Bénin : la réhabilitation du droit de grève par la Cour constitutionnelle annoncée

Bénin : la réhabilitation du droit de grève par la Cour constitutionnelle annoncée

L’information circule depuis hier jeudi 18 janvier 2018, après-midi. Elle fait état d’une probable décision de la Cour constitutionnelle sur le recours introduit au sujet du retrait du droit de grève à certains agents de l’Etat.

Conférence de presse du FSP : Procès Mètongnon, code électoral, révision de la constitution au menu

Selon les médias qui ont rendu publique cette information, la Cour aurait cassé ce retrait du droit de grève par le parlement à certains agents de l’Etat.

Par cette décision, rapportent ces médias, la Cour aurait décidé de réhabiliter le droit de grève aux personnels de la justice, de la santé et aux forces de l’ordre… aurait déclaré le droit de grève comme étant un droit constitutionnel et donc inaliénable. Par ailleurs, la Cour aurait demandé aux législateurs d’adopter des textes qui encadrent l’exercice de ce droit, au lieu de le supprimer.

Nous avons tenté de recouper cette information à la source. Mais notre démarche n’a pas prospéré, tant les personnes que nous avons contactées étaient injoignables. Il importait cependant de porter cette information à nos lecteurs tout en leur précisant de la prendre avec des gangs. Si elle est vérifiée, les jours à venir nous le diront, autrement, nos lecteurs auraient été avisés par le style que nous utilisons pour l’information si attendue en ce moment de tensions sociales prolongées. Dans tous les cas, nous nous proposons de poursuivre nos investigations et d’y revenir plus en détails dans nos prochaines parutions

Commentaires

Commentaires du site 43
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 7 mois

    @ Agadjavidjidji,

    Vous avez perdu definitivement les plombs, quand vous dites:

    „Tant que les intérêts d’une minorité l’emporteront sur le bien être collectif, nous allons continuer à vegeter dans la gadoue et l’anarchie avant qu’un groupe d’officiers ( Qu’à Dieu ne plaise) ne vienne siffler la fin de la pagaille un beau matin.
    Pour ma part, je travaillerai désormais à exfiltrer les miens de cette chienlit car à vrai dire, il n’y a aucun espoir pour ce pays .“

    La minorité, dont vous parlez là, c’est Talon et sa bande, qui visiblement prennent le Bénin pour leur entreprise privée, où ils veulent tout privatiser et renvoient chaque jour des milliers de beninois dans la rue et dans la pauvreté et la misère cruelle pour leurs femmes et leurs enfants.? Ou alors tenez-vous por minorité la majorité des travailleurs laborieux du Benin avec leurs organisations qui revendiquent avec droit ce qu’on leur doit?

    Je suis désagréablement surpris que toute votre culture générale , votre éducation et la formation que vous avez pu recevoir, vous enseignent seulement: Que devant des problèmes sociaux, lorsqu’il y a des mésententes majeures dans le pays, il faut que le pouvoir bascule vers les militaires.

    C’est peut-être une facon irréfléchie de parler, mais ce n’est pas la bonne manière de s’adresser à un public mature, quand on est pas arrogant et méprisant.

    Mais je vous assure, qu’aucun groupe d’officiers ne viendra „siffler une quelconque fin un beau matin“ encore dans ce pays. Ceci est révolu au Bénin.

    Mais plutôt c’est le peuple entier qui bientôt se lèvera pour chasser Talon et sa bande du pouvoir temporellement alloué à Talon, dont il a révelé d’en être indigne. Et ceci comme en 1963, comme en 1989 et comme le peuple burkinabé tout près de nous a exercé, il n’y a pas longtemps.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 7 mois

      @Napo….

      Je n’ai pas pété les plombs pas plus que je n’ai jamais fait appel à un coup d’Etat. Seulement je dis que c’est une eventualité que de voir l’armée reprendre quand les élites cupides mus par leurs intérêts alimentaires nous auront conduit vers un blocage institutionnel.
      A force de côtoyer l’Allemand, tu dois avoir perdu les règles lexicales basiques du Français pour donner pareille interprétation à mes propos.

