Crise anglophone : le Nigeria se range du côté du gouvernement camerounais

Crise anglophone : le Nigeria se range du côté du gouvernement camerounaisPrésident du Cameroun

Le gouvernement camerounais a trouvé dans le Nigeria, un allié de taille contre les séparatistes.

Présidentielle au Cameroun : un opposant revendique la victoire

Sisiku Julius Ayuk Tabe, président de la dite région d’Ambazonie, aurait été interpellé au Nigeria, en compagnie de neuf autres cadres faisant parti de son mouvement séparatiste, ayant proclamé le 1er octobre 2017 dernier, la naissance de la république d’Ambazonie. Non reconnue, cette petit république est actuellement formée des régions du sud et nord-ouest Camerounais. Couvrant une large superficie, celle-ci s’étend jusqu’à l’océan Atlantique au sud et au Nigéria à l’ouest et au nord.

Interpellés dans un hôtel d’Abuja, capitale du Nigeria, les leaders du mouvement s’étaient ainsi donné rendez-vous afin de discuter du problème des réfugiés camerounais au Nigeria. L’annonce de cette interpellation a fait énormément réagir puisque, les activiste pro-Ambazonie, ont annoncé leur intention de lancer un mouvement ville-morte qui devrait s’étendre sur trois jours dans toutes les zones anglophones du Cameroun.

Ces arrestations pourraient également relancer les tensions entre le gouvernement et cette partie du pays. Souhaitant se montrer rassurant, Paul Biya, le président camerounais, a déclaré que le dialogue et la diplomatie seraient ses armes principales, tant que ces tensions se règlent « dans le cadre de légalité républicaine ». Sur un ton ferme, celui-ci a également déclaré que les fauteurs de troubles devront répondre de leurs actes affichant l’intransigeance du Cameroun face à ce mouvement indépendantiste.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Juliette Il y a 3 mois

    Bah c’est normal! Au Nigeria on a zigouillé Mazi Nnamdi Kanu, l’homologue pour le Biafra de Sisiku Tabe Ayuk. Buhari et Biya ont la meme manière de règler les problèmes de dissidence. Normal qu’ils d’entendent.