Bénin : Pourquoi le gouvernement doit éviter de pavoiser sur ses supposés succès

Bénin : Pourquoi le gouvernement doit éviter de pavoiser sur ses supposés succès

Le gouvernement de la rupture ne cesse pas de présenter ses prouesses en matière de la rationalisation des dépenses publiques. C’est une option faite par le président de la République après deux ans de gestion.

Conseil des ministres du 14 février 2018 : les grandes décisions du gouvernement béninois

Mais le hic est que souvent, le chef de l’Etat et ses ministres se fondent dans une comparaison prenant pour baromètre, la gouvernance de Boni Yayi, incriminé à tort ou à raison de mauvaise gestion.

Le dernier des actes de dénigrement du régime de Boni Yayi date du mercredi 14 mars 2018. En effet, le conseil des ministres s’est fondé entre autres sur les dépenses liées aux voyages officiels des personnalités. « Depuis sa création en octobre 2016, précise le communiqué du conseil des ministres, la cellule des voyages officiels s’emploie à rationaliser les dépenses liées aux voyages à l’étranger des personnalités. Les résultats obtenus traduisent une rupture radicale avec la consommation exagérée des crédits destinés aux voyages officiels ».

Dans le même ordre d’idée, le gouvernement indique qu’en 2017, les ressources consommées au titre des voyages par tous les ministères, la présidence de la république à l’exception de l’Assemblée nationale et de la Cour constitutionnelle s’élèvent à la somme de deux milliards quatre cent quarante sept millions quatre cent quatre vingt dix sept mille deux cent six (2.447.497.206) Francs Cfa contre une consommation moyenne annuelle d’environ 9 milliards sur les cinq années d’avant la création de la Cellule, avec un pic de dix sept milliards de Fcfa sur une seule année.

Ces chiffres renforcent donc la position du gouvernement de la rupture à décider d’encadrer les voyages officiels à l’étranger des personnalités. La solution envisagée est de réglementer l’occupation des classes de voyage. Ainsi, désormais, il y aura plus de cadres en classe économique dans la catégorie de la classe affaire, sous prétexte que de janvier à février 2018, environ 15,21% des voyages ont été effectués en classe affaires et ont coûté cent cinquante sept millions huit cent trois mille trois cent (157.803.300) Francs Cfa, soit 35,57% de la dépense totale sur la période.

Décidément, la démarche du gouvernement contraint tous les voyageurs à se soumettre à la nouvelle grille de réglementation pour les missions effectuées sur les fonds publics. Le ministre de la justice a gavé l’opinion des propos durs à l’encontre de l’ancien chef d’Etat quand il aborde cette question de mauvaise gestion dont il soupçonne le régime précédent. Mais doit-on rappeler que chaque gouvernance a ses spécificités ?

Comparaison raisonnée

L’idéal est de présenter un tableau détaillé des personnes qui sont dans la délégation du président Patrice Talon lorsqu’il voyage à l’extérieur du pays. Aussi, serait-il judicieux, avant toute manifestation de joie sur la rationalisation des dépenses sur les voyages officiels à l’avènement du gouvernement actuel, de faire un point détaillé des retombées des voyages du chef de l’Etat à l’étranger. C’est à cette condition que le peuple pourrait apprécier l’économie que le gouvernement de la rupture fait pour le budget dans ses voyages.

Par contre, on peut se souvenir de quelques bénéfices des différents voyages de l’ancien chef d’Etat. Des opportunités si bien visibles, même s’il n’est pas exempt de reproche. On doit au régime défunt, plusieurs accords de partenariat économique noués avec les investisseurs étrangers. Ils défilent à Cotonou avec des projets de développement bénéfiques pour les populations. La délégation de Boni Yayi, pour ses voyages, est composée d’opérateurs économiques qui ont la facilité de négocier directement dans l’intérêt du Bénin.

Des projets de construction d’infrastructures, des investissements dans les secteurs névralgiques à potentiels économiques… sont généralement les fruits des nombreux voyages de Boni Yayi. A priori, il y avait moins de discrétion sur les sorties officielles de l’ancien chef d’Etat. Le programme Millenium Challenge Account (Mca-Bénin) pour l’électrification des localités du Bénin est à l’actif du régime défunt dont on pouvait évaluer l’impact sur l’économie, la vie, et les activités économiques.

