Accusée par Amnesty International d’avoir tué près d’une trentaine de civils, l’armée nigériane a décidé de répliquer.Le 4 décembre dernier, l’aviation nigériane survolait le nord-est de l’État de l’Adamawa, région fortement secouée par des tensions entre deux communautés, d’une part les éleveurs sédentaires de confession musulmane et d’autre part, les cultivateurs de confession chrétienne. Cependant, ce jour-là, l’armée aurait en effet délibérément tué une trentaine d’innocents.

Ainsi, selon les informations dévoilées par l’ONG Amnesty International à l’occasion d’un rapport récemment rendu public, un raid aurait été organisé au cours duquel des roquettes ont été lâchées, tuant ainsi 35 personnes précisément. Ce raid aurait eu pour objectif de mettre fin aux affrontements entre les deux communautés cités ci-dessus.

Face à ce rapport publié par Amnesty International, l’armée nigériane a tenu à réagir, qualifiant notamment ces accusations de mensongères et sans fondements. Toujours selon l’armée, jamais l’aviation n’a été un recours afin de mettre fin à ces affrontements, souvent sanglants, entre éleveurs et cultivateurs.

4 Commentaires

    • Euh le “Che”, si l’argumentation, consiste à demander que l’action de l’armée considérée sur le même pied d’égalité que les terroristes, alors ils ont gagné (les terroristes).

      Parce que c’est leur 1er objectif: se hisser par tous les moyens aux yeux de tous, comme aussi légitimes que ceux que veulent détruire les terroristes.

  1. “Toujours respectés, parfois craints, jamais haïs” Le credo de toutes les troupes engagées dans un combat contre-insurrectionnel ou une guérilla susceptible d’utiliser les populations pour s’y cacher et recruter

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire