Politique globale au Bénin : Gaston Zossou dans un exercice périlleux

Politique globale au Bénin : Gaston Zossou dans un exercice périlleux

Le directeur général de la Loterie nationale du Bénin, est l’invité de l’émission Zone franche de la télévision Canal 3 ce dimanche 18 février 2018. Dans un exercice d’explication de la politique globale du chef de l’Etat, l’invité s’est montré critique du régime défunt.

Bénin : Patrice Talon privilégie les médias étrangers pour faire son bilan (Rfi, Tv5 et Le Monde)

Une vraie question de compréhension des propos des proches du gouvernement se pose. Le régime Yayi doit-il servir de baromètre pendant tout le quinquennat de la Rupture et du nouveau départ ? Mieux, pourquoi focalise-t-on l’attention des populations sur ce qu’on qualifie d’erreurs de ce régime, sans pour autant convaincre dans la gestion ?

Hier dimanche, le directeur général de la Loterie nationale Gaston Zossou, est revenu sur ce qui parait à ses yeux une gestion approximative du régime Yayi. Alors que sa mission était beaucoup plus d’expliquer la politique globale et les choix politiques majeurs du gouvernement de la rupture, l’invité a beaucoup plus décrié le régime défunt et donc maqué de satisfaire aux attentes des téléspectateurs. Selon ses propos, il n’y a rien de nouveau concernant le congrès des Forces cauris pour un Bénin émergent… Puis l’intervention de Boni Yayi est passée au scanner. « On a tenu un discours réconciliateur et d’apaisement en Français. Mais, en Nago on dit le contraire… ». Un tel fait selon le Directeur général de la Loterie nationale du Bénin, n’est pas digne de Yayi Boni. Gaston Zossou a soutenu que l’ancien chef d’Etat s’est employé au régionalisme pendant ses deux mandats, et que par conséquent demander à ses amis collaborateurs de ne pas faire preuve de régionalisme est une contradiction. Il a d’ailleurs refusé d’apporter des précisions sur ce que l’ancien chef d’Etat a dit en langue Nago : « Je ne suis pas son reporter… », a-il clamé.

Il a argué que le régime de Patrice Talon est à l’opposé de celui de Boni Yayi. « Autrefois, on allait inaugurer deux kilos de pierre et puis on revenait faire de l’ostentation… on se déplaçait souvent pour se faire voir… » a-t-il affirmé, pour justifier la première visite d’un chantier de construction des épis de Siafato du chef de l’Etat le jeudi 15 février 2018. « Je pense que c’est un nouveau mode opératoire, une nouvelle gouvernance » s’est-il réjoui, indiquant que sous Boni Yayi on brassait du vent alors qu’aujourd’hui il y a de la parcimonie, de la mesure. Le chef de l’Etat selon lui laisse ses ministres travailler, lit leurs rapports et se déplace au besoin. Au sujet de l’aéroport de Glo-Djigbé, Gaston Zossou a indiqué que les transactions faites sur les zones déclarées d’utilité publique portent la signature des municipalités, qui sont des démembrements de l’Etat

Commentaires

Commentaires du site 0