Claudine Prudencio : « Le retrait de Petrolin sera le résultat d’une négociation entre le Bénin et le Niger »

Claudine Prudencio : « Le retrait de Petrolin sera le résultat d’une négociation entre le Bénin et le Niger »

Dans un entretien accordé au site d’informations Challenges.fr, Patrice Talon demandait à Samuel Dossou de quitter le projet de la boucle ferroviaire. Cette demande ne laisse pas de marbre l'He Prudencio.

Bénin : Claudine Prudencio pour une réforme approfondie de l’UDBN

Dans un entretien accordé à la radio Diaspora fm, l’honorable Claudine Prudencio dit prendre acte du souhait du chef de l’Etat. Elle a cependant tenu à préciser qu’un   retrait éventuel  du groupe  Pétrolin du projet sera négocié avec les gouvernements des deux Etats (Niger, Bénin)  puisque « Pétrolin a des droits que lui confèrent la notification de l’adjudication et les décisions de justice intervenues ».

Le  groupe Bolloré à l’en croire ne peut pas négocier puisqu’il est  contraint à cesser  tous travaux sur la ligne ferroviaire par une décision de justice. Après cette mise au point, Claudine Prudencio a ajouté que l’entreprise Pétrolin est disposé à prendre connaissance des propositions des gouvernements du Niger et du Bénin si tant est qu’ils ne veulent plus de Pétrolin dans le projet.

Pétrolin peut exécuter le projet

Pour Claudine Prudencio, le groupe Pétrolin a été déclaré adjudicataire du projet à la suite d’un appel d’offres international lancé par les Etats du Bénin et du Niger. Le  groupe a donc été jugé capable d’exécuter le projet tant sur le plan technique que sur le plan financier.

Claudine Prudencio a également abordé la question de la surface financière du groupe Pétrolin. De l’avis de la député, le groupe Pétrolin a déjà fait ses preuves « en réalisant sur fonds propres le Port sec de Parakou », en «rendant disponibles les frais d’indemnisation  des présumés propriétaires du domaine devant abriter  le second port en eaux profondes de Sèmè Kpodji ». Pour elle, une entreprise qui n’a pas une surface financière suffisante ne peut pas payer à la place de l’Etat autant de milliards de FCFA alors que cela ne relève pas de ses obligations. Lire l’interview complète ci-dessous.

Dans une interview publié ce 19 mars par le site challenges.fr et reprise par plusieurs organes de presse au Bénin, le Président Patrice Talon aurait confié à ses interlocuteurs qu’il souhaitait que les groupes Petrolin et Bolloré se retirent « à l’amiable » du projet de réhabilitation et de construction de la voie ferrée Cotonou-Niamey. Avez-vous connaissance de cette information ?

Nous avons bel et bien connaissance de ce souhait du Président Patrice Talon. Mais nous tenons à préciser que le retrait éventuel de Petrolin du chemin de fer, n’a aucun lien avec le retrait de Bolloré du chemin de fer.  Une décision de la Cour d’Appel de Cotonou, renforcée par l’arrêt de la Cour Suprême, a décidé que la concession faite à Bolloré est une voie de fait et a ordonné à Bolloré de cesser tous travaux sur la ligne ferroviaire. Il résulte de ce qui précède que le départ de  Bolloré est une décision judiciaire exécutoire. Alors que le retrait de Petrolin sera le résultat d’une négociation entre les Etats du Bénin et du Niger.

Je vais renchérir en disant que Petrolin a des droits que lui confèrent la notification de l’adjudication, et les décisions de justice intervenues.

Les termes des négociations projetées entre les Etats et Petrolin, n’ont aucune conséquence sur l’injonction faite à Bolloré de cesser tous les travaux sur le chemin de fer. Il s’agit d’une conséquence de l’effet relatif des contrats, et donc la négociation entre les Etats et Petrolin n’empêche pas d’opposer la décision de justice à Bolloré.

Le Président Patrice Talon a-t-il formellement notifié au groupe Petrolin cette option ?

