Bénin : Les magistrats lèvent leur motion, les greffiers poursuivent la grève

Bénin : Les magistrats lèvent leur motion, les greffiers poursuivent la grève

La grève des magistrats réunis au sein de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab), a pris fin le vendredi 02 février 2018 à minuit selon le communiqué de la levée de motion de grève de l’Unamab.

Unamab – Bénin : La sortie de crise dépend de la rétrocession des salaires

Ce qui signifie que les cours et tribunaux vont fonctionner normalement à partir de ce jour lundi 05 février. Toutefois, une inquiétude persiste sur le bon déroulement des audiences.

Les Cours et Tribunaux reprennent vie à partir de ce lundi 05 février 2018. C’est ce que l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) a décidé à travers la levée de sa motion de grève, lancée depuis le 04 janvier dernier. Ce qui signifie que normalement, les usagers des tribunaux et des Cours doivent pousser un ouf de soulagement après trois semaines de perturbation du système de justice, due aux mouvements de grève. L’Union nationale des magistrats du Bénin se réserve le droit de repartir en grève au cas où le gouvernement tenterait de procéder aux défalcations sur salaire ou s’il tente une punition à l’encontre des grévistes du secteur pour cause de grève. C’est déjà heureux que le secteur justice reprenne ses activités pour satisfaire les justiciables. Il revient dès lors au gouvernement d’éviter toute frustration ou offense, seule condition pour ne plus replonger le secteur dans la grève.

L’on doit en effet cette reprise des activités dans les juridictions aux dernières décisions de la Cour constitutionnelle. La plus haute juridiction se prononçant sur la conformité de certaines lois votées par le parlement, a jugé contraires à la Constitution certaines dispositions de lois qui retirent le droit de grève non seulement à certaines catégories de travailleurs, mais également aux magistrats. Le président de l’Unamab Michel Adjaka a exprimé sa joie à ce propos, et il a déclaré que « la Cour constitutionnelle a proclamé l’Epiphanie des libertés syndicales ». L’Assemblée générale de l’Unamab  a décidé de ne plus poursuivre la grève au regard des décisions de la Cour qui rétablit le droit de grève, tout en émettant des réserves.

Quid de la grève des Greffiers ?

Les Magistrats ont suspendu leur grève mais les Greffiers n’ont pas encore eu satisfaction de leurs revendications. Ils exigent donc à travers leur syndicat, la réparation de ce qu’ils appellent injustice créée par leur autorité. Les signataires de la motion de grève exigent l’abrogation pure et simple du décret n°2017-388 du 04 août 2017, et de l’arrêté n°2017-074/MJL/DC/SGM/DAF/DSJ/SA/049 SGG 17 du 11 septembre 2017, suivis de la reprise des nominations de greffiers en chef, conformément aux textes en vigueur. La non satisfaction de ces exigences maintient la motion de grève des Greffiers, sans lesquels toute audience est difficile. Pour rappel, le greffier est l’auxiliaire de justice le plus proche du juge, puisqu’il est chargé tout au long de l’instance judiciaire de garantir le respect et l’authenticité de la procédure. Les Greffiers sont chargés de dresser les procès-verbaux lors des audiences. Ils rédigent certaines décisions et s’assurent du respect par le juge du formalisme des actes juridictionnels. Leur présence est obligatoire à l’audience, de même que leur signature sur les décisions juridictionnelles du juge. Visiblement, la reprise de travail des magistrats ne délivre pas totalement le secteur justice des perturbations. Si les Greffiers restent dans leur logique de poursuite de la grève, le gouvernement est alors appelé à satisfaire les revendications pour le bon fonctionnement des audiences dans les Cours et tribunaux

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    TRANQUILE Il y a 9 mois

    Mes cher magistra svp ramener la ball a terre sa y ira

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 11 mois

    Toujours l’argent toujours réclamation d’argent, on ne travaille pas et on veut argent et promotion.
    Quel est ce pays qui peux se développer dans de telles conditions?

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 11 mois

      Ah ! D’aucuns se goinfrent de l’argent public sans grève , alors que d’autres doivent se serrer la ceinture ! 😡😡😡 on est où là