CPI : GBAGBO restera en prison, ses partisans crient au complot

CPI : GBAGBO restera en prison, ses partisans crient au complot

La chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI), a refusé une énième demande de mise en liberté provisoire à Laurent Gbagbo, au grand dam de ses partisans qui réitèrent l’idée d’un complot international contre l’ancien président ivoirien.

Côte d’ivoire : l’Union européenne tacle sévèrement le pouvoir Ouattara

La Cour qui a siégé le 20 avril dernier, n’a pas retenu l’argument des avocats de la défense, faisant état d’une dégradation de la santé de Laurent Gbagbo. Les juges ont estimé à l’unanimité qu’il n’en est rien, conclant qu’il n’y aucun élément nouveau justifiant la mise en liberté provisoire de l’ancien chef d’état ivoirien incarcéré depuis 2012 à la CPI.


Au moins douze demandes refusées

Depuis 2012 que dure la détention de Laurent Gbagbo à la CPI, toutes les demandes de mise en liberté provisoire déposées par ses avocats ont été rejetées.

La onzième demande intervenue était intervenue, alors que les médias internationaux avaient révélé une collusion entre l’ancien président français Nicolas Sarkozy, l’ex-procureur de la CPI, Moreno Ocampo et le président Ivoirien Alassane Ouattara pour embastiller Gbagbo. Les partisans de Gbagbo avaient donc vu dans cette conjoncture défavorable au bureau de la procureure, l’occasion propice pour la libération de leur champion. Mais ils avaient été déçus.

Depuis l’ouverture du procès en effet, le débat entre les juges de la CPI et la défense de Monsieur Gbagbo a toujours tourné sur les garanties de représentation de l’ex-président ivoirien. La défense estime que son client offre assez de garanties pour pouvoir bénéficier de la liberté provisoire, alors que les juges estiment eux que Laurent Gbagbo pourrait prendre la fuite. Après avoir essuyé plusieurs rejets, les avocats ont visiblement changé de stratégie en mettant en avant la santé de leur client. Un nouvel argument, qui n’a visiblement pas convaincu les juges. Ce dernier rejet porte à au moins douze (12) le nombre de demandes de mise en liberté provisoire rejetées par les juges, alors que de nouvelles révélations de la presse mettant à mal le travail du parquet menacent de faire traîner encore longtemps le procès.

Révélations sur les ennuis de Bensouda

Courant 2016, Médiapart avait dénoncé l’arrestation et la détention de l’ex-président ivoirien par la CPI, du fait de l’inexistence d’un mandat d’arrêt contre lui. « Deux ans plus tard, en 2013, l’ancien président aurait dû être libéré : deux des trois juges de la Chambre préliminaire de la CPI, Christine Van den Wyngaert et Hans Peter Klaus, avaient estimé que les éléments de preuve présentés par Fatou Bensouda ne pouvaient « en aucune façon être présentés comme le résultat d’une enquête complète et en bonne et due forme », et ne pouvaient justifier une inculpation. Mais, curieusement, la voix de la troisième juge, Silvia Fernandez de Gurmendi, ancienne collaboratrice de Moreno Ocampo qui avait un avis opposé, a primé.

Au lieu de prononcer un non-lieu, la Chambre avait alors décidé, à la surprise générale, de donner une année supplémentaire à Fatou Bensouda pour qu’elle reprenne son enquête.», écrit le site d’information français qui a enquêté sur l’affaire.

Suspendu à l’issue de l’audition du 82e témoin présenté par le parquet, le procès peinent à reprendre véritablement. Il faut dire que depuis le début, les juges ne semblent pas très convaincus des preuves fournies par la procureure. Cela pourrait donc expliquer les différentes suspensions dont certaines ont été justifiées par le manque de moyens financier de la CPI. Depuis le 9 février, les juges ont fini par demander à Fatou Bensouda de revoir sa copie pour la troisième fois.

Les pro-Gbagbo crient au complot

Pour les partisans de l’ancien président ivoirien, les révélations sur le travail de la procureure confirment la thèse du complot international qu’ils ont toujours dénoncée. Hier, après le dernier rejet de la demande de mise en liberté de Laurent Gbagbo, un ancien ministre actuellement au Ghana a dénoncé «la suite logique du coup d’état français qui a renversé Gbagbo pour permettre à Ouattara de prendre le pouvoir». Joint par téléphone, un cadre du FPI, tendance Sangaré, affirme ne pas être surpris par l’arrêt de la CPI.

