Crise sociale au Bénin: Tabé Gbian promet de jouer la médiation

Crise sociale au Bénin: Tabé Gbian promet de jouer la médiation

Les responsables des sept centrales et confédérations syndicales ayant appelé à une grève générale, ont été conviés ce jeudi 18 janvier 2018 au cabinet du président du Conseil économique et social (Ces), pour une rencontre d’échanges.

Crise sociale au Bénin : Le CES suggère la voie du dialogue aux syndicalistes

Le président Tabé Gbian a pris connaissance des contours de la situation de crise sociale qui prévaut actuellement, et a promis de jouer la médiation.

Sur invitation du président Tabé Gbian, les responsables des sept centrales et confédérations syndicales du Bénin sont allés au Conseil économique et social (Ces) ce jeudi 18 janvier 2018. L’objectif du président Ces en invitant ces responsables syndicaux, c’est de prendre connaissance de la situation de grève généralisée qui prévaut actuellement, d’en connaitre les contours et ce qui fâche les travailleurs. A la sortie de l’audience, Noël Chadaré le Secrétaire général de la Confédération des organisations des syndicats indépendants (Cosi), a informé que le président a été renseigné dans les détails de la situation.

Pour lui, ce qui fâche c’est d’abord la loi portant statut général de la fonction publique, votée par les députés, et qui retire le droit de grève aux magistrats, au personnel de la justice et aux agents de la santé. Il fait constater que depuis l’arrivée au pouvoir Talon, les libertés publiques sont de plus en plus menacées dans notre pays. Il a rappelé que le droit de grève a été retiré aux douaniers, quand on a voulu faire passer le PVI. Selon lui, pour instaurer la pratique d’affermage des hôpitaux de référence et des centres hospitaliers départementaux, le pouvoir a inspiré les députés pour retirer le droit de grève afin que les agents de santé ne puissent réagir. C’est la même chose pour les magistrats, où les députés leur ont donné des avantages matériels et financiers pour leur retirer leur autonomie.

Il y a aussi que le pouvoir ne respecte pas les engagements qu’il a pris. Il a signé avec les centrales et confédérations la charte nationale du dialogue social, dans laquelle toutes les lois sociales devraient faire l’objet de consultation des partenaires sociaux. Ce qui n’est pas fait, avec des réformes non inclusives. Le pouvoir tente toujours de passer en force. Anselme Amoussou, secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), n’imagine pas que le pouvoir puisse camper sur sa position de dilatoire et de silence, par rapport aux revendications.

« Je voudrais souhaiter sincèrement que le chef de l’Etat permette que l’initiative prise par le président du Ces de jouer la médiation prospère », a confié Anselme Amoussou. Il a indiqué qu’ils sont ouverts au dialogue à n’importe quelle heure. « Maintenant, si on choisit de considérer qu’on est tellement fort, si fort pour écraser tout le monde, vous serez là pour faire le bilan avec nous », a-t-il conclu. Le président Tabé Gbian a promis jouer sa partition pour que la paix revienne

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON Il y a 6 mois

    Crise sociale au Bénin: Tabé Gbian promet de jouer la médiation
    C’EST UN GROS , GRAND ET GRAS REVEUR CE TABE GBIAN .
    POUR QUI SE PREND T’IL ?
    QUANT A SONANGNON , J’AI DU MAL A CROIRE A TA NAIVETE GRANDEURE NATURE.
    GREVE POUR ABATTRE TALON .
    SI C’EST TON SOUHAIT , ATTEND LA POULE DE TCHAOUROU CHEZ YAYI BONI POUSSER DES DENTS .
    LES CHEFS SYNDICALISTES SERONT EN AUDIENCE CHEZ TALON MARDI ET CHACUN D’EUX SORTIRA AVEC PAS MOINS DE 50 MILLIONS CHACUN .
    ADIEU LA CHUTE DE TALON ET LONGUE VIE AUX SYNDICALISTES VERR..EUX .

  • Avatar commentaire
    Abdoul Il y a 6 mois

    Continué ce qui est sûr si vous croyez fait du mâle au gouvernement vous aviez versé de l’eau sur le dot du canard cars aucun des menbre du gouvernement va ce soigné au bénin et même leur enfant étudie a l’étranger donc ce sont toujours la pauvres populations qui paye le pris de ce que vous et le gouvernement vous faites l’histoire rattrape toujours un jours vous allez le regretté

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 6 mois

      Une grève peut conduire à la chute de TALON, et il sait très bien!!!

      Les syndicalistes doivent remettre sur la table tous les dossiers, le retour du PVI, les privatisation sauvages, la situation de monopole de SODECO dans le secteur du coton et des intrants; les marchés gré à gré qui ne respectent pas la loi, et où il y a des indices que c’est le clan TALON qui est en dessous comme la société qui a en charge la sécurité de l’aéroport, l’affaire de rétro commission sur le RAVIP etc…

      TALON vient de prendre un coup, il n’est pas question de le laisser rebondir, s’il faut l’abattre, qu’on lui donne le coup de grâce pour qu’on en finisse avec lui une fois pour de bon!!!