Bénin : Tévoédjrè invite le gouvernement au respect de la constitution

Bénin : Tévoédjrè invite le gouvernement au respect de la constitution

Suite à notre article intitulé « Adrien Houngbédji prend le contre-pied de la logique du gouvernement », le professeur Albert Tévoédjrè réagit par un commentaire, à nous envoyé, dans lequel il invite le gouvernement à respecter la constitution. « Hors de la constitution, point de salut », a-t-il dit.

Affaire Atao Hinnouho : pas un complot politique au Bénin selon Me Badou

Lire  Adrien Houngbédji prend le contre-pied de la logique du gouvernement

10 avril 2018

La première session ordinaire de l’Assemblée nationale, ouverte hier matin au Palais des gouverneurs à Porto Novo, s’annonce sous de nouvelles couleurs.

Après une saison de passivité, de concussion et de soumission, la représentation nationale a semblé prendre les mesures de ses responsabilités d’institution de « contre pouvoir ». Ce désir a fortement marqué le discours d’ouverture de son président, qui clame désormais sreligion sur l’état de droit et l’indépendance des institutions.

C’est un virage à 45°. Alors que beaucoup de personnes s’attendaient à l’entendre tenir un discours flatteur à l’égard du gouvernement, Adrien Houngbédji en a surpris plus d’un. Ces derniers jours, il avait affiché toute une autre posture, celle de la soumission, du soutien inconditionnel. On l’avait entendu caresser le chef de l’Etat dans le sens des poils, lors de la cérémonie de présentation des vœux des institutions au chef de l’Etat. On l’avait vu presque en courroux, prendre la défense du même chef et arrêter la déclaration d’un député de l’opposition qui tentait de critiquer les actions du chef de l’Etat.

Puis hier, le président Houngbédji montre tel un caméléon, un visage nouveau. Tout au moins, il s’est montré indépendant, différent et surtout plus démocratique, proclamant urbi et orbi l’importance de l’opposition pour la démocratie béninoise. Sa réaction la plus éloquente, est celle qui concerne les décisions Dcc 17-252 du 12 décembre 2017, et Dc 18-075 du 15 mars 2018, relatives à la désignation des membres du Cos-Lépi.

« L’étendue des pouvoirs que s’est reconnu le juge constitutionnel, en a surpris plus d’un. (…) Certes nous découvrons qu’à l’occasion de son office, il peut même écarter une loi, tenir en échec le règlement intérieur, se substituer à la constitution elle-même en l’interprétant. Ses décisions sont sans recours, car il est infaillible dans son interprétation. Nous ne le savions pas, et il n’est pas sans intérêt pour aujourd’hui et pour demain, que le juge nous le rappelle. Je nous exhorte donc à exécuter, sans débat. La guerre des institutions n’aura donc pas lieu ici », affirme tout fier le président Houngbédji.

Ces propos bien surprenants au regard des positions défendues jusque là par le président Houngbédji, sont bien aux antipodes de l’aspiration gouvernementale. Depuis le rejet par la Cour constitutionnelle de la proposition de loi interdisant les droits de grève à certaines catégories de travailleurs, la Cour est victime d’une campagne de sabotage et de dénigrement conduite par des journaux et des hommes de droit dont la proximité avec le gouvernement n’est plus à démontrer. C’est dans cette foulée qu’est intervenue la démission de Simplice Dato, l’un des membres de la Cour.

Les mêmes pourfendeurs de la Cour ont trouvé en cette démission un élément pour montrer le malaise au sein de cette institution où plus rien ne va. Le discours tenu hier par le président Houngbédji n’est donc pas de nature à faciliter l’option du gouvernement. Au contraire, il le remet en cause et coupe l’herbe aux pieds des caciques du régime qui se montrent très actifs dans les arcanes de l’Assemblée pour bloquer la désignation des membres du parlement au Cos-Lépi.

Ce faisant, Houngbédji sauve l’actualisation de la Lépi et compromet toutes les manigances agitées secrètement pour bloquer la réalisation de la Lépi pour les prochaines élections. Un tel discours tenu par un homme politique de la trempe de Houngbédji, n’est pas anodin. Il sonne comme une clarification politique…

POUR MEMOIRE

A la suite du Communiqué officiel de la dernière assemblée de la Conférence épiscopale du Bénin (C E B 25 janvier 2018 ) , je voudrais proposer le commentaire suivant :

Très sincère gratitude à nos évêques pour avoir appelé fortement au dialogue sincère CONFORMÉMENT AUX PROMESSES.- Merci d’avoir dénoncé l’invasion de l’argent corrupteur. Merci d’avoir insisté sur le respect SCRUPULEUX des décisions de la Cour constitutionnelle La déstabilisation de la Cour constitutionnelle ou son affaiblissement est un péril majeur à éviter résolument .Tous les actes du gouvernement, toutes les lois et décisions de toutes les institutions sont précédés de trois mots-clés :

” VU LA CONSTITUTION” !