      La minorité dont il s’agit ici c’est l’élite bureaucrate, qui mécontente de la fermeture des robinets des petits privileges et autres bons de commande fictifs, veut se servir des Benionis comme chair à canon pour prendre part au festin funeste qu’est devenue cette démocratie de façade.

  • Avatar commentaire
    Libérons se pays Il y a 7 mois

    L’Assemblée ne connaît plus sa raison d’être. Il vaut mieux qu’on fusionne l’exécutif et le parlement.

  • Avatar commentaire
    GBOGBOLIKITI Il y a 7 mois

    Je vous ai souvent dit ici de toujours questionner l’histoire lorsqu’il s’agit de certains dossiers brûlants du pays. La Décision DCC 11-065 du 30 Septembre 2011 par laquelle la Cour a autorisé l’interdiction du droit de grève aux douaniers, était une manœuvre bien organisée par de Talon et de Boni Yayi en collaboration avec la Cour de Holo. Talon sait très bien qu’il était l’un des responsables de cette décision qui pourtant est en contradiction avec la constitution.

    Souvenez-vous que Talon avait dépensé des milliards de francs pour organiser un KO en faveur de Boni Yayi lors des présidentielles de Mars 2011. L’un des contrats entre ces deux hommes, était bien le PVI/NG que Talon voulait faire passer de force, malgré les alertes en son temps des agents de la douane, qui ont fini par décidé du blocage de l’appareil douanier à travers une grève. Voilà le bras de fer qui avait amené Holo en son temps à donner raison à Boni Yayi et Talon.

    Comprenons tout simplement que les décisions de la cour sont prises souvent suivant les pressions économiques et sociales. En 2011 c’était la pression économique qui avait poussé les 7 sages à rétirer le droit de grève aux douaniers, mais cette fois-ci, c’est les tensions et pressions sociales qui ont amené la cour à rester au beau milieu, sans dit oui ou non dans la conformité de cette loi.

    Talon et Djogbenou, très rusés ont déjà gagné leur bataille face aux grevistes, ils sont déjà arrivés au bon bout de leur rêve, ils ont su accompli leur mission. Car les textes de cette loi seront recadrés, taillés sur mesure.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 7 mois

    On parle à présent de nuisance du droit de grève, de la volonté de le limiter mais sans jamais attaquer le mal à la racine. Pourtant il conviendrait de se poser la question, de savoir, comment les travailleurs en sont arrivés là , comme le seul moyen de se faire entendre. ? Peut on sincerement affirmer que les revendications des travailleurs et leurs organisations sont sans fonds et injustifiables? Et peut on affirmer que les travailleurs et leurs organisations agissent par égoisme, par méchanceté et dépourvus de tout sens de responsabilité?

    En quoi justifierait -il alors encore son existence, le droit de grève, si l’usage devient une nuisance appelant à sa suppression voire sa limitation?

    Le droit de grève est un acquis fondamental pour l’humanité entière travailliste obtenue après des âpres luttes sociales menées par des générations et des générations.

    Ayons l’honnêteté de reconnaitre qu’un gouvernement qui ne tient pas à sa parole donnée, qui manipule et qui roule les travailleurs et leurs organisations parce que ce gouvernement lorgne la suppression du droit de grève à ces travailleurs, n’est pas serieux, et s’est révélé indigne de confiance.

    Pourquoi avons nous au Bénin une si courte mémoire, ce qui permet aux acteurs politiques et le pouvoir de tourner les populations et le tout le pays en rond.

    Il y a seulement 2 ou 3 semaines, le Président Talon était entré en négociatcion avec les agents de santé et a promis de satisfaire à leur révendication. Est- il entré dans cette négociation sachant bien qu’il prépare son projet de loi, demandant la suppression du droit de grève aux travailleurs.

    Voilà le comportement d’irresponsabilité, caractérisé de politique de ruse et de rage qui crée les tentions et les désordres dans le pays.

    Un Président de la République épris de paix ne se comporte pas de cette manière.
    La suppression du droit de grève ne va regler aucun de nos problèmes. De même les luttes intempestives et la grève permanente dans les secteurs vitaux du pays n’arrangeront personne.

