Formation des confectionneurs béninois sur le patronage et la gradation

Formation des confectionneurs béninois sur le patronage et la gradation

Il est ouvert depuis ce lundi 16 avril 2018 à Cotonou, la deuxième partie de la formation des acteurs de la confection au Bénin, sur le patronage et la gradation.

Europe : malgré la pression, l’Aquarius sauve 25 migrants

C’est dans le cadre du Projet de renforcement des capacités productives et commerciales du Bénin (Prcpc-Bénin), conduit par le Bureau de restructuration et de mise à niveau (Brmn).

Des professionnels du secteur de la confection au Bénin, sont en formation de cinq jours depuis hier lundi 16 avril 2018 à Cotonou, sur le patronage et la gradation. Elle est organisée par le Bureau de restructuration et de mise à niveau (Brmn). «C’est dans la continuité de ce que nous avons entrepris depuis deux ans, avec le Cadre intégré renforcé (Cir), dans le cadre du Projet de renforcement des capacités productives et commerciales du Bénin (Prcpc-Bénin)», indique le Directeur général du Brmn, Airy Tonato. C’est un projet qui bénéficie de l’appui technique et financier de l’Onudi à travers le Cir.

La présente session est la deuxième partie de la formation du genre, après une première en juillet 2017, spécifiquement consacrée au patronage et à la gradation de jupe et de pantalon. «Cette fois-ci, nous allons travailler sur le vêtement de buste. C’était l’attente de beaucoup d’entre vous» précise la formatrice, Catherine Coutant Caussanel, experte de l’Onudi. «J’ai amené du matériel qui va nous permettre de faire un travail plus efficient. Le programme est très dense pour quelques jours», ajoute-t-elle.

Parvenir au Bénin, à une offre exportable

La finalité de ce projet dans le secteur confection habillement, c’est d’arriver à disposer au Bénin d’une offre exportable, une offre à la fois de qualité et en quantité, à en croire le Dg/Brmn. Pour ce, le processus engagé par le Brmn est un processus qui exige «à modifier en profondeur le mode de production national, mais également le mode d’organisation des structures», informe le Dg. Sur ce sentier, d’après ses propos, les premiers résultats depuis un moment laissent croire que la démarche entreprise avec l’aide de l’Onudi et du Cadre intégré renforcé, commence à donner des fruits. C’est une évidence à en croire Rémy A. Sohou, chargé dudit projet au niveau du Cir. «Le Bénin n’est pas le premier à faire l’expérience. Les autres pays qui l’ont fait -Ghana, Côte-d’Ivoire, Tunisie, Maroc…- ont des résultats très positifs.», rapporte-t-il. Il espère que ce sera le cas au Bénin, et le levier pour le lancement de l’économie béninoise.

Pour y arriver sûrement, le Dg/Brmn invite les bénéficiaires de ce projet à nourrir au-delà de tout, de grandes ambitions à leur niveau. «Nous ne pouvons pas réussir une telle mission, si dans votre tête il ne se passe pas une révolution. C’est-à-dire que vous-mêmes, vous ayez des ambitions d’exporter. Ce n’est pas seulement votre qualité de travail qui doit changer, mais également votre approche, votre envie de grandir.», renseigne-t-il, rassurant que le Brmn à son niveau, fera ce qui est possible pour les accompagner

Commentaires

Commentaires du site 0