Amnesty International : Fidel Kikan annonce le “requiem” des libertés fondamentales au Bénin

Amnesty International : Fidel Kikan annonce le “requiem” des libertés fondamentales au Bénin

Le directeur exécutif d’Amnesty International Bénin a été reçu ce lundi matin dans l’émission « l’invité du jour » de la radio Soleil Fm. Fidel Kikan, s’est prononcé sur la question des droits de l’homme au Bénin.

Amnesty international Bénin poursuit le plaidoyer contre la peine de mort

Pour l’invité, la situation des droits de l’homme au Bénin va de mal en pis. Il dit s’inquiéter de la froideur avec laquelle les libertés fondamentales sont bafouées sous le régime de la rupture.

Pour illustrer ses propos, il a évoqué la radiation de 21 membres d’associations estudiantines de l’Université d’Abomey- Calavi pour fait de grève, la suspension d’organes de presse, les campagnes de dénigrement contre la Cour constitutionnelle, le dédommagement injuste  des propriétaires terriens de Glo-Djigbé  et l’interpellation d’individus pour outrage au chef de l’Etat. Sur ce dernier cas, Fidel Kikan pense que la justice béninoise  fait une interprétation dangereuse de la notion d’outrage au chef de l’Etat.

De l’avis de ce défenseur des libertés, ces différents cas de violation des droits de l’homme  ravivent l’indignation et la révolte de son organisation. Aujourd’hui, pense-t-il, les organisations de défense des droits de l’homme ne peuvent plus se contenter uniquement de leur gosier pour dénoncer la violation des libertés  sous le régime. Il faut qu’elles fassent travailler leur tête pour analyser les faits et gestes du régime. En se livrant à cet exercice et surtout en se fiant à la succession des événements, on constate que  nous allons vers le requiem de nos libertés fondamentales  selon Fidèle Kikan.

Commentaires

Commentaires du site 0