    Nous savons tous que notre pays n’est pas gratifié de richesses croissantes permettant aux gouvernements d’augmenter régulièrement les primes et les salaires pour satisfaire au jour le jour les dûs aux travailleurs. C’est pourquoi il est nécessaire et très important que les gouvernements négocient avec sincérité et franchise avec les organisations des travailleurs , leur donnant crédibilité et confiance. Et que les travailleurs, eux aussi savent mesurer leurs révendications à l’évolution économique et durable du pays.

    Ne faisons pas la politique de lautruche en exigeant que nos gouvernements aillent passer des prêts à l’étranger ou sollicite de l’aide international pour satisfaire nos besions. Car les besoins du peuple doivent être satisfaits par le résultat des efforts de production réalisé à l’intérieur du pays.

    Pour cela les gouvernements respectifs devaient conclure un moratoire avec le monde des travailleurs pour un temps allant de 20 à 30 ans avec des amenagements de prime et salaires fixés. Il est clair que pendant ce temps, les travailleurs doivent accepter une certaine dimunition de ce à quoi ils peuvent prétendre.

    Ceci permettra aux gouvernements de s’atteller aux vrais problèmes du pays et nous gagnerons aussi de la paix au front du Travail. Cette manière de faire a réussit dans bon nombres de pays . Pourquoi pas chez nous. Osons un peu au Bénin l’amour de la patrie. Nous n’avons que ce pays.

    • Avatar commentaire

      Peut on demander un moratoire de revendications salariales aux travailleurs quand les minstres s’octroient ( sans greve ni negotiation 🙂 ) des salaires de 10 a 16 millions par mois soir 250 a 400 fois le SMIG ?

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 7 mois

    « Dans un état de droit et notamment en démocratie, le parlement a le droit de légiférer qu’en avançant mais jamais en reculant », a-t-il clarifié rappelant le modèle de démocratie choisi par le Bénin. Le parlement pouvait trouver des mécanismes pour aménager ce droit et ne devrait pas « contribuer à un démantèlement progressif de la Constitution », a affirmé le professeur Aïvo.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon Il y a 7 mois

    La Cour Constitutionnelle a rappelé les fondements de la liberté. Il reste maintenant aux acteurs syndicaux et politiques, de définir intelligemment les limites de l’exercice de ce droit, afin de limiter ses nuisances au plus grand nombre.

  • Avatar commentaire

    Je vois déjà la douleur de aziz, agavi-djidji, segni et autres rameurs à contrecourant. Vivement qu’on entende que l’un s’est jeté dans la lagune, l’autre s’est pendu, ou tous ont été internés de force à jacquot kiakiakikaaa 😀 😀

  • Avatar commentaire
    Monpays Il y a 7 mois

    Je suis satisfait de la décision de la cc. Mais j’ai un problème avec cette cour. Quel argument avait prévalu à la suppression de grève aux douaniers hier et qu’il ne l’est pas aujourd’hui ?

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 7 mois

    Voici la phrase exacte qui est dans la constitution du Bénin « L’Etat reconnait et garantit le droit de grève ». Adrien Houngbédji, Président de l’Assemblée Nationale sait très bien que le droit de grève ne pouvait pas être supprimé. J’ai peur pour notre pays qu’un ancien magistrat et avocat, qui a occupé des postes de premier plan puisse voter cette loi. J’ai peur pour le Bénin que nos députés ne connaissent même pas la loi fondamentale, c’est la constitution de notre pays. C’est trop grave ce qui se passe pour l’avenir du Bénin. J’ai l’impression que nos députés se comportent comme des analphabètes que TALON peut acheter à sa guise. Pauvre Bénin!!!!

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 7 mois

      Vous etiez quand ce même droit a été refusé aux douaniers en 2011 ou bien pour vous la Constitution date d’hier après midi.

  • Avatar commentaire
    Stan BOSSOU Il y a 7 mois

    Je salue la décision de la cour HOLO, le peuple béninois peut encore compter sur sa cour. J’invite donc les protagonistes à la voie pacifique, celle de la négociation, du dialogue. Le plus important ce n’est pas qui a gagné ou perdu mais il s’agit de faire fonctionner l’administration publique sans grève et crise pour l’épanouissement physique, moral, et économique du Bénin. Sachons raison garder. B@$

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 7 mois

    Holo rend des décisions au gré du vent politique qui prévaut !

