Les tractations pour la succession de Léhady Soglo, se poursuivent et mettent aux prises divers blocs politiques, en raison de l’imminence de la tenue de l’élection du prochain maire de Cotonou.De son côté, le Parti du renouveau démocratique (Prd), contrairement à ce qu’on distille dans l’opinion, entend soutenir le candidat qui sera issu du consensus au sein de la mouvance.

« Nous sommes de la mouvance et on ne peut pas vouloir discuter avec le candidat proche du Pouvoir, le poste de maire. On est disciplinés au Prd, et nous suivrons la consigne de votre président et de la mouvance. Il faut laisser les choses évoluer… », a déclaré au téléphone hier lundi 23 avril 2018, le conseiller municipal Alexandre Sohou, élu sur la liste du Parti du renouveau démocratique (Prd), dans le troisième arrondissement de Cotonou.

Selon ses propos, les treize conseillers municipaux du Prd ne désobéiront pas au mot d’ordre de vote de la majorité présidentielle, à la mairie de Cotonou. Il a souligné que les choses évoluent tous les jours pour trouver un consensus au sein des partis soutenant l’action du Gouvernement du Président Patrice Talon. Selon ses propos, le candidat de la majorité présidentielle aura plus de chances pour remporter l’élection du futur maire de Cotonou, avec le soutien du Prd.

Possibles candidatures

Après la révocation de Léhady Soglo, la configuration politique de la mairie de Cotonou a changé. Des fanatiques de l’ancien maire ont viré dans le camp des élus municipaux pro-Talon. Et même au sein de l’Union fait la Nation, il y a division entre les pro-Talon et les fans de l’ancien député à l’Assemblée nationale, Candide Azannaï. C’est dire que les négociations sont ouvertes.

Dans les coulisses, on note la cacophonie des ambitions. Selon les informations, le maire intérimaire Isidore Gnonlonfoun, fait des pieds et des mains pour conserver son poste. Pour y arriver, il suit à la lettre les injonctions du préfet du Littoral, Modeste Toboula, comme le dénoncent ses adversaires en Conseil. On se rappelle d’une session extraordinaire qu’il a convoquée en moins de 24 heures en décembre dernier, sur instruction du préfet, pour autoriser la mairie à décaisser un milliard de francs Cfa à la Société béninoise d’énergie électrique (Sbée), pour l’électrification des grandes artères de la ville de Cotonou. Afin dit-on, de sécuriser la ville en période des fêtes de fins d’année. Mais son instabilité politique est le grief que les conseillers portent contre lui.

Pour rappel, il a été élu deux fois député sur la liste du Prd en 1995 et 2007, et à chaque fois il a viré dans la mouvance. Pour avoir été premier adjoint au maire de la mandature en cours, beaucoup de conseillers municipaux indiquent qu’il est aussi comptable de la gestion de Léhady Soglo. En dehors de lui, on parle également de la candidature de Rock Gnanhoui, président du parti Alternative citoyenne dont le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou est président d’honneur. Son handicap est son absence chronique aux sessions, et il ne participe pas aux débats, même pour les rares fois qu’il vient. Comme lui, le nom de Camarou Ali est cité. Il était le principal adversaire des Soglo. On se demande s’il aura la faveur des conseillers à cause de ses antécédents avec l’ancien maire.

Tous les jours, les schémas évoluent au gré des ambitions des uns et des autres. C’est dire que des candidatures surprenantes peuvent arriver lors de cette élection, dont la date n’est pas encore connue en raison de l’attente de la décision de la Cour suprême sur les recours de Léhady Soglo.

2 Commentaires

  1. Hahahaha lehady a perdu ce poste S’il revient au pays c’est pour aller directement au gnouf pour avoir refusé d’exécuter les ordres de la police républicaine devant faire perquisition chez lui

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom