Bénin : Une session mouvementée attendue au parlement

Bénin : Une session mouvementée attendue au parlement

Selon le communiqué du secrétariat général administratif de l’Assemblée nationale, la première session ordinaire de l’année 2018 s’ouvre le 09 avril prochain au palais des gouverneurs à Porto-Novo.

Non installation du Cos-Lépi : L’opposition échange avec une délégation des USA

Pour des observateurs bien avertis, cette session qui s’ouvre à un moment capital, serait une session très mouvementée compte tenu des dossiers en attente d’étude, et qui seront certainement à l’ordre du jour de cette première session ordinaire.

Au nombre de ces dossiers, figure en bonne place et prioritairement la désignation des représentants de l’Assemblée nationale au sein du Cos-Lépi. C’est un dossier qui suscite aujourd’hui de vives polémiques, du fait de sa non programmation depuis la session ordinaire écoulée, et compte tenu de la violation flagrante des injonctions de la Cour constitutionnelle.

L’autre dossier à polémiques est relatif aux injonctions de la Cour par rapport à la loi sur le droit de grève au Bénin. On se rappelle que les sages de la Cour avaient cassé le texte de loi voté par l’Assemblée nationale, et instituant le droit de grève pour certains corps de la fonction publique béninoise, notamment au niveau de la santé, des forces de sécurité et des magistrats. Mais cette décision est restée depuis dans les tiroirs de la commission des lois et des droits de l’homme de l’Assemblée nationale.

Au cours de cette première session ordinaire, les députés vont probablement examiner ledit texte de loi, et encadrer désormais le droit de grève dans notre pays. Un autre dossier qui risque également de faire beaucoup de bruit, c’est le renouvellement des sages de la Cour constitutionnelle dont le mandat vient à terme en juin prochain. Le parlement, notamment le bureau de la 7e législature, doit se pencher également sur ce dossier.

On ignore encore ce qui risque de se passer puisqu’on apprend que le gouvernement de la rupture peaufine déjà ses armes à cet effet. Quelle sera la position et l’avis du bureau de l’Assemblée nationale ? A voir de près ces quelques dossiers en instance, on est en droit d’affirmer que cette première session ordinaire de l’année 2018 sera très mouvementée

Commentaires

Commentaires du site 0