Bénin : Le gouvernement instaure la violence à l’égard des enseignants

Bénin : Le gouvernement instaure la violence à l’égard des enseignants

Le gouvernement de la Rupture ne cesse de surprendre les citoyens par des mesures qualifiées de dictatoriales par la population.

Bénin – Dépôt de fétiches au Ceg Doutou : Trois présumés auteurs dans les mailles de la Police républicaine

Depuis le début de cette semaine, l’on observe la présence des forces de l’ordre dans les établissements scolaires, sous prétexte d’assurer la sécurité des usagers. Or, cette mesure vise à empêcher les enseignants de se réunir dans les enceintes d’établissements pour décider des nouvelles stratégies de grève.

La décision du gouvernement est le déploiement des forces de sécurité dans les établissements. Cet acte s’inscrit dans le cadre des mesures envisagées par les autorités à l’encontre des enseignants grévistes. Selon le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, « nul n’a le droit d’empêcher les élèves d’aller en classe. Et l’Etat doit assurer leur sécurité. L’Etat doit également assurer la sécurité des enseignants qui désirent aller au cours ». C’est pour cette raison qu’il annonce que « toutes les dispositions sont prises pour que la sécurité au niveau de chaque établissement puisse être garantie ».

Le ministre Kakpo Mahugnon déclare que la position du gouvernement est clairement affirmée. Donc, il ne sera pas question de cautionner des perturbations lorsque des enseignants seront en train de faire leur travail. Depuis ce dimanche 18 mars 2018 où la mesure a été annoncée, il paraît clair que le gouvernement s’engage dans un bras de fer avec les enseignants qui ne revendiquent que leurs droits : la rétrocession des salaires défalqués pour fait de grève.

Les voix se lèvent depuis deux mois environ pour demander au gouvernement de dialoguer franchement avec les acteurs du secteur de l’éducation, pour une sortie rapide de la crise. Mais c’est plutôt ‘’une guerre déguisée’’ que le gouvernement déclenche contre les enseignants.

En décidant de déployer les forces de sécurité dans les établissements, le gouvernement instaure une forme de violence à l’encontre des enseignants. L’objectif du gouvernement étant de réprimer tous les grévistes qui tenteraient de perturber le déroulement des cours. Il faut remarquer que généralement pendant les grèves, les syndicalistes utilisent ce qu’ils appellent des piquets de grève, dont le rôle est de faire observer la motion de grève.

D’après Maître Aboubakar Baparapé, les piquets de grève sont des moyens reconnus par les textes sur le droit de grève, donc légaux. Cette décision du gouvernement de créer de nouvelles violences à l’égard des enseignants, corrobore l’idée selon laquelle le pouvoir de la rupture est en train de trouver des moyens de contournement de la grève. Et tout porte à le croire au regard de la fermeté et de la réticence à restituer les salaires défalqués.

Dans une certaine mesure, le gouvernement ne veut pas de la reprise des classes, encore moins du dégel de la crise qui secoue l’administration. Et une fois de plus, il en donne la preuve par le déploiement des policiers à la trousse des enseignants.

Un plan B à multiples conséquences

La fameuse main tendue du gouvernement aux travailleurs pour négocier s’estompe avec ce plan envisagé dans le cadre de la grève dans les établissements. Le rapport de force entretenu par le pouvoir de la rupture avec les enseignants prêts à reprendre les cours si le salaire est restitué, ne fait qu’enliser la crise. Pour paraphraser l’avocat Aboubakar Baparapé, on ne peut pas négocier avec quelqu’un qui a les pieds sur la braise.

Le dernier mot étant dans les mains du gouvernement, celui-ci ne s’emploie qu’à durcir sa position. Une raison de plus pour que les enseignants décident de poursuivre leur grève. Il faut constater que les vacataires sont aussi engagés et déterminés à observer les mouvements. Alors que d’ordinaire, ce sont eux qui travaillent avec les élèves dans les établissements. Aucun enseignant n’est prêt à aller au cours sans la satisfaction des revendications. Que fera le gouvernement de qui dépend l’avenir de l’école ?

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 5 mois

    Ces policiers ne peuvent rien. Que les grévistes aillent à l’école de wahouwa et de Sodji pour apprendre les techniques de contournements de ces dispositifs répressifs.
    Le gouvernement est tout simplement de mauvaise foi.

  • Avatar commentaire

    l’exemple…dont nous devons nous inspirer..par rapport..à ces phénomènes de greves…c’est le sénégal…première colonie française

    Il faut comprendre…que les gréves…n’ont pas souvent…pour but de défendre…le bien etre des travailleurs..

    C’est des combats de classes..politiques….et économiques..

    Dans ce pays…c’est la récurrente des gréves…à tel point que…les écoles de la républiques…les centres de santé de la républiques…ont été détruites…par des fonctionnaires qui exercent tous dans le privé…

    pour soumettre…ces gens là…à la dictature de l’état…il faut interdir…tout simplement le privé…dans ces domanies réagalliens…meme si je suis un libéral…dans l’ame…

    la capacité de nuisance…est la force de ces gens là…..et il faut les attaquer…là ou celà leur fera du mal…

  • Avatar commentaire
    Bernard Il y a 5 mois

    Pourquoi ça??
    Si les enseignants doivent s’unir, est ce qu’ils sont obligés de le faire a l’école? Pour qu’on leur envoie des policiers? Nous sommes à l’ère de Whatsapp….

