Trésor public au Bénin : L’intersyndicale suspend sa motion de grève

Trésor public au Bénin : L’intersyndicale suspend sa motion de grève

Annoncée pour démarrer ce jour, la grève de 48 heures ne sera pas observée par les agents du trésor public. Pour cause, l’intersyndicale du trésor a suspendu sa motion de grève.

UAC – Bénin : Une reprise timide des cours dans les amphis

C’est à travers une motion de suspension de grève conjointement signée par les secrétaires généraux du Syndicat national des agents de la trésorerie du Bénin (Snatb), et celui du syndicat national des agents du trésor public du Bénin (Synatrep-Bénin) hier mardi 06 février 2018, que ces fonctionnaires l’ont fait savoir.

Cette suspension selon la motion, est motivée par la volonté du ministre de l’économie et des finances de donner satisfaction à leurs revendications après qu’il est reçu leur motion de grève. Cette volonté et bonne foi se traduit par une séance de travail que le ministre des finances a bien voulu avoir avec les partenaires sociaux ce mercredi 07 février 2018, pour passer en revue leurs revendications.

La décision de suspension intervient six (06) jours après la motion de grève prise par l’intersyndicale du trésor. En dépit de cette bonne foi du ministre, le personnel du trésor public reste mobilisé et ne tardera point à renouer avec les mouvements de protestation, du moins au cas où les différents engagements ne seraient pas tenus. Entre autres revendications : la sécurisation des postes comptables, la correction des nominations contraires au plan de carrière, la parution sans délai du statut des comptables publics, la restitution par la Sonacop des tickets valeurs dus à l’administration du trésor public, le retrait immédiat de la note de service du directeur général du trésor et de la comptabilité publique, excluant certaines catégories d’agents des formations qualifiantes et le recrutement de 200 agents pour le compte du trésor public

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 9 mois

    Voilà qui montre la nécessité de réglementer l’activité syndicale au Bénin et par conséquent l’exercice du droit de grève.