Coup de théâtre dans l’affaire du putsch manqué au Burkina. Un nombre important d’avocats de la défense a abandonné l’affaire alors que le fond de l’affaire devait être disséquer.La défense des personnes accusés dans l’affaire de putsch manqué au Burkina vient de prendre un coup. En effet, quatorze accusés viennent de perdre leurs avocats. Le motif qui soutient le retrait collectif de ces avocat est que le procès en cours n’est pas impartial.

Le procès a été ajourné au 6 Mai. Pour la poursuite des audiences, ceux qui ont perdu leurs avocats devront avoir des avocats commis d’office. La partie civile dans cette affaire voit en cette démission collective une manœuvre pour empêcher l’examen de fond.

Sur les 84 accusés, ils sont environ 12 à ne plus avoir d’avocats. Parmi ceux-ci, les deux personnages désignés comme les cerveaux de l’opération: les généraux Gilbert Diendere et Djibril Bassole. A en croire les avocats démissionnaires, le procès en cours manque cruellement de partialité. Un des avocats de la défense est allé jusqu’à dénoncer un procès inéquitable. Il s’est appuyé sur le fait que les juges qui ont à charge cette affaire ont été nommé par un camp.

11 Commentaires

  1. La défense démissionnaire dans ce procès fait un faux-fuyant et une fuite en avant. Qui est-ce qui devait selon eux nommerles juges dans un tel procès, si ce n’est pas toujours les juges en fonction dans la juridiction du pays mandatés pour la circonstance, même s’il s’agit d’un tribunal militaire?

    Ne devrait-t-on pas juger les gens qui en vue de prendre le pouvoir, ont pris sur eux la lourde responsabilité d’attaquer par les armes le pouvoir d’Etat et déstabiliser l’ordre légal établi sans toute considération de perte de vie humaines?

    Peut-être en arrivera-t-on en Afrique à ne plus tenir des procès de ce genre pour les auteurs de ce crime là et de les passer directement aux armes , une fois que leur coup averré a manqué. Ce devrait être une entité constitutionnelle pour la dissuation des futurs auteurs des coups d’Etat qui causent tant de mal à l’Afrique noire en lutte pour la consolidation et le développement de ses Etats.

  2. j’ai été toujours outré…des avantages,des privilèges…qu’on accorde…aux criminels…dans nos pays..

    Les criminels…ont toujours plus de droit…que leurs victimes…qui sous 6 pieds…ne reviendront plus jamais…

    Diendré…outils…militaire…a dans sa conscience…des crimes de sankara…de lingani et autres..

    un bon procés…c’est de les attacher…et les passer par les armes

    ce ne sera pas…une perte éneorme pour le burkina….

    • Bien dit.en 1989 le meme Guiguere a fait passer en un temps record par les armes et sans jugement Lingani zongo Kondaba et autres apres un faux complot.Aujourd’hui il veux jugement apres un coup d’etat avorte qu’il reconnait et assume.heee Dieu!!!!!

  3. C’est  ça la justice en Afrique , sous les tropiques ; et puis ces gens là sont : soit condamnés d’avance , soit évadés arrangés , soit trucides en prison .
    Est ce que bassolé , lui est en mode détention , durant le procès ? 

  4. “Le motif qui soutient le retrait collectif de ces avocat est que le procès en cours est impartiale” ??? Il me semble que “Le motif qui soutient le retrait collectif de ces avocats est que le procès en cours n’est pas impartial” 

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom