Bénin : Et si Talon écoutait le peuple pour améliorer sa gouvernance

Bénin : Et si Talon écoutait le peuple pour améliorer  sa gouvernance

Après les syndicats du secteur de la santé et ceux de la plate-forme portuaire, ce sont les centrales et confédérations syndicales qui ont été reçues par le chef de l’Etat.

Crise au Togo : L’efficacité de Patrice Talon comme mandataire de l’Onu

Puis ce fut le tour des confessions religieuses : l’épiscopat, les méthodistes, l’Union islamique du Bénin les évangéliques. Il y a eu aussi les propriétaires terriens de Glo-Djigbé et des organisations de femmes.

En recevant à tour de rôle les composantes de la société, il y a lieu d’avoirespoir que cela soit une occasion pour le chef de l’Etat d’écouter le peuple pour réajuster son modèle de gouvernance.

Voici presque deux mois que le président reçoit presque chaque week-end, une composante de la société. Ces rencontres sont nées des crises enregistrées de la part des travailleurs mécontents soit des décisions du gouvernement dans leur secteur d’activités soit de l’absence de réponses concrètes et satisfaisantes du gouvernement à leurs revendications.

Dans la perspective de calmer la tension et de renouer avec l’esprit du dialogue, le chef de l’Etat a entrepris de rencontrer les différents groupes de travailleurs mécontents. Il a élargi ces rencontres aux organisations confessionnelles en attendant de recevoir certainement aussi les têtes couronnées. Il serait profitable au pays tout entier et au chef de l’Etat en particulier que les rencontres qu’il tient ainsi avec les différents groupes, aient pour finalité d’écouter de lui-même les récriminations, les observations et les suggestions sur sa gouvernance. Il est à souhaiter que le président Talon utilise tout ce qu’il aura entendu de ses convives pour repenser son modèle de gouvernance, c’est –à-dire revoir sa façon de gérer les affaires publiques.

Revoir la méthode des échanges

En considérant que c’est la grogne sociale qui est à l’origine de ces rencontres, il ne fait pasde doute que c’est le modèle de gouvernance du chef de l’Etat qui est chaque fois remis en question. Le chef du gouvernement de la rupture gagnerait à prêter oreille aux contenus des échanges de ses interlocuteurs. C’est pour cela que la conduite de ces rencontres jusqu’ici est à regretter. Puisqu’à chaque fois, on a l’impression que le c’est le « one man show » du président de la république qui est organisé.

Pour l’ensemble des échanges, le chef de l’Etat s’exprime pendant les 2/3 du temps imparti voire les 3/4. Ne laissant à ses interlocuteurs que le temps de placer quelques mots. Pourtant en de telles circonstances, le chef de l’Etat devrait parler très peu et accorderde temps parole aux personnes qu’il reçoit. Question de leur permettre d’extérioriser leurs pensées. Une espèce de conversation à bâton rompu comme disent les pédagogues. Cela passe par l’humeur de détente et de convivialité que devrait afficher le chef de l’Etat à l’occasion.

Des regrets

Malheureusement, tous les observateurs sont unanimes sur le fait que non seulement le président de la république monopolise la parole, interrompant à souhait ses interlocuteurs sans accepter lui-même d’être interrompu, mais il affiche surtout une mine grave. Les observateurs décrivent un visage renfrogné, pauvre en sourire et en propos qui détendent l’atmosphère ou qui arrachent le sourire à ses convives.

Les commentateurs sont souvent revenus sur un ton ferme et autoritaire qu’ils jugent inopportun pour ce genre de rencontres. Comme pour dire que les échanges du chef de l’Etat avec ces composantes du peuple devraient plutôt donner lieu à des échanges francs mais courtois surtout de la part des convives. Un moment durant lequel le chef de l’Etat devrait parler à ses interlocuteurs dans un climat de bonne humeur et de détente. Avec pour objectif de les écouter longuement, de leur arracher des confidences et même des suggestions par rapports aux problèmes ou difficultés qu’ils soulèvent. Le faisant le chef de l’Etat gagne à comprendre profondément les appréciations du peuple sur sa gouvernance et peut ainsi trouver les moyens de l’améliorer en changeant de fusil d’épaule

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 6 mois

    La situation du pays est si grave que le Président ne peut pas continuer d’afficher le sourire niais qui était la marque de fabrique de Yayi, teintée d’expression puérile et populiste du genre : Femmes je vous aime.
    Quant au format des rencontres, il me paraît approprié.Il est souhaitable cependant que les interventions du PR soit plus courtes car au final, elles ont un effet euphorisant sur les interlocuteurs (comme au temps de Yayi), ce qui est le contraire du but recherché. Le Président Talon doit reprendre ses bonnes habitudes avec des adresses courtes et bien ciblées suivies d’échanges plus étendus avec les populations

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji Il y a 6 mois

      “La situation du pays est si grave que le Président ne peut pas continuer d’afficher le sourire niais qui était la marque de fabrique de Yayi, teintée d’expression puérile et populiste du genre : Femmes je vous aime”

      Ca je vous l’achète” +1000

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR Il y a 6 mois

        Et il te restera 9000 , fruit de ton klebétisme 

      • Avatar commentaire
        Sonagnon Il y a 6 mois

        Il n’y a pas de raison que la situation évolue de mal en pire, si Patrice TALON ne se rappelle pas que le Bénin est une démocratie qui a pour base la recherche du consensus avant toute réforme.

        Il oubli aussi qu’il est un Président par défaut!!!

        Si YAYI BONI n’avait pas fait la plus grande erreur de sa vie en imposant Lionel ZINOU, jamais il ne serait à la Marina.
        Il doit donc faire profil bas.

        Mais s’il écoute DJOGBENOU qui est trop léger sur le plan de la réflexion politique, il ne terminera pas l’année 2019 à la marina!!!