Affaire 328 millions au ministère du cadre de vie : les détails de Jean-Baptiste Elias

Affaire 328 millions au ministère du cadre de vie : les détails de Jean-Baptiste Elias

Au Bénin, l’information a été donnée hier jeudi 15 mars 2018 au cours de la conférence de presse animée par le président de l’autorité nationale de lutte contre la corruption, Anlc, Jean Baptiste Elias, dans la salle de conférence de son siège à l’immeuble Dina au quartier Maro-militaire.

Journées nationales de la gouvernance : L’Anlc plaide pour la restitution des deniers détournés

Face aux micros et caméras des journalistes, Jean-Baptiste Elias a expliqué comment 328 millions de Fca auraient pu être détournés au ministère du cadre de vie par le truchement d’une commande d’achat de 84 motos cross. Une révélation qui coïncide avec l’engagement et la détermination du chef de l’Etat à lutter contre la corruption.

Dans le cadre du projet de gestion des forêts au ministère du cadre de vie et du développement durable, il a été a décidé de l’acquisition de 84 motos de marque Honda XL 125 Lek. Pour ce faire, le ministère du cadre de vie a lancé à travers la personne responsable des marchés publics, un appel d’offres qui selon le président de l’Anlc, a été confié à un seul organe de presse : le journal le « Potentiel » pour large diffusion. A la suite de cet appel d’offre, trois entreprises ont soumissionné : Atlantique motors, Global motors et Les Bagnoles motors. La commission de passation des marchés publics de ce ministère, après dépouillement et étude des offres, a retenu l’entreprise Les Bagnoles motors.

A la date du 14 décembre 2017 selon le président de l’Anlc, la personne responsable des marchés publics et le responsable de Les Bagnoles motors, ont procédé à la signature de contrat d’achat et de livraison de 84 motos cross de marque Honda XL 125 LEK, et des lots de pièces de rechange pour chaque moto composés comme suit : pignon avant, pignon arrière, chaine, jeux de patins de frein avant et patins arrière, câble d’embrayage, pneu avant, pneu arrière, chambre à air avant, chambre à air arrière, paire de gangs, antivol, bougie d’allumage, filtre à air, main d’embrayage.

Selon les termes de ce contrat rapporté par l’Anlc, l’entreprise Les Bagnoles motors s’engageait à livrer au ministère du cadre de vie les 84 motos, à raison de 5.142.121 FCFA la moto, soit une somme totale de 431.938.164 FCFA pour les 84 motos. Les Bagnoles motors s’engageaient aussi à livrer des lots de pièces de rechange pour chaque moto, à raison de 664465 FCFA soit 55.815.060 FCFA pour les lots de pièces de rechange des 84 motos. L’autorité de lutte contre la corruption ayant été saisie à propos de ce contrat, elle a bien voulu en savoir davantage. Selon Jean-Baptiste Elias, l’Anlc a engagé ses investigations pour démêler l’écheveau sur ce que les dénonciateurs dudit contrat qualifiaient de surfacturation.

L’Anlc a donc contacté le représentant de la marque Honda au Bénin, c’est-à-dire ATC Beko, à travers une correspondance aux fins de savoir combien coûte une moto de marque Honda XL 125 LEK, et à combien pourrait revenir l’unité dans le cadre d’une commande groupée de 84 motos. ATC Béko a répondu à l’ANLC que cette marque de moto n’est pas produite par leur entreprise mère au Japon. Elle est plutôt fabriquée par la filiale de Honda en chine, et réservée exclusivement au marché intérieur chinois. Que les motos vendues par ATC Béko sont plutôt de forme améliorée à celle vendue en Chine. Et que les motos dans leur boutique sont vendues à 1.475.000f l’unité ou 1.375.000f dans le cadre d’une commande groupée de 84 motos. Ces informations d’ATC Béko ont permis de remarquer une différence de près de 4.000.000f par moto, avec les prix proposés par Les Bagnoles motors. L’Anlc saisit le ministre du cadre de vie, celui des finances et l’Armp. Le ministre des finances écrit à son collègue du ministère du cadre de vie et du développement durable. Il lui demande de tenir compte des investigations de l’Anlc et de ses recommandations. Le ministre des finances saisit à son tour l’Autorité de régulation des marchés publics, Armp. L’Armp déclare son incompétence à annuler ce marché, mais opte d’infliger des sanctions administratives au responsable des marchés publics du ministère du cadre de vie, soit un an d’incapacité à siéger dans une commission de passation de marché public. Et six mois d’interdiction des membres de la commission de passation des marchés, en attendant les sanctions pénales éventuelles. Entre temps rapporte l’Anlc, le ministre du cadre de vie qui a été saisi depuis janvier 2018 n’a jamais répondu à la correspondance de l’Anlc. Le plus curieux encore, c’est que le même ministre a par trois fois écrit au ministère des finances pour lui demander l’envoie des agents de ce ministère pour assister à la réception des 84 motos et pièces de rechanges. Chose que le ministère a toujours décliné.

