Devoirs surveillés dans les CEG de Lokossa : Les élèves refusent de composer

Devoirs surveillés dans les CEG de Lokossa : Les élèves refusent de composer

Ce lundi marque le début de la  semaine des devoirs surveillés dans les CEG de Lokossa mais au lieu d’être dans les classes pour subir les épreuves, les élèves sont descendus dans les rues. Pour eux, pas de devoirs surveillés dans un climat où la grève bat son plein.

Après 10 ans sans salaire: Les enseignants communautaires décrètent une grève de faim

Bandeau rouge sur le front, les mains chargées de branchages, les élèves des CEG de Lokossa ont battu le macadam ce matin. Pour ces apprenants, il n’est pas question de composer les devoirs surveillés alors que l’année scolaire est perturbée par des mouvements de débrayage.

Arrivés à la préfecture du Mono, point de chute de leur marche, les élèves ont été reçus par le préfet en personne. Après avoir écouté leur préoccupation Komlan Zinsou  a promis de rencontrer le directeur départemental de l’enseignement secondaire  du Mono afin que la situation soit réglée.

Pour rappel, les enseignants du secondaire observent une grève depuis la semaine écoulée. Au départ, ce mouvement de débrayage visait à manifester contre le vote de la loi retirant le droit de grève à certains fonctionnaires de l’Etat. Mais après la décision de la Cour constitutionnelle, les grévistes ont soulevé d’autres points de revendication. La situation ne risque pas de se calmer puisque le Front d’action des syndicats de l’éducation a annoncé une grève de 72 heures à compter de demain.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 10 mois

    Quels drôles d’élèves !!!
    D’ici quelques jours le FSP va envoyer les enseignants dans les salles de classes.
    L’autre depuis l’autre côté de l’Atlantique a raison en traitant de “pays de merde”.

  • Avatar commentaire

    De quoi se mêlent ces enfants ? Ils jouent avec leur avenir ces enfants, ces pauvres innocents qui servent de boucliers pour leurs maîtres. C’est dommage. Que Dieu les ramène à la raison.