Boucle ferroviaire au Bénin : retour sur une affaire à rebondissements

Boucle ferroviaire au Bénin : retour sur une affaire à rebondissements

Le chef de l’Etat Patrice Talon veut dessaisir le groupe Petrolin du Béninois Samuel Dossou Aworet, du projet Boucle ferroviaire au profit de la Chine.

Déboires de Bolloré : Faure Gnassingbé ne se sent pas concerné

Dans une interview qu’il a accordée au journal français « Challenges » le 16 mars dernier, le Président Patrice Talon recommande à Samuel Dossou Aworet de se retirer de ce projet gigantesque sous prétexte qu’il ne dispose pas d’une surface financière importante, à même de lui permettre d’exécuter ce chantier. Le Président Talon voit également d’un mauvais œil le projet de Bolloré pour la boucle ferroviaire, jugé archaïque.

C’est au prix d’une bataille juridique que le Béninois Samuel Dossou Aworet a fini par entrer dans ses droits, dans le cadre du projet Boucle ferroviaire Bénin-Niger, accaparé par le groupe Bolloré sous l’onction de l’ancien Président Boni Yayi. On croyait le dossier clos avec la décision de la justice qui rétablit Petrolin dans ses droits. Depuis cette décision de la justice, le groupe Petrolin a annoncé sa capacité financière, technique et intellectuelle à réaliser le chemin de fer reliant le Bénin au Niger, dans le cadre du projet épine dorsal pour le développement économique du Bénin.

Mais visiblement, le chef de l’Etat Patrice Talon vient d’énoncer son plan pour ce projet malgré la décision des Magistrats. « Il faut sortir de cet imbroglio juridique. Les deux opérateurs doivent se retirer à l’amiable du projet, et il faudra qu’ils soient indemnisés de façon équitable », envisage Patrice Talon.

Samuel Dossou Aworet l’initiateur de ce projet, avait été empêché par le gouvernement de Boni Yayi de poursuivre l’exécution des travaux, au profit du groupe français Bolloré. Ce dernier a déjà réalisé un tronçon de 140 kilomètres en plein désert au Niger, sans se soucier des droits acquis par ses concurrents. Patrice Talon décide donc que le groupe Bolloré se retire de la Boucle ferroviaire. « Le modèle n’est pas bon, un investisseur privé ne peut pas financer seul le chemin de fer que nous voulons. Nous avons besoin d’un équipement moderne… », a indiqué Patrice Talon. Il n’ignore pas non plus que le groupe Bolloré fait l’objet d’une critique sur le continent africain sur son chemin de fer jugé bas de gamme, avec des rails à écartement métrique, plus étroits que les rails de standard international, avec du matériel roulant d’occasion. Prétextant qu’il a la même vision que son homologue nigérien, Patrice Talon martèle : « Notre chemin de fer ne doit pas nous éloigner de l’avenir ».

Talon choisit la Chine

Dans un passé récent, celui qui a gagné le procès en appel est Samuel Dossou Aworet. De droit, il devrait poursuivre les travaux. Mais le chef de l’Etat avait son plan : il ne veut pas de Samuel Dossou. Sans envisager les conséquences judiciaires de sa décision, Patrice Talon désigne la Chine comme partenaire le plus indiqué, le choix le plus réaliste pour un tel projet. Par cet acte, Talon veut visiblement replonger le projet avec des risques de poursuites judiciaires qui pourraient coûter cher au budget national, dans un contexte de grandes difficultés économiques. Wait & see

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    Roland BOCCO Il y a 5 mois

    Si le Niger jouait franc-jeu en ne permettant pas la pose des rails sur son territoire la Bollore, le President Talon aura pleinement raison. Mon inquietude est que le Niger nous dupe et nous aurons les rails et trains bien modernes mais non operationnels pour le developpement economique et les echanges de tout genre. Nous aurons investi pour rien et c’est malheureusement ce qui risque d’arriver. Le Burkina et la Cote d’ivoire ne disant rien, ils sont pour Bollore malgre le materiel ancien. Ou se trpuve alors l’integration regionale et la “solidarite” dans notre espace? Elles ne servent malheureusement a rien.
    Pour ma part, il faudra plus de concertation avec tous les autres pays impliques dans notre espace.

  • Avatar commentaire

    Si le Niger jouait franc-jeu en ne permettant pas la pose des rails sur son territoire la Bollore, le President Talon aura pleinement raison. Mon inquietude est que le Niger nous dupe et nous aurons les rails et trains bien modernes mais non operationnels pour le developpement economique et les echanges de tout genre. Nous aurons investi pour rien et c’est malheureusement ce qui risque d’arriver. Le Burkina et la Cote d’ivoire ne disant rien, ils sont pour Bollore malgre le materiel ancien. Ou se trpuve alors l’integration regionale et la “solidarite” dans notre espace? Elles ne servent malheureusement a rien.
    Pour ma part, il faudra plus de concertation avec tous les autres pays impliques dans notre espace.

  • Avatar commentaire
    lelenou Il y a 5 mois

    On supplie Mr Dossou d’abandonner en accord avec le gouvernement de son pays pour des concessions . Que ce projet se réalise enfin!

  • Avatar commentaire
    Omolara Il y a 5 mois

    Donc parce que M. Dossou ne peut pas financer ce projet ou parce qu’il est toujours en procès avec Bolloré, on doit mettre en berne cet important projet? Le Bénin doit attendre que des individus règlent leur différent avant de planifier son futur? A quel point doit-on détester le Bénin pour en arriver à penser de la sorte? Talon est ci, Talon est ça… on entend que ça. Qu’en est-il de ce qui est bien pour le Bénin?

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Et puis , arrêtez d’être en extase devant cette trouvaille de talon ; êtes vous demandé ce qui adviendrait de la boucle reliant le Burkina et la Côte-d’Ivoire où bolloré est en opération avec ses normes ? 
    Je vois , agadjavi sera le  seul manœuvre qui va   décharger les marchandises provenant du Niger sur les trains chinois , pour les ports ivoiriens 😂😂😂

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 5 mois

    Hum ! Aziz , Amaury vient de traiter de ” vouvouzela ” de circonstance des pros talon . Et te voilà ici en contre tempo . Quel homme versatile , et pas droit dans ses bottes , avec un raisonnement à géométrie variable , mais enfin .
    Qu’on laisse les protagonistes de cette affaire démêler leurs embrouillamies juridico- financières .
    Moi je m’en fous , je prends l’avion , zut , ma moto qui est d’ailleurs en panne , depuis que les américains me pourchassent 

  • Avatar commentaire

    Toujours…dans ma logique….je dis…que

    Le fond de cette affaire….c’est que talon..veut par des montages financiers..dont il a le secret…prendre des participation dans le projet..aworet…

    Le coton,l’hotellerie,le port,les noix de cajou…pourquoi dans les produits congélé de ajavon…bref…tout ce qui rapporte le blé..

    C’est de la pure beninoiserie.

    On a enetendu dans ce pays..yayi papa bonheur..avant de transformer en papa malheur…à cause de ce projet

    Notez le…ce jour….aworet..va parler..et vous verrez..la varie nature de talon…

    Yayi passerait pour…un enfant de coeur…par rapport..à talon

    Tout pour lui….et rien pour les autres…

    Soit..il te détruit..ou bien…il est actionnaire dans tes affaires

    • Avatar commentaire

      Vraiment les beninois, est ce qu il faut toujours a chaque prise de position du Pdt. Talon voir le diable partout? C est surtout nous les citoyens se disant “intelectuels” qui mettent nos pays dans l ornières. Il ne faut pas toujours critiquer pour critiquer.