Bénin : réalisation du PAG et emprunt Obligataire

Bénin : réalisation du PAG et emprunt Obligataire

Le Bénin souscrit pour la cinquième fois à l’emprunt obligataire. Cette opération permettra de mobiliser des ressources financières d’un montant de 60 milliards, pour financer son Programme d’action du gouvernement (Pag).

Bénin : Pag, des projets à réaliser à l’idéologie politique à promouvoir

Pour les précédentes opérations, les échéances ont été régulièrement honorées à bonne date, et les emprunts ont été intégralement remboursés sans incident à leur échéance respective.

Qui peut souscrire à cette opération ? Comment souscrire et où ? L’émission obligataire est ouverte à toute personne physique et morale ; aux investisseurs institutionnels régionaux et internationaux, désireux de faire des placements sur le marché financier de l’UEMOA. Les grandes orientations de la politique économique pour cette année, s’inscrivent dans la droite ligne du Programme d’Actions du Gouvernement 2016-2021, dénommé « Bénin Révélé ». Ce programme découle d’un diagnostic complet, aussi bien institutionnel, économique que social, qui internalise les aspirations du plan décennal 2013-2023, de mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Il est orienté vers l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Ainsi, après l’année 2017 qui est celle de la mise en route des différents projets, la tranche 2018 connaîtra l’intensification de la mise en œuvre du Programme d’Actions du Gouvernement, avec un accent marqué sur le Partenariat Public-Privé comme un important levier de réalisation des grands projets d’infrastructures.

A travers ce programme, l’Etat affirme son engagement à multiplier les ressorts de l’économie et à l’asseoir sur des bases plus solides, afin d’accélérer durablement le taux de croissance de l’économie et parvenir à une amélioration substantielle des conditions de vie des béninois.

A cet effet, l’option choisie est l’investissement. Il s’agira d’investir dans les secteurs stratégiques à haut potentiel et jusque-là sous-exploités, tels que le tourisme, l’économie numérique, l’éducation, la santé, l’énergie, les infrastructures, l’agriculture et le cadre de vie, etc.

Le cadre macroéconomique dans lequel s’exécutera le budget 2018, est également cohérent avec le Programme convenu avec le FMI. Il table sur une accélération de la croissance économique, qui s’établira à 6,0% en 2018, contre 5,6% en 2017, dans un environnement non inflationniste.

A moyen terme, la croissance devrait poursuivre son accélération pour atteindre 7,1% en 2021, selon le Fonds Monétaire International, tirée par la mise en œuvre du PAG.

Quant aux finances publiques, elles seront caractérisées par une hausse des recettes publiques et une maîtrise plus grande des dépenses, notamment celles d’investissement, en raison de l’option faite par l’Etat d’un plus grand recours au Partenariat Public-Privé pour financer ses investissements. Il en résulterait un déficit budgétaire, base ordonnancement dons compris, projeté à 4,7% du PIB en 2018 contre 5,9% du PIB en 2017. Cette tendance baissière du déficit budgétaire est cohérente avec celle initialement prévue dans le PAG

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 6 mois

    En réalité il s’agit d’un piége à ne pas en finir. Ce gouvernement qui a un ministre des finances qui est plutôt un comptable et non un économiste innovateur navigue à contre courant et fait tout à fait le contraire de ce que recommandent les règles de l’orthodoxie financière: Engagements de court terme finance les projets à terme correspondants. Les prêts de longue durée pour les projets à long terme.

    En ce sens que le PAG a pour objectif principal dénommé, le développement donc un projet à long terme. Mais comment peut on sérieusement prétendre faire régulièrement des prêts obligataires qui sont par nature des engagements de court terme pour financer des projets dont l’issu se situe dans une génération voire deux générations.

    Nous avons donc là des amateurs financiers qui ne connaissent rien en la matière mais qui engagent la nation dans une spirale de dette qui plongeront les populations encore pour des générations et des générations.

    S’endetter n’est pas le problème, mais c’est ce porquoi on s’endette qui compte. S’il faut détruire les infrastructures que le gouvernement défunt avec des coûts de milliards a ´djà réalisé pour prétendre vouloir réaliser un autre de plus grand et de plus beau à sa place, cet endettement n’a pas de sens comme le fait ce gouvernement. Le troncon Godomey Calavi, construit par les chinois, que l’on détruit à présent pour reconstruire est un exemple palpable.

    Au lieu de s’employer à relever les structures intérieures de production industrielle pour la plupart de nos produits d’équipement pour réduire notre dépendance des importations, c’est à la mono- culture du coton brutte pour l’exportation que ce gouvernement a opté. Ils parlent beaucoup avec des mots dont ils ne saisissent pas le sens et à vrai dire c’est du verbiage improductif.

    Observez les biens. Ils ont commis le pire qu’un gouvernement ne doit commettre avec l’économie nationale.

    En cassant la structure informelle géneratrice de révenues imposables pour le plus grand nombre, les impôts ne rentrent plus et les récettes intérieures de l’Etat sont devenues rares. C’est pourquoi les prêts obligataires réguliers pour payer les salaires. Mait peut on à la longue financer les salaires avec des prêts obligataires et survivre? C’est l’engrenage dans lequel s’enfonce ce gouvernement de jour en jour.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 6 mois

    Si quelqu’un comprend quelque chose à ce charabia, qu’il m’explique ; on parle de milliards par ci , de milliards par là, et pour améliorer les conditions de vie des beninois , mais on voit rien , y a rien , cotonou a faim , tchoumi-tchoumi a faim et ne trouve pas de l’eau potable pour boire , le benin à faim , sauf talon et sa famille .
    Arrivera un moment , où l’on cherchera à voir si ce n’est pas talon et sa famille qui sont en dessous des souscripteurs des quelques emprunts qui ont abouti , et là ça va saigner pour eux et agadjavi 😡😡😡

  • Avatar commentaire
    Ledoux Il y a 6 mois

    J’ai oublie, tout d’abord j’encaisse les 30% d’interet avant de vous balancer les 60 Milliards de fcfa. :-))

  • Avatar commentaire
    Ledoux Il y a 6 mois

    Moi j’ai les 60 Milliards que le Ministre des Finances demande. Mais je veut un taux d’interet de 30%.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 6 mois

      Si c’est pas doux ça, Mr Ledoux ? 😂😂😂
      Tant que tu es , talon te double ça, 60%