Cette option n’est pas encore formellement notifiée au Groupe Petrolin.

Le Président Talon ne serait pas favorable au fait qu’un opérateur économique tout seul investisse dans la réalisation du projet. Comprenez-vous cette position ?

Nous tenons à rappeler à l’attention de l’opinion publique que si le Groupe Petrolin a été déclaré adjudicataire, c’est justement un appel d’offres international lancé par les Etats du Bénin et du Niger qui l’en a jugé capable, tant financièrement que techniquement. A aucun moment, le Groupe Petrolin n’a été défaillant sur aucun projet.

Selon un commentaire du journal, Monsieur Samuel Dossou-Aworet « n’aurait pas la surface financière suffisante pour réaliser le projet ». Que répondez-vous à cette allégation ?

Nous ne savons pas sur quoi les auteurs de cette allégation ou le journal auquel vous faites allusion, se basent pour affirmer une telle chose. Le Groupe Petrolin a fait ses preuves en réalisant sur fonds propres le Port sec de Parakou, dont l’ampleur des investissements peut être constatée sur place à Parakou.

Le Groupe Petrolin a rendu disponible les frais d’indemnisation des présumés propriétaires du domaine devant abriter le second Port en eaux profondes de Sèmè Podji, et a réalisé toutes les études y afférentes. Nous ajoutons que celui qui n’a pas une surface financière ne peut pas accepter de payer en lieu et place de son cocontractant l’Etat, autant de milliards de nos francs, alors que cela ne relève pas de ses obligations. Il s’agit d’une obligation qui incombait à l’Etat Béninois que le Groupe Petrolin a suppléé. Le Groupe Petrolin a fait ses preuves dans plusieurs pays en Afrique, en Europe et aux Etats-Unis. En tout état de cause, un opérateur crédible comme Le Groupe Petrolin a toujours le soutien de ses partenaires internationaux.

A en croire Challenges.fr, les Présidents nigérien et béninois s’accorderaient sur le choix de la Chine pour reprendre en mains le projet contre une « équitable indemnisation ». Seriez-vous favorable à cette option ?

Nous attendons d’être officiellement saisis des propositions des deux Etats.

Merci

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire
    Jean-Marie Il y a 7 mois

    Dieu fera !

  • Avatar commentaire
    Tundé Il y a 7 mois

    Cette dame est-elle porte parole de Petrolin ?
    Aworet ne dit mot!!!!!!
    Ça fait désordre et contribue à fragiliser la capacite de conduire ce projet sans influence politiwue…la députée beninoise politicienne Prudencio doit arrêter ces interférences intempestives

    • Avatar commentaire

      Quelle question poses tu l à ?
      Moi je suis tente de dire que  seuls ceux qui n ont pas trouve leurs intérêts pecuniers dans ce projet pensent le groupe petrolin n a pas une bonne surface financière.
      Il vaut mieux le laisser faire tout en lui imposant des normes a suivre

  • Avatar commentaire

    Cette prudentio….est une véritable opportuniste politique…dont la conviction se résume…à defendre et à rouler..pour les interets de son mari…de aworet

    D’ici là..qu’elle tire…sur talon..il y a juste un pas

    Quant à moi…je dis..que les déboires de notre compatriote…aworet est du à l’inconstance…de notre yayi boni..qui a géré ce pays…en fonction de la quantité de wisky…ingurgitée….

    Sinon..comment se fait il..que aworet…ait pu avoir…tout les droits…par un gouvernement…qui le dribble par la suite

    Enfin…il ne doit pas céder…à personne….

    on veut le niquer….et je ne suis pas d’accord….!!!

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 7 mois

    Apparemment la messe est dite. Elle sous-entend clairement que Dossou est prêt à se retirer du projet si les conditions sont réunies, je suppose qu’il s’agit de le dédommager. Pourvu que tout se passe dans la transparence.

  • Avatar commentaire
    lelenou Il y a 7 mois

    J’espère que ce projet sera réalisé un jour. Balle à terre