L’ancien directeur général du Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb) Antoine Dayori séjourne désormais en prison. Il y est déposé avec neuf autres personnes dans une affaire de malversation financière dans cette société d’État.L’étau se resserre contre Antoine Dayori dans une affaire  de malversation au Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb), une institution qu’il a dirigée  du 26 mai 2016 au lundi 17 juillet 2017, après  son limogeage. Un scandale financier révélé au Cncb a impliqué Antoine Dayori un ancien Dg, proche du chef de l’État et plusieurs cadres de la société.

Dans cette affaire, Antoine Dayori a été interpellé puis présenté au procureur le mardi 20 février dernier. Il a été mis en liberté après son audition. Mais depuis ce jour, il n’est plus libre de ses mouvements. Antoine Dayori est sous mandat de dépôt avec un certains nombres de personnes.

Sur la liste, on retrouve Didier Fagnon, Max Peters, Justin Adegoun, Essou, madame Azaratou, Gauthe, Arnaud Ganhounouto, Eric Hounguè, Claude Quenum. Par contre, Alapini Marcel Saturnin, Méré Daouda, Salifou Assim, Guédou Maxime, Adiou Cossi, Houssou Pascal, Tassou Zachari et Maurice sont placés sous contrôle judiciaire.

Rappelons qu’il est reproché à Antoine Dayori un abus de fonction, détournement et usage illicite de biens publics. Il avait été relevé de ses fonctions par le ministre Hervé Hêhomey le lundi 17 juillet 2017 pour une légèreté blâmable dans la prise des mesures conséquentes exigées par la décision du conseil des ministres, en sa séance du mercredi 30 juin 2017, confiant la gestion du bordereau électrique de suivi des cargaisons (Besc), au Port Autonome de Cotonou. Bien de surprises attendent les mis en cause dans cette société.

13 Commentaires

  1. Le travail de nettoyage au carchère est bien en place au Bénin. Il faut débarrasser le pays de la corruption et de l’incompétence. Notre justice fonctionne bel et bien.
    Bravo M le procureur, nous en avons assez de ces rapaces. Tous derrière les barreaux , n’en déplaise à certaines plumes 

  2. Mascarade , pure comédie ; dayori serait député, et membre du BMP , qu’il n’aurait pas eu droit à ce traitement.
    Barthélémy kassa , ne me démentirait pas 

    • Kassa est un produit du Yinwêland (Boni Yayi), qui a monté le dossier de kassa devant la justice, réponse le chef du Yinwêland, alors tu réclames quoi et á qui?

      • Ce produit est ” enrobé d’électeurs ” et a partagé les millards volés de l’eau à la population , avec le beau-frère du ” prince Olivier boco , que vous le mettez sous vos jupons 😡😡😡

  3. Tiens Dayori que l-nt voyait dejà libre concluant du coup à une justice de deux poids deux mesures se retrouve curieusement placé sous mandat de dépot.

    Les e.cri.vail.lons de chez l.nt ne sont pas à une con.nerie près.

  4. et pourtant ils ont tôt fait de critiquer le governement qui selon lui detail du deux poids deux mesures.C’est je suis entrain de croire que l’affaire des 18kg de Adjavon est vraie

  5. Les béninois même sont des malades mentaux début,vous voulez une chose et son contraire. Plus de détournement à l’air de talon, nous cherchons trop la facilité. Celui qui travaille à sa sueur va gagner sa vie avec fierté

  6. TALON se montre t il sensible aux critiques???

    Si oui, qu’il ordonne la libération de METOGNON, cet homme n’a pas sa place en prison, et que lui même se constitue *************************************************** ******************************

    • SI VOUS PENSEZ QUE METOGNON N’A PAS SA PLACE EN PRISON, ALLEZ LUI EXIGER LE REMBOURSEMENT DES FONDS DES RETRAITES DE LA CNSS DEPOSES A LA BIBE. CAR CEUX CI NE PERCOIVENT PAS CORRECTEMENT LEUR PENSION DE RETRAITE POUR RAISON DE MANQUE DE FONDS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP saisissez votre nom
SVP, Entrez votre commentaire