Bénin : Modeste Toboula dans la dictature

Bénin : Modeste Toboula dans la dictature

Le préfet du département du Littoral Modeste Toboula dans ses excès, vient encore faire parler de lui. Pour limiter les marches dans la ville de Cotonou, il estime que tous les citoyens ne seront plus autorisés à organiser des manifestations populaires sur la place publique.

Bénin: Modeste Toboula demande à Léhady Soglo de retrocéder les biens de la mairie (Lire la sommation)

A cet effet, le préfet a pris un arrêté pour exiger désormais que les organisations, les associations et les partis politiques régulièrement enregistrés seront les seuls autorisés à organiser des manifestations publiques dans le département.

Selon l’arrêté préfectoral « Les déclarations de marche ou de manifestation publique à caractère revendicatif, telles que les sit-in ou meeting, déposées à la mairie de Cotonou ou à la préfecture de Cotonou, ne seront recevables que si auxdites déclarations, sont joints les récépissés d’enregistrement des organisations qui en sont les auteurs ». L’arrêté poursuit : « Toute déclaration de marche ou de manifestation publique suscitée non accompagnée du récépissé d’enregistrement de son auteur, sera considérée comme nulle et de nul effet ».

A lire posément cet acte préfectoral, l’on a l’impression de vivre dans deux républiques. L’une appelée république du Bénin dirigée par Patrice Talon avec pour président du parlement Maître Adrien Houngbédji. L’autre dénommée république du Littoral dont Modeste Toboula est à la fois chef de l’Etat et président de l’assemblée nationale.

Depuis sa nomination à la tête du département du Littoral, Modeste Toboula affiche ouvertement une opposition farouche, allant même au-delà de ses prérogatives, contre toute manifestation publique dénonçant les agissements du pouvoir en place. Cet arrêté vise simplement à interdire la liberté de manifester consacrée par la constitution. Toboula foule aux pieds le droit de chaque citoyen béninois d’utiliser l’espace public pour organiser des manifestations. Le préfet Modeste Toboula n’a pas pour fonction d’exiger des pièces additives aux organisateurs avant d’autoriser des manifestations. Sinon il verse dans l’autoritarisme et la dictature, car son arrêté constitue une violation de la constitution du 11 décembre 2018

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    adeyemi Il y a 8 mois

    c’est dommage que le pays est dirigé par deux laccolites qui se partage les tâches dans l’ombre sinon depuis que toboula a cassé des maisons détruis le commerce de la pauvre population le PR a dit quoi de concret. Quand c’est pas monsieur Talon patrice qui affame les citoyens c’est son disciple Modeste Toboula qui impose sa loi afin d’alourdi les peines qu’a créé son maître. Ils sont complices des malheurs que vive la population mais il y a un Dieu pour le pauvre!

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Dites à toboula que cotonou n’est pas un cirque ou une foire , et que les cotonois et cotonoises n’ont pas besoin de clown , et particulièrement lui toboula ne les fait pas du tout rire .
    Et puis n’a-t-il pas rien de mieux à faire à la prefecture au lieu de jouer au faux zorro dans les rues ? 

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 8 mois

    Aussi bien Talon que Toboula, tous deux ne sont pas légitimé pour une quelquonque bonne Action dans ce pays. Ils sont tous deux des repris de justice. Talon a voulu empoisonné dans ce pays, quand les enquêteurs sont envoyés pour l’arrêter il a fuit dans une malle arrière d’un véhicule pour se soustraire à la justice. Il n’y a pas longtemps Toboula fut condamné pour faux et Manipulation. Alors ne nous parlez pas des autorités, qui ainsi ne sont que des associés de malfaiteurs.

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er Il y a 8 mois

    Je préfère la dictature, l’arrogance et l’intrépidité de Toboula à la dormance de l’autre Préfet anciennement connu qui permettait à ce que, toute sirène ronflante, les autorités et Responsables politiques circulent en sens inverse, en sens interdit et brulant les feux verts comme dans une République sans discipline. C’était le prototype béninois de la cour du roi Petaud. Toboula c’est le moindre mal, souffrez qu’il fasse le travail pour lequel il est investi car TOUT LE MONDE Y GAGNE !!!

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 Il y a 8 mois

      Personne ne gagne dans la Privation des libertés. Il faut être idiot pour prétendre une telle Sottise.

  • Avatar commentaire
    Waliou Ogoubeyi Il y a 8 mois

    Vous pouvez diaboliser tout ce qui vient du gouvernement Tallon et son équipe il fera dix ans et il va changer la mauvaise mentalité que nous avons au Bénin vivre Tobolla,vivre Tallon vivre le Bénin.

  • Avatar commentaire

    @Sossou, mon cher ! dans quelle constitution as tu lu qu’il ne faut aps être une association légale et de faire marche de protestation??????

  • Avatar commentaire

    la démocratie n’est pas l’anarchie. il faut quand meme de l’ordre.il faut être une organisation organisée et reconnue par l’ETAT faire de marche et meme des marches de soutien. Arrêtons le désordre ;

  • Avatar commentaire

    Bonne analyse Sydney. Le peuple béninois le soutient. Nous ne sommes pas sur la cour du roi peto.

  • Avatar commentaire
    Sossou Il y a 8 mois

    Sydney se trouve en Europe je crois. Donc pas au Bénin. La liberté de manifester est consacrée par la constitution. Toute autre restriction est une violation de cette constitution. Point barre

  • Avatar commentaire
    Sydney Il y a 8 mois

    Bravo pour le rédacteur!!! sa constitution à lui date du 11 décembre 2018. C’est ainsi quand on se refuse de voir la bonne action qu’il peut y avoir dans les décisions prises par les autorités. C’est bien la Constitution du 11 décembre 1990 qui consacre le droit au Préfet de prendre des Arrêtés pour réguler la vie publique dans des domaines bien précis. Par ces temps de terrorisme, c’est normal qu’on sache qui organise quoi et si des problèmes survenaient lors d’une manifestation, l’Autorité préfectorale en sera responsable et sera interpellée. Oui au zèle pour notre bien. D’ailleurs, il est écrit « Les déclarations de marche ou de manifestation publique à caractère revendicatif””, ce n’est donc pas toutes les manifestations. Nous sommes trop habitués à la facilité et à la violation des principes publiques. Il faut bien qu’on apprenne à évoluer dans la discipline maintenant.