    Quel crédit peut-on encore accorder aux décisions contradictoires et cacophoniques rendues par un juriste de haut rang comme lui qui soutenait que ‘‘ 39 ans + 1seconde = 40 ans ’’, aux mépris des troubles et conséquences sociales graves que cela pourrait induire sur notre démocratie en ce moment.

    Le Droit est-il plus une science ou un art ? Qu’on nous le dise clairement ! En matière d’art l’artiste a une multitude de formes et de produits à proposer mais en science c’est l’unicité du résultat qui s’impose; alors pourquoi tant d’imbroglio dans mon pays dans les décisions de la Cour?

    • Avatar commentaire
      Tonagnon Il y a 7 mois

      Hors sujet.

    • Avatar commentaire

      Vous vous mélangez les pédales. Voici la chronologie des décisions de la CC sur le droit de grêve:

      – 2006, Conception Ouinsou
      – 2011, Robert Dossou
      – 2018, Theodore Holo.

      Vous comprenez déjà que vous accusez à tord Holo sur la question?

  • Avatar commentaire
    gombo offline Il y a 7 mois

    @Agadjavi
    La démocratie n’est pas un obstacle au développement contrairement a ce que chantent Talon et son clan.
    L’idée que des individus -mal éclairés- préoccupés par le renflouement et la préservation de leur fortunes feraient le bonheur des béninois malgré et contre eux ( ce pays sera reforme de gré ou de force disiez-vous tantôt) est incongrue et bien entendu impraticable comme vous le découvrirez avec le clan Talon.
    Qu’il faille des sacrifices pour construire une nation, nul n’en doute!
    Qu’il faille travailler pour créer des richesses est une évidence!
    Mais quand le sacrifice des uns sert a enrichir les autres, quand le travail est aliéné et son produit accapare par une minorité oisive et arrogante, les peuples ont absolument raison de rejeter les sacrifices et le service minimum peut s’expliquer même s’il ne se justifie pas..
    Talon paie ses copains ministres 10 a 16 millions de FCA quand comme vous le dites les béninois ne peuvent faire 3 repas ? Quelle valeur ajoute apportent ces bras casses ? Dans quel pays normal avez-vous jamais vu de tels écarts de revus dans l’administration publique ?
    Talon se fait attribuer 42 Milliards ( 5% du budget national) quand des centaines de PME ont des créances impayées sur l’état?
    Talon fait attribuer a sa progéniture des contrats publics (PVI, Filere anacarde…) dans l’opacité totale, donne des marches publics a des compagnies dirigées par copains et coquins dans la même opacité, en violation des règles de passation de marches qu’il fera changer plus tard pour les besoins de la cause ( SAFRAN, OFMA etc…), gère le pays comme son entreprise familiale avec son clan ( on compte plus ples cousins –mere Talon) nommes ca et la sans compétence particulière –ou plutôt avec une incompétence caractérisée en la matière- ( Serge Dagnon pour verrouiller les engrais au Maroc, Vignon pour tenter de faire obstruction a Ajavon et ses fournisseurs du Bresil, j’en passe et des meilleures…).
    Talon est engage a étouffer économiquement tous ceux qui n’adhèrent pas a la mafia et ses règles, soit par exclusion des marches publics, audits repetes ( 4 a la mairie de Cotonou en moins d’un an) , des redressements fiscaux cibles ( Saley, Ajavon etc…)
    Quelle confiance voulez qu’on mette en ces gens ?
    Quel sacrifice voulez vous qu’on accepte sous la direction de ces criminels en bande organise ?
    Le Benin a de nombreux défis a relever – comme bine des pays africains-. Le clan Talon et les bras casses qui l’entourent est incapable de nous conduire a relever ces défis. Au contraire , il empêche prise de conscience des défis et détermination a y faire face.
    Ils sont un obstacle a éliminer au plus tôt.

  • Avatar commentaire

    Agadjavi
    Je ne comprends pas pourquoi et comment tu continues de défendre l’indéfendable.

