Adhésion du Synaplasta à la grève générale : Le ministère du plan paralysé ce mardi

Adhésion du Synaplasta à la grève générale : Le ministère du plan paralysé ce mardi

Les militants du Synaplasta sont d'accord pour le mouvement de grève général lancé par les centrales et confédérations syndicales. Ils exigent de leurs camarades un soutien total sans hypocrisie.

Bénin: La CSTB déclenche une grève de 72 heures ce jour

Après le boycott ce lundi de la cérémonie des couleurs au ministère du plan et du développement pour protester contre la gestion du parking par la DAF, les militants du syndicat national des travailleurs du plan et de la statistique ont lancé leur Assemblée générale comme prévue.

Le secrétaire général du bureau exécutif a procédé à la lecture de la motion de grève des centrales et confédérations syndicales. Et tour à tour chacun des militants a pris la parole pour des observations. A l’unanimité, chaque intervenant a souligné le bien fondé de la grève. C’est dire que ce mardi, le ministère du plan et du développement sera paralysé. Les discussions très rude sous acclamations des participants montrent combien la situation a atteint son point culminant au niveau du ministère du plan et du développement. Nous sommes prêts pour la grève, chantent les intervenants. Car, la grève c’est pour l’amélioration de notre conditions de vie et de travail, soutiennent – ils.

Moi, j’ai quarante trois ans, j’ai fait dix huit ans de service, j’ai servi quinze ministres. J’ai comme l’impression que ce gouvernement, n’aime pas les Agents permanents de l’Etat “, a lancé une militante très remontée contre les abus du pouvoir de la rupture à l’égard des travailleurs.

Les discussions ont aussi porté sur les stratégies pour une paralysie totale. Il n’est pas exclu que les conducteurs de véhicules administratifs soit absents au travail au cours de cette grève d’avertissement des confédérations syndicales. Le secrétaire général a martelé qu’aucun chauffeur n’aura raison de dire qu’il est conducteur du DG ou autres personnalités pour décider d’aller le rechercher pendant que la grève suit son cours.

Mieux, il a rassuré ses camarades qu’ils sont protégés et donc le mouvement est à suivre avec tacite reconduction selon la motion jusqu’à satisfaction totale des revendications. Pas d’intimidation, soutient le syndicaliste qui a suggéré aux militants de saisir le Synaplasta si une autorité tente de délivrer une demande d’explication pour fait de grève.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    AFFOKPOFI Il y a 9 mois

    C’EST MAINTENANT QUE LE BENIN A UN PRESIDENT DIGNE DE NOM.LE CHIEN ABOIE LA CARAVANE PASSE.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 9 mois

    Depuis le début du mandat de Patrice TALON moi je disais que ce Mr est indigne d’une telle fonction.

    Deux ans après, qui peut me contredire???

    Le pays est dans une situation pire qu’à son prise de fonction, alors qu’on a parlé de rupture pour corriger ce qui a été mal fait.

    Des réformes mal conçues, sans concertation sous fond de clientélisme et de conflits d’intérêts!!!

    Je me demande toujours si c’est bien dans le Bénin de la conférence nationale que ça se passe???

    Il faut quelque chose vienne nous délivrer de cette abomination.

  • Avatar commentaire
    Attakoun Il y a 9 mois

    Toutes la populations vous soutenir indéfectible

  • Avatar commentaire
    Gont Gont Il y a 9 mois

    Que les oiseaux de mauvaise augure qui écument les réseaux sociaux pour vouer aux gémonies les fonctionnaires continuent leur besogne en encourageant le gouvernement dans ce bras de fer.

    On verra comment l’Etat (déjà grabataire pour défaut de mobilisation de ressources externes) parviendra à mobiliser des ressources internes pour faire face aux tâches régaliennes qui lui incombent.

    On a vu dans d’autres pays comment des syndicats, des fonctionnaires, à l’aide de grèves perlées, ont réussi à faire tomber des régimes les plus coriaces.

    Que les régimistes continuent de jeter de l’huile sur le feu et on verra où tout ça nous amènera.

    Une chose est certaine, ce qui se produit dans d’autres pays est duplicable au Bénin. On a vu comment le régime Kérékou a fondu comme du beurre au soleil à cause des grèves.

    Bon vent au régime dans son entêtement ainsi qu’à ses thuriféraires.