  • Avatar commentaire

    Les sois disant enseignants doivent comprendre qu’ils se trompent d’époque. Tous ces sois disant enseignants qui ne sont pas satisfait de leur statut sont libres de créer eux même leurs écoles. Ils verront bien comment c’est difficile la gestion d’une société. Bande de paresseux 

    • Avatar commentaire

      Soyez moins impolis dans vos propos. si vous arrivez à écrire ces énormités en français, c’est parce que vous avez été un jour écolier et qu’une personne appelée “maître ou maîtresse” vous a enseigné en français.
      Tâchez de ne jamais l’oublier même si la politique diabolique vous rend amnésique.

      • Avatar commentaire

        je valides… on a des pousseurs de slides qui s’egosillent a traiter les enseignants de paresseux, eux dont l’apport a la societe est null si ce n’est negatif ! on a ministre braillard et incapable de s’exprimer correctement et clairement en francais -Djogbenou- qui se permet de traiter les enseignants de paresseux au pretexte qu’ils ne travaillent pas 365j /365 , celui dont la contribution a la societe est de porter les valises de Talon de tribunal en tribunal !
        Pendant ce temps des enseignants devoues payes a 33000/mois d’avance sur solde depuis des annees, triment dans des classes exposees aux vents et intemperies pour apporter un brin de lumiere de connaissances a nos enfants…pour les payer on les oblige a faire des kilometres pour aller a l’agence de banque la plus proche ou ils doivent subir la morgue des “travailleurs ” du prive, qui sont trop occupes pour se deplacer jusqu’a leur clients qui les nourrissent ! On a un renversement des valeurs ou les metiers les plus nobles, enseignants, infirmiers, exerces avec devotion par les moins bine remuneres de notre societe, sont attauques par des paraisites de la societe qui se disent travailleurs parce qu’ils sont en costume cravatte ou travaillent dans des entreprises privees ou ils font le salamalec du matin au soir a des patrons uniquement preoccupes’engranger le profit maximum sans rien apporter a la societe! Quelle decheance , commencant au sommet de l’etat et inflitrant toute la societe a travers des declasses sociaux envahissant les reseaux dit sociaux..

    • Avatar commentaire

      Merci,mon cher personne n’a obligé quelqu’un à être enseignant s’ils ne sont pas satisfaits qu’ils changent de corps! Par ailleurs il y a effectivement des enseignants qui veulent travailler et les autres les menacent, qu’on les sécurise vraiment ! Mais sont ils les seuls fonctionnaires de l’État ? la santé est en grève mais pour autant les hôpitaux n’ont pas fermé ! Bande de paresseux ces soit disant enseignants qui en fait n’apportent rien aux enfants!

      • Avatar commentaire

        je n’ai jamais été d’accord avec toi…bagri…!!!

        nos analyses..sont toujours divergentes…mais force est de reconnaitre…que talon me surprend positivement…quant à sa maitrise…de l’état..

        Posé,structuré..droit dans ses bottes…!!!…n’est ce pas..

        celà me plait beaucoup….

        Quelle différence..avec notre frère…qui fesait le guignol..à la télé..avec un langage décousu…qui nous foutait la honte

        Cependant…je persiste..que ce type…est un ban…dit…et il va nous niquer

  • Avatar commentaire
    Sydney Il y a 5 mois

    Ohh que non…bien au contraire, nous avons des policiers patriotes et républicains mais pas dans le sens où tu déraisonnes là. On sent la discipline dans la troupe. Ils font leur job, assurent du mieux qu’ils peuvent leur job…..et c’est à l’actif du gouvernement.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Il se trouve des policiers qui passent par derrière et vont vider eux-mêmes les élèves des salles , et ça ce sont des policiers patriotes et républicains 😂😂😂

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Talon lui , est qui et quoi , pour persister dans cette audace insensée, ce mépris  profond face aux revendications non satisfaites des travailleurs , alors que lui et les siens se goinfrent .
    Il le paiera 

  • Avatar commentaire

    Lire Apres trois mois ils seront declare vacant de leur poste et la procedure de radiation va prendre effet. Vive Talon pour la transformation de l’être béninois.

  • Avatar commentaire

    je felicite le gouvernement pour la mesure! je le disais depuis ; il faut militariser les écoles pour la sécurité de nos élèves. Les enseignants qui ne veulent pas travailler n’ont qu’a rester chez eux. Apres trois ils seront declare vacant de leur poste et la procedure de radiation va prendre effet. Vive Talon pour la transformation de l’être béninois.

  • Avatar commentaire
    Koffi Bienvenu Il y a 5 mois

    Si les enseignants ne sont pas unis et solidaires ils n’auront pas gain de cause. Mais mon gouvernement pitié aux pauvres et de grâce. Le bras de fer ne servira à rien pour notre peuple. Rappelons nous tous de l’histoire de David et goliath de l’éléphant et la fourmis.