Bénin: réunion de toutes les forces contre la corruption et l’impunité

Bénin: réunion de toutes les forces contre la corruption et l’impunité

Deux ans après l’évaluation du Système nationale d’intégrité (Sni) au Bénin, Transparency international avec l’appui de l’Union européenne, a réuni à Cotonou hier toutes les catégories d’acteurs autour du bilan de la mise en œuvre du plan d’action élaboré et adopté il y a un an pour la promotion du Sni au Bénin.

Bénin – Complicité d’outrage à Patrice Talon : le Ca de Glo-djigbé jugé le 28 février prochain

La mise en application et le suivi du Plan d’action pour le renforcement du Système nationale d’intégrité (Sni) au Bénin, adopté par le gouvernement en novembre 2016, ne sera plus l’affaire des seuls organes créés par arrêté ministériel en avril 2017 à cet effet.

C’est le sens du « Dialogue de haut niveau » organisé ce jeudi 25 janvier 2018 au Bénin Marina hôtel, par Transparency international avec le soutien de l’Union européenne. C’est une rencontre entre acteurs des institutions, de l’administration publique et privée, de la société civile et autres, pour s’approprier ce plan et son exécution. « Avec ce dialogue de haut niveau engagé dès à présent autour de la mise en œuvre efficace du Sni, nous ne sous sentons plus seuls dans le processus de suivi des réformes. Désormais, tous les acteurs sont réunis et peuvent agir de façon intégrée… et contribuer qualitativement à enraciner les bases d’un environnement plus propice à l’intégrité dans notre pays, pour son développement.», s’est réjouit Martin Vihoutou Assogba, Chef de fil du consortium Alcrer-Social watch Bénin, désigné par Transparency international dans le cadre de l’évaluation dudit système et la suite du projet. Il rappelle que cette évaluation a permis un diagnostic rigoureux de la situation.

«Le niveau de corruption s’accroit ; le Sni est globalement faible ; la plupart des institutions sont instables, fragiles, incapables de traiter les pratiques de corruption, insuffisamment dotées en moyens et peu permissibles des réformes audacieuses ; le système judicaire, les juridictions financières et les organes d’application de la loi (police, gendarmerie, procureurs), sont les maillons les plus faibles du système d’intégrité …», rapporte-t-il.

Pour le Coordonnateur du Bureau régional ouest-africain de transparency international Samuel Kaninda, la présente rencontre est une occasion non seulement de bilan de l’an 1 de ce plan, mais surtout de réflexion sur les moyens de renforcement des acquis et les remèdes aux faiblesses de son suivi et de sa mise en œuvre, pour un système anticorruption performant. Pour lui, le vrai obstacle à la lutte contre la corruption au Bénin n’est pas l’absence de textes anticorruption, mais plutôt un manque de suivi et de mise en application. Il fait savoir que sur 29 indicateurs du tableau de mise en œuvre des recommandations de l’évaluation du Sni au Bénin, 17 n’ont enregistré aucun progrès, d’autres ont régressé ou que les données n’existent pas.

Mais avec la présente synergie initiée, le Ministre du travail et de la fonction publique Adidjatou Mathys, se dit convaincue de ce que l’année 2018 sera l’année de l’accélération. «Cette cérémonie marque une nouvelle étape dans notre politique nationale de lutte contre la corruption», a-t-elle affirmé avec l’espoir que les recommandations qui seront formulées à l’occasion, «contribueront à ouvrir de nouvelles perspectives pour éradiquer le phénomène de la corruption au Bénin ». C’est un préalable à tout développement, selon le Chef de coopération de la délégation de l’Union européenne, Yves Gillet.

Commentaires

Commentaires du site 0