Bénin : Le Maire Symphorien Misségbétché plus fort que la loi ou protégé par la Rupture ?

Bénin : Le Maire Symphorien Misségbétché plus fort que la loi ou protégé par la Rupture ?

Cela fait des années maintenant que les populations de Zagnanado et les conseillers communaux en particulier dénoncent au moyen des correspondances, la mauvaise gouvernance des ressources et des finances de la commune de Zagnanado.

Bénin – Savè: Les agents de la mairie mécontents de leur conseil communal

En appui à ces dénonciations, des rapports d’audits commandités par plusieurs institutions de la république, sont venus confirmer cette gestion décriée de l’exécutif communal. Malgré cette compilation des faits, le pouvoir central informé, reste silencieux et indifférent.

Au-dessus de la loi ou protégé par le gouvernement du nouveau départ ? C’est du moins la question que se posent depuis peu les populations de la commune de Zagnanado, exaspérées par la mauvaise gouvernance du Maire Symphorien Misségbétché. Une gouvernance caractérisée par le bradage des ressources communales, la mauvaise gestion des fonds Fadec, des ressources de la coopération décentralisée et surtout la mauvaise gouvernance administrative et financière de la commune.

En effet, longtemps décriée par certains conseillers communaux et particulièrement le Collectif Sauvons Zagnanado, la gestion du Maire de la commune de Zagnanado semble aller de mal en pire, sans que l’autorité communale concernée ne soit inquiétée malgré les nombreux rapports d’inspection qui ont révélé de graves irrégularités dans sa gestion.

Des faits accablants

De 2014 à ce jour, plus de cinq rapports d’audits de différentes institutions comme l’inspection générale des finances,( IGF), la Conafil avec la GIZ et l’inspection générale du ministère de la décentralisation, accablent la gestion du Maire Symphorien Misségbétché. Mais jamais ce Maire n’a été interpelé pour répondre de ses actes de gestion peu orthodoxes des ressources de la commune. Pour preuve, le rapport d’audit sur la gestion du fonds Fadec 2014 dans la commune de Zagnanado commandité par la Conafil et la GIZ a révélé une inéligibilité de plus 169 millions de francs Cfa ajoutés à d’autres dépenses non prouvées. Le rapport d’audit sur la gestion du Fadec 2015 dans la même commune a confirmé cette dérive vers des dépenses inéligibles à hauteur de 25 millions d’inéligibilité. Les dépenses inéligibles sont celles exécutées par le maire et qui ne sont pas prévus comme dépenses à effectuer par les fonds Fadec.

Toutes choses qui ont concouru à la suspension de la commune de Zagnanado des fonds Fadec depuis 2016. Cette suspension de la commune des fonds Fadec impacte sur le bon fonctionnement de la municipalité. Une sanction que le maire avait choisi de garder secrète. Le rapport d’audit commandité par l’Inspection générale des finances sur la gestion des carrières de sable fluvial dans la commune, a révélé à son tour de graves irrégularités en matière de gestion de deniers publics.

Cependant, sur la base des dénonciations du Collectif ‘’Sauvons Zagnanado’’, le gouvernement du nouveau départ à travers l’inspection générale des finances et le ministère de la décentralisation a commandité trois différentes commissions d’enquête sur la gestion du Maire de la commune de Zagnanado. Mais, depuis février 2017, les rapports issus de ces audits sont restés cachés dans les tiroirs nonobstant les recommandations et les conclusions des auditeurs. Cette manière de gérer ces irrégularités est contraire à l’engagement du Président Patrice Talon qui fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

Au-delà du fait que ces rapports seraient sous protection au ministère de la décentralisation, le Maire de la commune de Zagnanado a développé de nouvelles techniques de cession intéressée du sable fluvial dans la commune. Malgré le fait qu’aucune société n’est actuellement autorisée à installer une carrière d’exploitation de ce sable, le maire a réussi à mettre en place un système d’exploitation du sable fluvial de Womèto et de Loko Alahounkpè dans l’arrondissement de Kpédékpo, commune de Zagnanado.

Selon les dernières statistiques faites par les populations de cette localité, plus de 850 voyages de sable de camions de dix roues auraient été prélevées de cette carrière du mois de janvier à fin février 2018 sans qu’aucune ristourne, taxe de développement local et les droits de passage ne soit versée dans les caisses de la mairie de Zagnanado.

Curieux silence du gouvernement

La gestion des affaires foncières et domaniales à Zagnanado est aussi mauvaise et décriée. La loi 2013-01 du 14 aout 2013, portant code foncier et domanial en République du Bénin est foulée aux pieds mettant en œuvre une puissante mafia foncière au cœur de la commune. Autant de dossiers sur lesquels des dénonciations ont été faites à l’endroit de l’autorité de tutelle.

Des dénonciations qui n’ont pas reçu de suite puisque ledit maire n’a jamais du moins officiellement été interpellé pour fournir des explications sur cette gestion désinvolte. Mais c’est surtout le silence de l’Etat central, informé de tous ces faits aussi bien à travers des lettres de dénonciation que des rapports d’audits, qui est très surprenant. Laissant ainsi croire que la lutte contre la corruption sous la rupture revêt un caractère partisan.

Dès lors, ne serait-on pas en droit de s’interroger sur l’objectivité et l’impartialité du slogan gouvernemental qui entend faire de la lutte contre la corruption, un moyen d’assainissement de la gestion des ressources et finances publiques.

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 0