Publication d’images de crimes rituels: l’avertissement du procureur Gilbert Togbonon

Publication d’images de crimes rituels: l’avertissement du procureur Gilbert Togbonon

Face à la recrudescence des crimes rituels au Bénin, et à la publication massive d’images atroces sur les réseaux sociaux, le Procureur de la République a fait une déclaration hier au Tribunal de Première Instance de Cotonou.

Affaire Soneb au Bénin : L’un des accusés aurait avoué les faits selon Togbonon

Gilbert Ulrich Togbonon demande aux auteurs de ces actes d’arrêter leurs agissements au risque d’être poursuivis par la loi. Des informations et des images macabres d’hommes, de femmes ou d’enfants assassinés à des fins de sacrifices, circulent massivement sur réseaux sociaux ces derniers temps au Bénin.

Une situation qui crée la psychose dans le pays. Face à cet état de chose, le Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Première classe de Cotonou informe la population que les atteintes à la vie humaine et surtout les homicides font partie des crimes les plus sévèrement sanctionnés par la loi en vigueur en république du Bénin. Et que les auteurs encourent de lourdes peines de prison. Le Procureur de la République déclare que le parquet poursuivra aussi bien toutes les personnes qui initient les jeunes à ce genre de pratique, que les adeptes de ces divinités de ces cultes.

Il rappelle que la publication et la divulgation d’images atroces sur les réseaux sociaux sont punies de peine d’emprisonnement et d’amende selon les articles 266 à 306 de la loi n° 2015-07 du 20 mars 2015 portant Code de l’information et de la communication en République du Bénin. Le Procureur de la République souligne qu’il existe de nos jours des moyens de retrouver les auteurs de ces messages sur les réseaux sociaux, et que des poursuites seront engagées non seulement contre eux mais aussi contre tous ceux qui se mettront à relayer ces informations et images choquantes sur les réseaux sociaux

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire

    Si ne publie pas cmt la population sera telle informer? Ne parler paskil le faut.

  • Avatar commentaire
    SEGLA Grégoire. Il y a 9 mois

    je pense que le procureur est à l étape de sensibilisation. Quand bien même que les auteurs savent que c est inhumain ils le font et que la loi condamne ça. Il normal qu on leur rappelle les disposition s de la loi et les danger s qu ils courent. c eta

  • Avatar commentaire
    Ledoux Il y a 9 mois

    D’ou vient ce procureur? ou bien ou est ce qu’il a etudie?.

  • Avatar commentaire

    mais si les gens ne les postent pas comment la population serait au courant pour prendre des precaution de securité pour leur vie ? Le gouvernement doit aussi je pense trouver un moyen pour que ces genres d’informations parviennent au population sans pour autant nous choquer aussi parcequ’il a aussi raison les gens fragile supporteront pas ces images cruels inhumains frequent sur les reseau sociaux…

  • Avatar commentaire

    Il ferait mieux d’interdit kinnéssi et de traquer les détenteurs de ce vodoun, il ne réfléchit pas

  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 9 mois

    Il est sérieux la ce Togbonon? Menacer d’arrêter ceux qui relaient ces images ? Il ferait mieux de traquer ces gaymans et leurs complices pour les éradiquer une fois pour toute. Relayer pour ne pas relayer est une décision propre à chacun. Et en plus ça permet de sensibiliser.

  • Avatar commentaire

    La publication de ces images donne l’alerte. Il faut beaucoup plus rechercher les auteurs des crimes rituels plutôt que de rechercher ceux qui envoient les images pour alerter le peuple.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Madampol , abordant dans le même sens que toi , j’ajoute que talon doit agrandir les prisons , en réservant une bonne place pour lui même , sans oublier une autre pour agadjavi 

  • Avatar commentaire

    Un adage fon dit:” On voit le serpent et au lieu de le tuer, on se met à taper dans la broussaille avec le bâton”. M. le Procureur ferait mieux de traquer les criminels de ces rituels que de menacer ceux qui donne l’alerte. Mais on est dans quel pays?

  • Avatar commentaire
    Madampol Il y a 9 mois

    Ils me font bien rire ces gens-là, retrouver les diffuseurs de ces horribles images sur Whattsapp par exemple ? La bonne blague. Monsieur le procureur, consacrez les maigres ressources dont vous disposez à retrouver les auteurs de ces crimes, voir les prévenir.

  • Avatar commentaire

    Il est vrai que ce sont des images atroces et difficiles à supporter. Il aussi vrai que la diffusion de telles images peuvent faire l’objet de poursuites. Il est tout aussi vrai que ces enfants qui sont assassinés sont nos enfants et que la recrudescence de ces actes monte en flèche. Alors menacer de sanctions ceux qui avertissent de ces événements ressemblent un peu à protéger ceux qui commettent ces crimes.

    • Avatar commentaire

      Merci, il semble que ce procureur réfléchit un peu à l’envers.

    • Avatar commentaire
      unbeninois Il y a 9 mois

      Ou alors, ce procureur fait il parties des commanditaires ou en connait il? C’est juste une question.

  • Avatar commentaire
    sebastien accromessi Il y a 9 mois

    pour la plupart du temps toutes les images ne sont pas du benin et pourtant on nous effraie