    C’est vraiment un mystère pour moi.
    Je te prenais pour quelqu’un de très structuré capable de faire la part des choses.

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 7 mois

    @Agadjavi,

    Réglementer le droit de grève est à mon avis est facile si on ne s’arc-boute pas sur sa position de ”je suis le seul élu, je suis kouvito agbonon, rien ne se fait dans le consensus”.

    Pour ma part, je pense qu’il faut discuter avec les syndicats, les mettre face à leurs responsabilités et face aux bonnes pratiques des sociétés modernes. Le postulat de base doit être : plus de grève sans service minimum.

    Ensuite, il faut accorder des jours de grève (pour moi ça ne doit pas dépasse 15 jours par an) au delà duquel tout grève est déductible des salaires.
    Mais Pata et ses ouailles qui se croit au Rwanda le feront-ils ? Big question.

    • Avatar commentaire

      le service minimu est deja inscrit dans la loi pour les secteurs essentiels…il faut faire appliquer la loi existante en ce domaine au lieu d’encreer d’autres…
      Sa’gissant de la duree des greves, il faut que les parties en conflit negocient et que les engagements des uns et des autres soient respectes.. Qaund une partie ( le ppuvoir) se prevaut de ce qu’il a le pouvoir pour refuser la negociation ou negocier de mauvaise foi, on a inevitablement repetition et allongement des greves…
      C’est la mentalite des dirigeants qu’il faut refomer…
      L’idee que quand on est chef ( ou president) tout le monde doit se mettre au garde a vous , les doigts sur la couture est simplement inacceptable…

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Agadjavi , on doit te renvoyer, aux cours élémentaires en sciences sociales , et pourtant tu n’es pas bête ; sors un peu de ta passion et de tes émotions qui t’enlèvent la raison .
    Et au débat hier à la fondation , c’est ce tes alter egos  , alladatin et vlavonou évoquaient . Pour le 1er , cette suppression de droit de grève était ” incidente ” et pour vlavonou c’était par ” émotion ”  ; et ils ont faillit se faire lyncher 

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Agadjavi , et je poursuis , les casses insensées  que vous avez faites en démolissant les pauvres étalages de nos bonnes dames , font certainement bouillir la marmite ! 
    Nous pouvons être de votre avis , si c’était quelqu’un de plus propre , plus exemplaire qui  était à la manœuvre de ces réformes ; et qui ne serait pas en conflit permanent d’intérêt , dont les beninoises et beninois ne sont plus dupes 

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Agadjavi , à propos d’image , qui a traité ton djingbin de president de personnage sulfureux ? Qui traine des casseroles du Sénégal à Abidjan ? Combien de ” grands ” de ce monde est venu au benin depuis 2 ans que cette calamité de tonmentor est aux affaires ? Et je peux t’en compter d’autres .
    Face , à votre incapacité à mobiliser des ressources pour boucler les fins du mois , pour  votre pag bidon , ne faites pas porter le chapeau aux syndicats .

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Ce rigolo de. Agadjavi réapparaît ici , dans son jargon habituel ; 
    Nous qui pensons te retrouver hier  au débat très intéressant de la fondation Friedrich heilbert , avec ton nez de Pinocchio, débat , où ton vlavonou , et alladatin ont eu la honte de leur vie .
    Nous disons un grand BRAVO à amlon qui dirigeait le débat de main de Maître , et aux interventions très applaudies des intervenants comme prince agbodjan , Anselme amoussou , et le jeune juge freddy yehouenou

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 7 mois

      C’est toi le rigolo car tu n’as aucune idée de l’image que renvoie aux investisseurs un pays où les syndicats peuvent aller en grève pour un oui ou pour un non. Sans parler des nombreuses souffrances infligées aux pauvres populations qui elles n’ont aucun droit si ce n’est se soumettre au diktat des Akowés de Cotonou.
      Les jolies theories sur la liberté sont bien belles mais elles ne font pas bouillir les marmites hein? Donc retour à la case de départ.

      Une democratie qui affame, fait la promotion de la paresse et fait passer les interêts corporatistes au dessus du bien être collectif n’a aucun avenir et conduira inexorablement vers l’impasse économique.

