Imorou Bouraima : «La Fbf préfère plutôt faire la promotion du football des vétérans»

Imorou Bouraima : «La Fbf préfère plutôt faire la promotion du football des vétérans»

Représentant le ministre des sports Oswald Homéky à la finale du Tournoi international des centres de formation de football (Tic2f), Imorou Bouraima le directeur du sport et de la formation sportive (Dsfs), n’a pas fait que saluer l’initiative de Mounirou Daouda.

Football au Bénin: La ligue 1 reportée au 8 juillet

Dans cet entretien, il a laissé entendre sa vision pour réussir la gestion et le développement du football.

Quelle est votre appréciation de cette initiative tic2f ?

Le Tic2f est une très bonne initiative, et en tant que Directeur des Sports et de la formation sportive, je profite de cette occasion que vous m’offrez pour féliciter au nom du Ministre des Sports le promoteur de ce tournoi, Mr DAOUDA, et toute son équipe. Les efforts qu’ils fournissent, le sérieux et la rigueur qu’ils mettent dans l’organisation de ce tournoi qui en est à sa 8e édition et qui s’améliore chaque année, sont louables. Je suis heureux de constater cette année une finale entre 2 centres du Bénin, ce qui montre que des talents existent au chez nous, et qu’il existe des centres de formation sérieux contrairement à ce que déclarent certains responsables du foot. Nous, à la direction du sport et de la formation sportive, nous en avons enregistré une trentaine sur toute l’étendue du territoire, et les avons répartis en trois catégories suivant des critères objectifs, relatifs aux conditions d’encadrement, au cadre et infrastructures, et également au suivi scolaire ou métiers. A partir de cette année, il a été fait obligation à tous ces centres après la formation de leurs encadreurs par le ministère, de définir ou d’élaborer leur plan de travail annuel, mensuel et hebdomadaire, en tenant compte du guide d’orientation de la formation sportive.

Vous dites que vous avez recensé une trentaine de centres, alors que certains responsables du football dont le Président de la Fbf, disent qu’il n’y a pas de centre au Bénin.

Bien sûr qu’il y a des centres de formation au Bénin. Et la preuve est bien que face aux Ivoiriens, Ghanéens et Nigérians, nous avons deux centres béninois en finale. Je crois que la déclaration du président de la Fbf doit être perçue comme étant une vision de la vieille école de management du football, mais toujours en vogue à la Fbf. Aujourd’hui, vous êtes d’accord que toutes les grandes nations de foot sont passées par l’organisation et la promotion du football à la base au niveau des centres de formation, et de l’organisation des compétitions des catégories d’âges. Avez-vous jamais vu ça ici au Bénin ? La Fbf préfère plutôt faire la promotion du football des vétérans, en subventionnant à coups de millions un tournoi de vétérans. C’est à croire que nous voulons participer à une coupe d’Afrique ou du monde des vétérans. (Sourire)…

Est-ce que vous comprenez pourquoi au lieu d’investir dans la formation et la préparation de l’élite, on gaspille les sous dans un football de vétérans qui ne peut plus rien apporter au football national ? Moi non… Je salue au passage les anciens joueurs, que je prie de comprendre le sens de mon intervention. D’ailleurs, j’en ai rencontré à Gbégamey, Akpakpa et Parakou, qui s’en moquent.

Vous savez, moi je suis manager des organisations sportives et j’ai une autre vision de celle qui gouverne aujourd’hui notre football. Je ne suis pas président et je ne suis pas de ceux que le président écoute. C’est à dire ceux qui gèrent la Fbf avec le Président. Vous savez, la Fbf n’a aucun plan ou programme directeur par rapport à des objectifs clairement définis, aucune planification des activités et surtout aucune cohésion dans l’orientation des dépenses et le développement du foot au Bénin.

Vous voulez dire qu’il y a une navigation à vue au niveau de la Fbf. Qu’est-ce qui vous fait penser cela ?

Plusieurs raisons. Nous devons désormais, tous, nous préoccuper du développement de notre football. Et cela doit passer par une vision nouvelle, vers la promotion du football à la base, une gestion saine axée sur les résultats, et surtout une gestion qui rassemble et réuni toutes les compétences et acteurs du foot de ce pays, pour une communion d’esprit, une union de pensée et d’actions.

Est-ce possible?

Ah bon, vous pensez que ce n’est pas possible. C’est bien possible. Cà dépend juste de ceux qui dirigent. Sourire…

Est-ce une déclaration de candidature aux élections prochaines de la Fbf ?

Je ne dis pas forcément moi. Mais vous savez que j’ai les qualités et les compétences pour. Ça fait un moment que je suis dans les arènes du foot et je connais bien le milieu. Je connais bien les acteurs actifs qui œuvrent pour le développement du football et je connais bien les profiteurs, les saprophytes qui plongent ce football. Je ne suis pas encore en train de déclarer ma candidature ici, mais je suis en train de vous présenter le profil du prochain président de la Fbf dont je rêve, et bien sûr tout comme d’autres présidents de clubs, je peux bien faire l’affaire. On ne doit pas être égoïste dans cette révolution qui doit se faire, mais plutôt faire des sacrifices pour donner aux amoureux du football béninois les dirigeants qu’ils méritent, afin d’amener et faire rayonner nos équipes nationales aux grands rendez-vous.

Commentaires

Commentaires du site 0