« Quel est ce criminel dont le procès fait autant de bruit ? Nous demandons la libération de notre camarade des mains de cette justice qui en réalité n’existe que pour protéger les intérêts des grandes puissances », soutient cet ancien directeur de société sous le régime Gbagbo.

Au moment où nous mettions sous presse, le parti de l’ancien président ivoirien n’avait pas encore réagi officiellement. Selon des sources proches de l’ancien président, le FPI devrait se prononcer bientôt sur cette décision de la CPI.

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    Zinzindohoue Gildas Il y a 7 mois

    Les pays africains doivent quitter ce organisation qui ne oeuvre que pour le compte des grandes puissances. C’est parceque Gbagbo à menacé l’intérêt de la France qu’il est devenu criminel international. La belle preuve c’est l’avènement de son homologue Ouatarra qui a été choisi par la France

  • Avatar commentaire

    Lui , oui il s’agit du président de la côte d’Ivoire n’a pas tué mais vos sanguinaires vont payer tôt ou tard , car les crimes sont toujours punis c’est vrai aujourd’hui vous rié et lorsque le PR de la côte voire sortira un jour vos gens seront à sa place . Dieu veille .

  • Avatar commentaire

    Lui , oui il s’agit du président de la côte d’Ivoire n’a pas tué mais vos sanguinaires vont payer tôt ou tard , car les crimes sont toujours punis c’est vrai aujourd’hui vous rié et lorsque le PR de la côte voire sortira un jour vos gens seront à sa place . Dieu veille .

  • Avatar commentaire
    Boubakary koné Il y a 7 mois

    Je retiens que le juge ne condamne pas mais plutôt nos actes.gbagbo Laurent mérite 💯 ans de prison ferme.tout le monde lui a parlé.l’ONU,L’UA, LA CEDEAO et j’en passe.meme LES ARTISTES qui n’ont pas parti politique lui ont parlé mais rien. Qu’il assume.

    • Avatar commentaire

      Pitié pour toi mon frère tu n’as rien compris l’Afrique n’a pas besoin de toi ta réaction est obsolète oui tu parles de l’ONU ,UA quand l’armée française Londres bombardaient Kadhafi où était ces organisations ? tu réfléchis de la même sorte que ceux qui ont vendu leur frère pour de l’argent ceUx qui on contribué à la traite négrière c’est grave réfléchis un peu OK elles peuvent pas faire avancer l’Afrique tu as compris.

  • Avatar commentaire

    “Qui cherche trouve. Et qui trouve sipporte”. C’est un ivoirien qui a vu juste qui dit ça.
    En son temps tout avait été fait pour lui évite la prison. Malheureusement, la cupidité et la haine de l’autre se traduisant par un régionalisme voire une forme de xénophobie ont pris le dessus. 
    Moi je n’appelle pas panafricanisme, le rejet des populations africaines ayant élu domicile dans un autre pays. 

  • Avatar commentaire
    Tchite' Il y a 7 mois

    C’est complot et même pas un secret. Quand un Africain dérangé….

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 7 mois

      On le met au gnouffe , hein ! ? 
      Pauvre de toi , où tu as même dérangement ici , on dit barbarie , et toi tu veux dire quoi ! 

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 7 mois

    Partisans de gbagbo là , si c’est pour libération de gbagbo , vous allez tellement crier jusqu’à extinction totale de vos voix .gbagbo , sera maintenu en détention , jusqu’à son jugement , il prendra des années de prison , et avec son grand âge , je pense qu’il sortira ses deux pieds devant , et la bière en Côte-d’Ivoire ne va cesser de couler et en croissance .

    • Avatar commentaire

      Quand ça vous arrange vous tenez des propos en votre faveur. Est ce que panafricainisme signifie envahissement? L’histoire jugera

  • Avatar commentaire
    C'est la fin du fcfa Il y a 7 mois

    Ce tribunal n a aucune hunanimite. Les pays de “l Afrique” doivent immediatement quitter cette institution qui est a la solde des Francais.
    A partir de cet instant ce tribunal doit etre vu comme des opresseurs et des terroristes internationaux. “l’ Afrique” n’a plus rien a faire avec ces opresseurs de la justice.