Comme le recommande la sagesse de nos pasteurs, mobilisons-nous fortement pour ” faire prévaloir la force de la loi et faire échec à la loi de la force.” “Hors de la Constitution, POINT DE SALUT !”

Albert TEVOEDJRE, Frère Melchior, SMA
Porto- Novo, 31 janvier 2018

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire
    sogbossi Il y a 8 mois

    je voudrais bien me réjouir du discours de HOUNGBEDJI mais attention attention, ca peut être un piège. Le pièce c’est vous dire qu’il faut respecter les décisions de la cours. Mais de “quelle cours pensez vous?”. “C’est bien sur la prochaine cours qui sera sous le contrôle de la Majorité Présidentielle” et non “l’actuelle cours constitutionnelle ” dont le mandat finit en juin prochain. En tout cas, c’est ma lecture.

  • Avatar commentaire
    président 2031 Il y a 8 mois

    C’est une politique pour revenir en 2019 et recommencer les mêmes bêtises. Que le peuple ne tombe jamais dans ce piège…

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 8 mois

    Tiens! Le fossile n’a pas encore cassé la pipe. Il joue les prolongations j’imagine. Quel credit accordé aux proses tardives du jadis plus “grand diviseur national” aujourd’hui en quête d’une hypothetique redemption?

    Nous ferons le bilan en son temps. Les chances qu’il soit favorable au frère Melchior s’annonce très très mince.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 8 mois

      Hé ! Agadjadji , l’enfumage des ra.tons que vous êtes talon en tête, a débuté , et tevoedjre ne veut pas rester en reste .
      Tundé commence à pointer du mu.seau , suivra bientôt sauvy , toi même muni d’un masque défectueux à nous énerver sur ce forum , n’y échappera pas , tu seras enfumé, puis ensuite fumé comme un agouti 😂😂😂

      • Avatar commentaire
        Tundé Il y a 8 mois

        On est pas au chômage comme, toi qui a le grouin scotché sur LNT ..
        ********* heureux ….

  • Avatar commentaire
    Tundé Il y a 8 mois

    Porto-Novo le 31 janvier 2018……l’autoproclamé frère melchien….est décalé dans le temps de vincent foly du 11 avril 2018……sur un discours du président Houngbedji …le 9 avril….
    L’aveuglement haineux !!!

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 8 mois

      C’est vrai que c’est un peu décalé ; ce qui compte , c’est l’esprit , et puis lnt ne saurait mentir sur le commentaire de tevoedjre à elle envoyé, cette maison de presse est sérieuse  

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Tevoedjre, tu fais ici un service minimum . Avec ton grand âge , ton avenir est derrière toi ; lâche toi plus , sur ce que tu penses de la gouvernance talon , ne sors pas par bribes , dis-nous tout ,Ok 

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 8 mois

    Ce houngbedji est trés subtil , et manie bien la langue de Molière, son discours est assez machiavélique, donnant un coup au gouvernement de talon , et faisant croire que lui veut maintenant aborder dans le sens de la décision de la CC . 
    Grand bluffeur ce houngbedji ; à voir de près , il fait encore du chantage à talon , soit pour avoir un peu plus d’argent , soit être à la tête du grand parti que veut créer talon , soit avoir l’assurance de s’éterniser à la tête de l’assemblée 

