Ghana : Nana Akufo-Addo, une version améliorée de Thomas Sankara?

Ghana : Nana Akufo-Addo, une version améliorée de Thomas Sankara?

Très rapidement et après des premières décisions capitales dans son pays, le président ghanéen Nana Akufo-Addo est devenu en quelques mois un symbole en Afrique. Applaudi sur les réseaux sociaux, son nom est de plus en plus cité dans les réseaux panafricains.

Nana Akufo-Addo à Donald Trump : « Nous ne sommes certainement pas un pays de merde »

En Afrique, très peu de présidents ont dans le passé eu les faveurs des défenseurs de la cause des africains. Depuis la mort de Thomas Sankara, hormis certains rares cas, comme celui de Paul Kagame au Rwanda, la plupart des réseaux qui s’activent pour le réveil du continent noir sont en manque de modèles.

Toutefois, ce dernier est très controversé notamment chez les populations congolaises qui l’accusent de semer le trouble dans leur pays. Très salué depuis sa prise de fonction en tenue traditionnelle, Nana Akufo-Addo sait faire sensation.

Le nouveau président ghanéen, qui a pris fonction début 2017 semble, lui, suivre une toute autre trajectoire. Et pour cause, contrairement au président rwandais, ce dernier n’a pas pris le pouvoir après une guerre. Il semble animé par la même détermination que Kagame, d’autodétermination des peuples africains; et tout comme lui, peut également bénéficier des ressources de son pays : pétrole, développement de l’agriculture et autres.

Héritant de l’un des pays les mieux gérés en Afrique de l’Ouest, il n’a pas eu de mal à mettre en place une politique qui l’a amené récemment (avec l’aide des ressources de son pays) à affirmer que son pays n’allait pas redemander l’aide du FMI cette nouvelle année. Une annonce ponctuée par des slogans comme “le Ghana au-delà de l’aide“. Face au président français, il avait même tenu un discours très panafricain appelant au respect du continent, mais appelant également les africains à se mettre au travail pour faire développer leur continent.

Un discours qui a très vite été comparé à celui du président Thomas Sankara en face de François Mitterrand en novembre 1986. A la différence du président burkinabè, icone de la détermination des peuples noirs, le discours modéré, mais tout autant déterminé, sans aucune joute verbale, a séduit ceux qui voient en Nana Akufo-Addo, un digne successeur de Thomas Sankara.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    APEDO ATSU Il y a 2 mois

    chacun de ces deux présidents contrairement à leur qualité de président ont un rêve à réaliser et un objectif bien définit à atteindre. sankara a fait son temps qui sait s’il a enfin réalisé son rêve. Il est l’un des africains et le canal que le seul Dieu a utilisé pour le réveil de certaines Leaders africains comme le redoutable Nana Addo, l’une de la renaissance africaine au Ghana.Bienvenu.

  • Avatar commentaire
    Awalson Il y a 2 mois

    Vive l’Afrique

  • Avatar commentaire

    Sankara amélioré,qui sous entend que le président ghanéen est de moins de défaut que Sankara ? Je déplore cette expression. Nous prenons tous des décisions en fonction certains paramètres tels que le temps,le lieu,circonstances…
    Chacun à son charisme.

    • Avatar commentaire
      WedPanga Il y a 2 mois

      He Oui , Sankara améliore c’est tout a fit possible …. Le cote obscure et inconstant de Sankara ( pour ceux évidement qui étaient en âge de comprendre pendant la révolution ) ont souvent terni son éclat instinctif et réel .

      Et c’est bien d’avoir MIEUX que Sankara ! Cela veut dire que on avance 😉

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 2 mois

    Même si la problématique des relations dominants-dominés reste d’actualité, le contexte géopolitique de 1983( année de prise de pouvoir de Sankara) n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Il n’y a des lors aucune symétrie possible entre la ligne politique de ces deux hommes.

  • Avatar commentaire
    Tchite' Il y a 2 mois

    Pourquoi:” Sankara amélioré”? Sankara est unique, il a fait son temps. Akuffo-Addo est aussi unique et fera son temps. 

    Les défis sécuritaire, alimentaire, économique, et d’auto détermination du continent devront être relevés ô ar les Africains eux-memes. “There is no free lunch”. Il faut qu’on le comprennent en tant qu’Africains. L’aide tant attendue, ne viendra pas d’ailleurs.