Bénin – Front d’action des syndicats de l’éducation : Fawaz Bakary suspendu pour indiscipline

Bénin – Front d’action des syndicats de l’éducation : Fawaz Bakary suspendu pour indiscipline

A la faveur d’une conférence des secrétaires généraux du Front d’action des syndicats de l’éducation, tenu ce mercredi 21 mars 2018 à la bourse de travail à Cotonou, le Front a suspendu l’un de ses membres pour indiscipline caractérisée.

Crise au Bénin : Le gouvernement peut s’inspirer de la période Yayi (en 2015)

Cette décision du front est la conséquence d’un acte unilatéral pris par ce dernier, concernant l’apposition de sa signature sur la levée de la motion de grève de l’Intersyndicale de la maternelle et du primaire (Imp).

Les brebis galeuses des différents syndicats des enseignants sont traitées sans complaisance aucune, et avec la dernière rigueur. C’est du moins ce que l’on peut déduire des décisions de suspension que l’on observe çà et là. Après la suspension de Maxime Agossou-Vè par l’Unstb, c’est le tour du Front d’action des syndicats de l’éducation de sanctionner l’un des leurs.

En effet, réunis en conférence générale ce mercredi 21 mars 2018 à la bourse du travail à Cotonou, les secrétaires généraux du Front d’action des syndicats de l’éducation a décidé de suspendre Fawaz Bakary, précédemment secrétaire à l’organisation du Front. Cette sanction disciplinaire fait suite à la signature forfaitaire par ce dernier, de la convention de l’Intersyndicale de la maternelle et du primaire (Imp), relative à la levée de la motion de grève des enseignants de la maternelle et du primaire.

Par cette attitude, l’intéressé a violé le règlement intérieur du Front et subi à cet effet la rigueur de la loi, ont laissé entendre les différents secrétaires généraux. Il faut préciser que Fawaz Bakary était en position irrégulière depuis le début du mouvement de grève vis-à-vis du Front, avant de commettre son forfait. De plus, les secrétaires ont estimé que la suspension de la motion de l’Imp n’est pas un évènement pour le Front, étant donné que soutiennent-ils, cette formation ministérielle n’avait plus de motion de grève en cours depuis le retour des congés de détente.

A l’unanimité, ils ont réaffirmé que le mouvement de grève de 96 heures continue résolument jusqu’à la satisfaction totale de leurs « légitimes » et « incompressibles » revendications. Par ailleurs, le Front est en assemblée générale sur toute l’étendue du territoire national les vendredi 23 et lundi 26 mars 2018. Entre autres revendications : la parution des avenants des contractuels locaux reversés en  Agent contractuel de l’Etat (Ace) depuis 2008, la relecture du décret portant statut particulier du personnel enseignant maternel, primaire et secondaire, et la reconnaissance du droit des inspecteurs de l’enseignement secondaire de présider les commissions d’inspection et l’indexation des salaires

Commentaires

Commentaires du site 0