Bien d’autres projets bénéfiques, grâce aux nombreux voyages de Boni Yayi, prompt à négocier des marchés et à inciter les investisseurs à faire un tour au Bénin sont à son actif. A contrario, le peuple s’étonne de l’opacité dans la gestion et de l’absence de son chef dans les grandes rencontres internationales

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire

    talon s’efforce à faire ses économies pourqu’on dise qu’il est mieux que yayi alors que hmmmm!! c’est grâce aux erreurs de yayi que talon fait semblant de bien gerer

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Comme talon met une double casquette de ” president ” et homme d’affaire ” lorsqu’il voyage , un peu d’économie devrait être observée , le patronat élu beninois n’étant plus de la délégation .
    Si d’aventure économie est faite , qu’ils nous disent son affectation pardis 

  • Avatar commentaire

    Il faudrait bien deux choses au moins pour parler de comparaison. Alors, dites moi cher journaliste à quoi devraient-ils comparer les résultats qu’ils ont sous les mains?

  • Avatar commentaire
    Chrystelle Il y a 5 mois

    Le peuple Béninois veut des information sur la gestion des fonds publiques.

    En quoi cela gène encore? Le role de opposition c’est de démontrer que c’est faux ce que le gouvernement di et d’apporter des éclairages.

    Mais n’a contredit et vous voyez encore à dire

    Si j’étais à votre place j’allais me taire ou demander à l’opposition de nous éclairer.
    Au lieu de doigter l’opposition pour qu’elle sorte pour apporter sa part de vérité

    vous vous attaquer encore au gouvernement

    C’est quand même curieux

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 5 mois

    C’est tellement débile le raisonnement qui attribue les économies réalisées à la création de la cellule des voyages officiels. C’est plus les choix faits en matière de voyages (périodicité, composition de la délégation, classes de voyages….) quijustifient ces économies, 

  • Avatar commentaire

    Au fait je viens d’apprendre que Zinzindohoué l’ex ministre de l’intérieur et l’autre maillon de ICC veut faire sa rentrée politique le Dimanche prochain.je m’y attendais.Yayi recevra des coup comme il en donnera.Actuellement la première force politique c’est Talon avec ses 61 députés et si son Jocker qui est le RAVIP se réalisait avec la gratuité des soins de santé et la visibilité dans les réalisations.je pense qu’il sera difficile de le battre pour les législatives.et il fait tout pour que les projects commencent vers juin et atterissent en 2019 pour la campagne

  • Avatar commentaire

    Eh bein, L’auteur de la publi-cation écrit en tant que jour-naliste ou partisan de Yinwè.
    Sinon il a oublié de nous parler de la fameuse table ronde de Paris organisé par Yinwè qui nous a coûté les yeux de la tête pour zéro résultat.😎😎

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Paysan tu n’es pas le seul à rire , mais pas pour les mêmes raisons .

  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 5 mois

    Hahahaha je meurs de rire quand “la délégation de Boni Yayi, pour ses voyages, est composée d’opérateurs économiques qui ont la facilité de négocier directement dans l’intérêt du Bénin”. Et celle de Kerekou, Soglo et talon alors?

  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 5 mois

    “La délégation de Boni Yayi, pour ses voyages, est composée d’opérateurs économiques qui ont la facilité de négocier directement dans l’intérêt du Bénin.” Hahahaha quand le journalisme de salon fait rire à mourir…

  • Avatar commentaire
    Sydney Il y a 5 mois

    Tabler sur le passé pour construire l’avenir. C’est ce à quoi s’emploie le gouvernement actuel. Il se fonde sur les bêtises antérieures, des régimes passés pour prendre des décisions de rationalisation, de gestion efficace et efficiente.
    Le résultat aujourd’hui est la diminution drastique des dépenses liées aux multiples et par toujours fructueux voyages officiels. L’excès de communication dont faisait montre le régime passé ne doit pas nous faire croire que celui actuel ne travaille pas efficacement.
    Vous serez surpris de voir tout en chantier cette année même. Les fonds sont mobilisés sans 30 jours de mission par mois. Que Dieu vous prête longue vie pour voir et jouir des réalisations.