Bénin : la poursuite de la grève annoncée (les agents félicités)

Bénin : la poursuite de la grève annoncée (les agents félicités)

Le vendredi 19 janvier 2018, les Sg des centrales et confédérations syndicales ont donné un point de presse à la bourse du travail de Cotonou.

Bénin : L’Unstb dénonce une privatisation « sauvage » de l’économie

Réagissant au lendemain de la décision de la Cour constitutionnelle qui cassait les lois portant sur le retrait du droit de grève à certains agents de l’Etat, les Sg présents ont pour l’essentiel félicité les travailleurs et annoncé la reprise des mouvements de grève.

Les 6 secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales présents, ont pris la parole à tour de rôle pour remercier et féliciter les agents de l’Etat qui ont résisté aux menaces et aux intimidations du gouvernement et qui ont observé le mouvement de grève. Anselme Amoussou de la Csa-Bénin, trouve que la réussite du mot d’ordre de grève prouve qu’il y a une symbiose entre les travailleurs et les confédérations syndicales. En les félicitant, il pense que le gouvernement en tirera leçon et appelle les députés à prendre conscience des répercussions en votant des lois. Moudachirou de la Cgtb, voit dans la réussite du mot d’ordre de grève une leçon donnée au gouvernement : « nous venons de lui démontrer qu’il ne peut pas gouverner sans pactiser avec les partenaires sociaux ».

Noel Chadaré de la Cosi-Bénin, a félicité la Cour constitutionnelle pour sa décision : « la Cour par son arrêt, a rendu un immense service pour le Bénin. On avait déjà programmé le recul de la démocratie. La conférence nationale a été le produit de la grève. Après l’échec de la révision de la constitution, on la révise maintenant en pièces détachées ». Emmanuel Zounon de Unstb, trouve que la Cour a tranché la question qui concerne les libertés collectives, mais qu’il reste des cas de libertés individuelles. Le cas des leaders syndicaux comme Patrice Trèkpo qui est en voie d’être abusivement radié, ou de Laurent Mètongnon qui paie pour son engagement militant. Il a aussi indiqué que l’article 6 de la charte sur le dialogue social, indique que le gouvernement n’engagera aucune réforme sans consulter les partenaires sociaux. Ce qui n’a jamais été observé par le gouvernement, a-t-il fait remarquer.

Wèssinou Christophe de Cesub, a affirmé que « le peuple béninois n’a fondamentalement rien obtenu sans passer par la grève. Nous ne sommes pas contre les réformes, nous demandons seulement que les partenaires sociaux soient associés ». En félicitant les travailleurs, il leur a demandé de rester vigilants. Kassa Mampo de la Cstb, a regretté que certains médias aient servi à l’opinion des informations erronées sur le déroulement de la grève. Il a par ailleurs remercié la presse minoritaire qui a rendu compte fidèlement de la réussite de la grève. Il a démontré que le sentiment de mal être ressenti dans l’ensemble du pays n’est pas créé par la grève. Il a cité l’Omel où la grève du personnel a amené un particulier à résoudre le problème du déficit du plateau technique, l’absence de tribunal à Djougou, non sans préciser que la loi N°2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève en République du Bénin, avait déjà limité et encadré l’exercice du droit de grève

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire

    Hier Talon suscitait, encourageait et financait les grèves pour faire du mal à Yayi il croyait. Aujourd’hui il est pris à son propre piège et est enragé contre qui??. Atchokoiii.

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 7 mois

    Il faut que le gouvernement publie les salaires du président de la République, des ministres et des hauts fonctionnaires (préfets, etc) et vous serez surpris. Vous verrez que c’est vraiment la rupture au sens du dépouillement des maigres ressources du pays.

  • Avatar commentaire
    Azanhouan Il y a 7 mois

    N’oubliez pas que la grève a toujours été un fonds de commerce pour le SG Mais dommage cette fois-ci pas de dessous de table Continuez de raisonner comme un illettré Aucun texte jusqu’à présent n’encadre encore les mouvements de grève au Bénin Vous aurez vos yeux pour pleurer bientôt Vous voulez faire grève 360 sur 360 non Eh bien vous serez bien encadrés par les lois que les députés voterons et on verra ce que vous allez faire bande de faineants apatrides et inconscients

  • Avatar commentaire
    Omel vs. HOMEL Il y a 7 mois

    “…Il a cité l’Omel…” vous voulez certainement dire Hôpital de la Mère et de l’Enfant Lagune (HOMEL – Bénin)

  • Avatar commentaire

    Ce sont des paresseux, ils n’ont plus aucune raison pour grèver, on doit leur faire défalcation, pauvres béninois, ils ne veulent pas travailler mais comment on va se développer 

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 7 mois

    Produiraient

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 7 mois

    Pauvre pays, pauvres béninois, continuer à grever tous les jours, vous pensez que ce sont les enfants de Talon, Yayi, Soglo, Ajavon,Candide Azannai qui vont en souffrir?
    Non, tenez vous tranquile c’est vous et vos enfants qui allez en souffrir tôt ou tatd puisque je gagne mon pain à la sueur de mon front.
    Triste Bénin, entrain de devenir un pays de merde de part le comportement rétrograde de certains ses fils.
    Ils sont très nombreux à trouver une satisfaction morale dans la paralysie du pays.
    Tchôoooooooooooo, ça fait pitié que le négro africain soit encore à cette étape.
    Si les contribuables américains et européens grèvaient tous les jours, produiseraient-ils au point de vous envoyer l’excédent en forme de dons?