      Rien de grand ne fut jamais bâti sans un minimum de sacrifice collectif. Allez consulter l’histoire.

      • Avatar commentaire
        unbeninois Il y a 7 mois

        Consulter l’histoire. c’est ce qui devrait précéder toutes décisions touchant surtout à la constitution d’un pays. C’est ce qui a été fait? Le problème à mon avis n’est pas, qui a raison ou tort, mais chercher ce qui arrange le pays.

        On peut être amené à prendre des décisions difficile; par la discussion ou une pédagogie, on peut s’éviter des situations ridicules ou des bras de fer. Dans le cas actuel, si la décision de la cour se confirmait, elle montrerait qu’elle est vraiment une cour de Sages et de professeurs. Elle demande “aux législateurs d’adopter des textes qui encadrent l’exercice de ce droit, au lieu de le supprimer”.
        N’oublions pas qu’une loi peut se retourner contre ses auteurs.
        VIVE LE BENIN QUI GAGNE.

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 7 mois

    Il faut se conformer à l’avis de la CC au cas où il se confirmerait. Reste à savoir comment “encadrer” ce fameux article 31 qui fait rendre à une même Cour trois décisions contradictoires en l’espace d’une decennie!!!!!
    Je commence par croire que le constitutant de 1990 pour avoir voulu faire la part aux travailleurs pour leur rôle determinant dans la chute du regime militaro-marxiste du Prpb, a ouvert une grosse brèche dans laquelle n’importe quel groupuscule de paresseux pourra désormais s’engoufrer à n’importe quel moment au nom des libertés fondamentales.
    L’autre point d’interrogation est le sort qui sera désormais reservé à loi interdisant le droit de grève aux douaniers, votée et promulguée en son temps par Yayi sans que personne ne lève le petit doigt si ce n’est un recours en inconstitutionnalité introduit par l’honorable Vlavonou et qui aura été debouté par cette même cour. Dans quelle république on permet aux uns ce qu’on refuse aux autres??? Les douaniers apprécieront… Le juge constitutionnel à travers ses revirements jurispridentiels spectaculaires ne crée-t-il pas de fait une insecurité juridique de fait, vu qu’il a tendance à s’aligner sur la position de la rue???
    Au demeurant, on aura beau chanter et célébrer la démocratie comme on veut. Tant que les intérêts d’une minorité l’emporteront sur le bien être collectif, nous allons continuer à vegeter dans la gadoue et l’anarchie avant qu’un groupe d’officiers ( Qu’à Dieu ne plaise) ne vienne siffler la fin de la pagaille un beau matin.
    Pour ma part, je travaillerai désormais à exfiltrer les miens de cette chienlit car à vrai dire, il n’y a aucun espoir pour ce pays.

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 7 mois

      lire pour avoir voulu faire la part belle…

    • Avatar commentaire
      Sourou Il y a 7 mois

      TALON a promis de faire du Bénin un petit Paris. Sachons qu’en Libye, en Syrie et autres foyers de tension, ce ne sont pas les routes qui manquent, ce ne sont pas non plus les gratte-ciels qui manquent. Aujourd’hui, c’est la Paix qui manque. Nous avons cette Paix au Bénin et la Paix n’a pas de PRIX. J’ai voté pour TALON et je l’assume. Mais jamais, je n’accepterai pas le bâillonnement de la liberté. DJOGBENOU, qui hier avait marché à côté de ADJAKA contre le retrait du droit de grève ne doit plus revenir aujourd’hui nous dire le contraire. Béninois, ouvre les yeux et que ton ventre ne dirige pas tes pas.

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji Il y a 7 mois

        Vous avez quelle paix au Benin où la grande majorité peine encore à manger 3 fois par jour. Ne me faites pas rire!!!! La paix n’est pas synonyme de non guerre hein.