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 8 mois

    De quelle constitution parle le Frère Melchior ? Notre actuelle constitution issue de la fameuse Conférence Nationale est plutôt truffée de contradictions et de dispositions iniques qui la rendent inapte à garantir le progrès de notre Nation? Et dire que celui-là (Tévoèdjrè) avait prétendu, avec emphase que nous avions vaincu la fatalité ? Ce sont les décisions de cette fameuse Conférence qui ont accentué la gangrène de l’inorganisation dans notre pays. En effet, tétanisés par les affres de la dictature stérile de Kérékou, les Conférenciers se sont fourvoyés en prenant des dispositions iniques comme le droit de grève à tous les fonctionnaires, y compris les forces armées (du jamais vu nulle part sur la planète terre), sans l’assortir d’aucune obligation pour ces fonctionnaires saprophytes de travailler pour mériter leur salaire. Dans un pays pauvre sans ressources, comment concilier ces incongruités qui ont plongé notre pays dans la misère provoquée par une pseudo-démocratie. A cela, il faut ajouter des structures comme la Haute Cour de Justice qui ne servent strictement à rien et qui coûtent des milliards en coûts de fonctionnement chaque année. Savez-vous que ces magistrats s’ennuient à un point tel qu’ils se réchauffent l’esprit avec des simulations (je dis bien simulations) de procès.
    Des fonctionnaires se mettent en grève illimitée et peuvent continuer de percevoir leurs salaires sans problèmes……C’est ce que vous entendez par démocratie et progrès social….. Observez la grève des Cheminots actuellement en France… Chacun d’entre eux fait tous les jours les décomptes des manques à gagner enregistrés…. Nous nous fourvoyons dans ce pauvre pays… en sautant comme des cabris (Cf de Gaulle) et répétant… Bénin, pays démocratique… démocratie de merde… dans la pagaille

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 8 mois

      Oh ! ALLOMAN, tu oublies d’ajouter que ces centrales syndicales en France disposent ” des trésors importants ” qu’une souscription populaire est ouverte pour les soutenir , et qui ne désemplit pas , que les françaises et francais malgré les désagréments du fait de la grève , reconnaissent que c’est pour La Défense du service public , que macron et son gouvernement ne restent pas insensibles à la situation que vit les francais , ainsi que l’assemblée nationale , les médias , intellectuels de tout bord , etc etc 
      Et que nous OLLA OUMAR te faisons bouffer ta mer.de 😡😡😡

  • Avatar commentaire
    Zankpo Victorin Il y a 8 mois

    J’ai lu avec attention la position du président Houngbedji face à l’idée de séparation des pouvoirs dans la démocratie béninoise. On peut constater dans son allocution que ce principe fondamental est mis à terre par le système en place. L’exécutif, le législatif et le judiciaire ne jouent plus respectivement les rôles qui sont les siens. Comme il l’a notifié, il ne s’agira pas de mener une guerre des institutions. L’important, c’est la partition de chacun pour le bien être de tout citoyen. Je souhaiterais aussi aussi à la représentation nationale d’agir dans le sens de l’intérêt général.

  • Avatar commentaire
    Paysan Il y a 8 mois

    Tevoedjre, le diable de Djregbe qui a conçu le KO de 2016 ayant consacré la désacralisation de la cour constitutionnelle qui perdure. Il a quoi a dire encore dans son nouvel accoutrement/habit de moine ?

  • Avatar commentaire

    « L’étendue des pouvoirs que s’est reconnu le juge constitutionnel, en a surpris plus d’un. (…) Certes nous découvrons qu’à l’occasion de son office, il peut même écarter une loi, tenir en échec le règlement intérieur, se substituer à la constitution elle-même en l’interprétant. Ses décisions sont sans recours, car il est infaillible dans son interprétation. Nous ne le savions pas, et il n’est pas sans intérêt pour aujourd’hui et pour demain, que le juge nous le rappelle. Je nous exhorte donc à exécuter, sans débat. La guerre des institutions n’aura donc pas lieu ici », affirme tout fier le président Houngbédji.
    Houngbedji n’est pas un novice de la politique et le Maitre pèse bien ses mots. il nous dit indirectement que nous serons surpris par la nouvelle cour en Juillet . Comme la cour est infaillible dans son interpretation et bien la cour prochaine sera aussi infaillible et nous serons aussi obligés de nous conformer; il n’y aura pas de débat. il n’y aura pas la guerre des institutions. Voila le vrai sens de ce paragraphe !!!!!!!!

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 8 mois

      @Bocco,

      Ce sont vos mentors qui s’asseyent sur les décisions de la CC qui ne le arrangent pas. Fo Adri raconte des conneries en disant ” nous ne le savions pas”; que de stupidités indignes d’un homme de rang. On s’en fout que la prochaine cour, qui sera de toutes les façons, inféodée au pouvoir fasse les interprétations les plus larges, ce serait aussi pour un temps. Ce sont les travers de la démocratie et de l’Etat de droit que tout le monde doit accepter. Le peuple, s’il n’est pas content, aura le temps d’aviser en 2019 (législatives), 2020 (municipales) et 2021 (présidentielles). Ainsi va la vie démocratique sauf pour ceux qui feignent de ne pas le savoir. Pitoyable !

    • Avatar commentaire
      Revenant Il y a 8 mois

      Visionnaire Mercie pour ta clairvoyance