

Les attraits touristiques sont très importants mais ce qui fera choisir notre pays parmi le Sénégal, la Gambie, la Côte-d’Ivoire ou le Mali (si c’est la destination Ouest Africaine qui intéresse), est bien au delà des magnifiques hôtels. Un touriste choisira le Bénin d’abord par rapport à l’image véhiculée sur internet. Si vous êtes un peu curieux, faite une petite rechercher en tapant juste « Tourisme Afrique de l’Ouest », et vous comprendrez que nous avons encore beaucoup à faire.

La médiocre qualité des services dans notre pays mériterait qu’on s‘en occupe très sérieusement. Aujourd’hui, il urge que chaque citoyen comprenne sa responsabilité dans l’amélioration de l’image de notre pays. En y travaillant, imaginons ce que demain pourrait être. Le Visiteur qui obtient rapidement en ligne son visa, l’agent d’immigration aux frontières qui reste très cordial et professionnel, un service hôtelier au niveau des normes quelque soit la catégorie, l’environnement propre et sain qui accueille, les populations enthousiastes au contact des visiteurs, et tout ceci dans un cadre où les infrastructures d’accueil, de connectivité et de soins, marchent correctement.

Le Bénin, destination touristique pour affaires ou loisirs, devrait s’embarquer dans des campagnes de sensibilisation de toutes nos populations. Je ne sais pas pour vous, mais je suis effarée par le nombre d’insultes que nous recevons à longueur de journées dans la circulation ; à croire que beaucoup sortent de chez eux aigris.

Pour que le tourisme devienne un vrai moteur de développement du Bénin, il est urgent de lancer de nombreuses campagnes de sensibilisation en commençant par « Zéro Insulte » et « Je fais Correctement mon travail ».

Pour que le tourisme devienne effectivement notre deuxième source de rentrées de devises, il nous faut tous retrousser les manches, et nous impliquer davantage dans la valorisation de notre image.

Tous ensemble pour l’amélioration des services

 

L’auteur est Consultant/Formateur en Qualité de Service et Directrice de Publication de www.theservicemag.com

Commentaires

Commentaires du site 0