    • Avatar commentaire

      @Agadjavi
      La démocratie n’est pas un obstacle au développement contrairement a ce que chantent Talon et son clan.
      L’idée que des individus -mal éclairés- préoccupés par le renflouement et la préservation de leur fortunes feraient le bonheur des béninois malgré et contre eux ( ce pays sera reforme de gré ou de force disiez-vous tantôt) est incongrue et bien entendu impraticable comme vous le découvrirez avec le clan Talon.
      Qu’il faille des sacrifices pour construire une nation, nul n’en doute!
      Qu’il faille travailler pour créer des richesses est une évidence!
      Mais quand le sacrifice des uns sert a enrichir les autres, quand le travail est aliéné et son produit accapare par une minorité oisive et arrogante, les peuples ont absolument raison de rejeter les sacrifices et le service minimum peut s’expliquer même s’il ne se justifie pas..

      • Avatar commentaire

        Je poursuis
        Talon paie ses copains ministres 10 a 16 millions de FCA quand comme vous le dites les béninois ne peuvent faire 3 repas ? Quelle valeur ajoute apportent ces bras casses ? Dans quel pays normal avez-vous jamais vu de tels écarts de revus dans l’administration publique ?
        Talon se fait attribuer 42 Milliards ( 5% du budget national) quand des centaines de PME ont des créances impayées sur l’état?
        Talon fait attribuer a sa progéniture des contrats publics (PVI, Filere anacarde…) dans l’opacité totale, donne des marches publics a des compagnies dirigées par copains et coquins dans la même opacité, en violation des règles de passation de marches qu’il fera changer plus tard pour les besoins de la cause ( SAFRAN, OFMA etc…), gère le pays comme son entreprise familiale avec son clan ( on compte plus ples cousins –mere Talon) nommes ca et la sans compétence particulière –ou plutôt avec une incompétence caractérisée en la matière- ( Serge Dagnon pour verrouiller les engrais au Maroc, Vignon pour tenter de faire obstruction a Ajavon et ses fournisseurs du Bresil, j’en passe et des meilleures…).
        Talon est engage a étouffer économiquement tous ceux qui n’adhèrent pas a la mafia et ses règles, soit par exclusion des marches publics, audits repetes ( 4 a la mairie de Cotonou en moins d’un an) , des redressements fiscaux cibles ( Saley, Ajavon etc…)
        Quelle confiance voulez qu’on mette en ces gens ?
        Quel sacrifice voulez vous qu’on accepte sous la direction de ces criminels en bande organise ?
        Le Benin a de nombreux défis a relever – comme bine des pays africains-. Le clan Talon et les bras casses qui l’entourent est incapable de nous conduire a relever ces défis. Au contraire , il empêche prise de conscience des défis et détermination a y faire face.
        Ils sont un obstacle a éliminer au plus tôt.

  • Avatar commentaire

    Passons par un référendum….pour contourner la cc….un point c’est tout

    Il n’a pas et il n’aura plus de situations….de rentes..et acquises..dans ce pays

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 7 mois

      Tu as l’argent pour organiser un reférendum ,toi aziz , surtout sur le droit de grève ? 😡😡😡

  • Avatar commentaire

    Source AFP :

    http://news.acotonou.com/h/105116.html

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Agadjavi , tundé, segni ont chaud aux fesses 😂😂😂

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 7 mois

      Ne vous en faites pas pour @agadjavi car il est l’abri du besoin depuis fort longtemps par la grâce de Dieu!!!! Mon seul problème et qui justifie mon engagement est mon incapacité à rester insensible aux nombreuses sollicitations à gauche et à droite du fait de la misère ambiante au point de me demander parfois si je ne travaille pas finalement pour les autres.

      Pour le reste, le Benin serait demain en cessation de paiement que ça ne changerait rien pour moi.

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 7 mois

        Et cette cessation de paiement serait du seul fait de votre mentor , le djingbin de talon , qui non seulement pillé le benin , mais veut priver les beninoises et beninois de leur liberté, même celle de penser .
        Est-ce la raclée que vous recevez , tant pour les emprunts obligataires , pour payer les salaires , que la mobilisation des ressources pour financer votre faux pag qui vous rend si mélancolique 😛😛😛? 

      • Avatar commentaire
        Paul Ahéhénou Il y a 7 mois

        Talon n’a qu’un seul objectif: contrôler toute l’économie du pays, lui aujourd’hui sa progéniture pour le siècle suivant. Même nos arrières petits fils continueront à payer pour le clan Talon. Noter le quelque part.