L’Anlc s’étonne aussi de la célérité avec laquelle ce contrat a reçu toutes les signatures en l’espaces d’une semaine : le 14 décembre 2017, la personne responsable des marchés publics du ministère du cadre de vie et Les Bagnoles motors ; le ministre du cadre de vie le 19 décembre 2017, le contrôleur des finances de ce ministère le 20 décembre 2017, et le ministre des finances le 21 décembre 2017. C’est donc au total 328 millions de surfacturation qui étaient en voie d’être faits à travers ce marché d’achat de motos. Au moment où le président Talon parle de lutte indiscriminée contre la corruption, voici une seconde affaire après celle du concours à polémique de la Cnss en 2017 classée sans suite par le gouvernement, qui attestera de sa bonne foi… On ne perd rien à attendre

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire

    c’est vraiment inadmissible que tout ceci se passe dans mon pays.où allons-nous?c’est ça la rupture?au moment où la population se plaind pour la faim,ceux sur qui nous avons placé nos confiances ne manquent pas de nous gruger.ça fait mal.que la justice soit faite.

  • Avatar commentaire
    Brice DJOSSOU Il y a 4 mois

    Bravo à vous Mr le Président FONAC/ALNC.Il faut dénoncer ces champignons de corruption.Et ils nous demandent de serrer la ceinture.Quelle ceinture il faudra serrer ???

  • Avatar commentaire
    Magnonguidas Il y a 4 mois

    NOUS ATTENDONS DONC TOUS CE QUE LE CHEF TALON ET DJOGBENOU VONT NOUS DIRE AU CONSEIL DES MINISTRE PROCHAIN. VIVEMENT LE MERCREDI ! COMME ILS SONT TELLEMENT PROMPTS SUR CES CAS, LE LIMOGEAGE DE TONATO ET DE WADAGNI EST CERTAINEMENT DEJA EN TELECHARGEMENT. N’EST CE PAS MONSIEUR LE PRESIDENT ? MONTRE NOUS TA VAIE IMPARTIALITE . C’EST LE MOMENT OU JAMAIS !

  • Avatar commentaire

    Bon travail au Sieur Jean-Baptiste..! C’est génial le travail qu’ils font lui et son organisation. Tout ça permettra à notre président de mieux maîtriser ses troupes et de vraiment faire attention. Continuez comme ça, Nous avons aussi besoin des gardes foux solides comme vous pour faire avancer ce pays..!

  • Avatar commentaire

    Si le gouvernement ne veut pas perdre sa crédibilité concernant la lutte contre la corruption, cette affaire doit se terminer par des poursuites judiciaires de tous les responsables, à tous les niveaux.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 4 mois

      Ce gouvernement, à commencer par son chef , a-t-il été jamais crédible ? Pour nous NON 

      • Avatar commentaire

        Oui Olla ce gouvernement à commencer par son chef est corrompu mais pas plus que celui se yayi Boni! Au moins ici on en parle sans être inquiété mais au temps de yayi Elias aurait il pu le faire sans disparaître mystérieusement ? Ou alors sans se retrouver avec des plombs dans le corps?

  • Avatar commentaire
    Adolphe Il y a 4 mois

    Cette sociėtė Les Bagnoles Motors a des relations bizarre avec notre ėtat.  Les cadres de l administration se laissent influencer par un loueur de vėhicules comme si ce n est pas avec l argent du pays qu on paie très chers ces véhicules mis à leur disposition.
    Quelle valeur ajoutėe y a t il pour le Bėnin dans la location exhortante de vėhicule? Au point où des ministres s acoquinent sans dignitė pour leurs fonctions. 
    Vous verrez que ça va se terminer sans clartė.

  • Avatar commentaire
    Adolphe Il y a 4 mois

    Il faut punir les corrupteurs  et les corrompus. Ce n’ est pas suffisant d annuler le marchė. Et il ne faut pas se contenter des fusibles.
    L’état doit aller au bout et examiner de son propre chef toutes les conventions conclues avec cette sociėté depuis son existence. Il faut faire rembourser tout ce qui a ėtė anormalement payé. Quand on veut lutter contre la corruption, il faut arrêter la complaisance.

  • Avatar commentaire
    Christelle Il y a 4 mois

    Nous attendons patiemment le prochain conseil des ministres

  • Avatar commentaire

    C’est bien dommage pour notre pays. On ne pourra jamais atteindre le développement à cette allure.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 4 mois

    Révoltant , quand  je pense que ce régime jette en prison l’honnête citoyen metognon pour 2 millions de commission reçue sans preuve formelle .
    Ils vont payer , tous payer 

  • Avatar commentaire

    Sous la rupture la corruption est discrète mais massive. On se sert non pas à la cuillère ou à la louche mais avec des brouettes.

  • Avatar commentaire

    Tonato va t-il être démis et traduit devant la justice,j’espère bien. Avec autant de preuve sur son implication c’est le minimum qu’on pourrait attendre d’un gouvernement qui prétend lutter contre la corruption.