Conseil des ministres au Bénin : Nécessité d’informer autrement

Conseil des ministres au Bénin : Nécessité d’informer autrement

Le conseil des ministres, est en principe, en charge de la coordination des actions gouvernementales pour mettre en cohérence le contenu et le contenant, l’esprit et la lettre des arrêtés, ordonnances et décrets.

Affaire BIBE au Bénin : Dramane Diatema plonge davantage la Cnss et le gouvernement

Cet exercice convoque l’intelligence, le sens de l’autorité et un certain savoir-faire en sciences de l’information et de la communication mains aussi en techniques de rédaction administrative.

Cela requiert un esprit de synthèse et d’à-propos. L’exercice finit par la production d’un rendu destiné au chrono et à toutes structures ou personnes concernées. Ensuite il faut informer les populations bien sûr en français mais aussi dans les principales langues qu’elles comprennent. Cela se fait à travers tous les supports médiatiques : presse écrite, radio, télévision et médias en ligne.

Les rendus des sessions du conseil des ministres devraient faire l’économie de détails. S’agissant du détournement de vivres des cantines scolaires, le relevé dudit conseil en date du mercredi 18 avril 2018 est un mauvais exemple de communication. Il est possible d’obtenir le même résultat sans servir autant de détails. Les priorités du Bénin que Patrice Talon a l’honneur de diriger, ne devraient pas libérer autant de temps à consacrer à ce sujet dans cette forme-là! Loin de nous pourtant l’idée de faire l’apologie de l’impunité ; mais la pédagogie semble manquer dans ce compte rendu car l’Etat a une panoplie de sanctions ; il s’agit de directeurs d’écoles ! Méritent–ils un traitement qui a oublié ce qu’ils sont?

Jean Achadé(contribution)

Ne ratez rien de l'actualité People (cliquez ici)

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Koshami Il y a 4 mois

    Dans votre analyse vous oubliez la situation de bras de fer actuel entre les enseignements et le gouvernement.Livrer donc ainsi des enseignants à la face du peuple n’est qu’une stratégie de conquête de l’opinion.Les syndicalistes enseignants ne se privent pas de diaboliser le pouvoir donc celui ci ne leur fait pas de cadeaux non plus.Pour ce qui est de la substance du relevé des conseils des ministres,n’oublions pas que dans un passé récent, vous étiez les mêmes à critiquer le fait que juste après le conseil , il était publié un résumé sommaire avant que le compte rendu complet ne soit livré.

  • Avatar commentaire

    Enfant, frère, neveu ou cousin de directeur voleur tais toi.

  • Avatar commentaire

    A la lumière de votre article, le constat qui est en filigrane c’est la problématique de la concentration des pouvoirs au Bénin et en Afrique plus généralement. Au-delà de la forme de la présentation des divers compte rendu, le problème que vous évoquez s’agissant de ces directeurs d’école, dans d’autres pays démocratiques, il n’appartient pas au conseil des ministres d’en débattre et de prononcer des sanctions. Le pouvoir de décision sera uniquement au niveau du rectorat, voire du ministère de l’enseignement. Il est bien vrai qu’un conseil des ministres devrait hausser un peu son “niveau” et ne s’occuper que des choses essentielles au bon fonctionnement d’un pays. On voit bien les limites le fait de vouloir tout centraliser.