Nigéria : Buhari reçoit les écolières de Dapchi libérées

Nigéria : Buhari reçoit les écolières de Dapchi libérées

Après avoir reçu les écolières de Dapchi, le président Buhari a assuré que le Nigeria allait continuer sa lutte contre le groupe djihadiste de Boko Haram.

Nigéria : Un convoi d’aide du programme alimentaire mondial attaqué à Ngala dans l’Etat de Borno

Libérées il y a quelques jours, les écolières de Dapchi ont en effet été reçu par le président nigérian Muhammadu Buhari ce vendredi à l’occasion d’une réception marquée par un discours porteur d’espoir.

En effet, le président nigérian a, après avoir remercié son gouvernement pour avoir agi fermement et intelligemment, tenu à rassurer les familles des filles de Chibok. Aujourd’hui, près de 4 ans après la disparition d’une centaine de jeunes femmes au nord-est du Nigeria, le président Buhari a assuré que l’exécutif était déterminé comme jamais à l’idée de ramener ces jeunes écolières, vivantes.

Derrière ce kidnapping, le groupe djihadiste Boko Haram sévit au Nigeria depuis 2009. Entre attaques, vols, meurtres et kidnappings, les actions du groupe ont entraîné la mort de quelques 20,000 personnes et le déplacement de 2,6 millions d’entre elles.

À l’époque, figure de l’opposition, Buhari avait vivement critiqué l’inaction du président en place, Goodluck Jonathan, promettant par la même occasion de mettre définitivement fin à l’insurrection djihadiste.

Une libération qui pose question

Peu après son élection, une véritable guerre a été menée par l’armée et le gouvernement contre Boko Haram, techniquement vaincu.

Le Nigeria semblait confiant quant à la fin de ce genre d’événements. Or, ce récent rapt a permis de remettre en lumière certains trous et manquements sécuritaires. Afin de rassurer l’opinion, le président Buhari se devait alors d’agir rapidement. Au total, ce sont 104 jeunes filles sur 110 qui ont été libérées en plein jour. Une véritable surprise qui a soulevé pas mal d’interrogations, concernant notamment de possibles rançons ou promesses faites par le gouvernement aux djihadistes.

Concernant les jeunes filles toujours aux mains des ravisseurs, le président Buhari a tenu à assurer qu’il ne les oublierait pas. En effet, celui-ci compte bien les ramener saines et sauves, au plus vite. Selon l’UNICEF, depuis l’arrivée de Boko Haram dans le nord-est du pays, 2,296 enseignants auraient été assassinés tandis que 1,400 écoles ont été détruites.

Commentaires

Commentaires du site 0