Moudachirou Bachabi : « Nous n’avons pas choisi de travailler à offrir un chaos à ce pays »

Moudachirou Bachabi : « Nous n’avons pas choisi de travailler à offrir un chaos à ce pays »

Le Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin était ce matin l'invité de l’émission "Actu-matin" de la chaîne de télévision Canal 3 Bénin.

Bénin – Grève dans l’enseignement : Les élèves du Ceg 1 d’Allada réclament la reprise des cours

Moudachirou Bachabi est venu se prononcer sur la levée de la motion de grève par sa confédération syndicale et deux autres confédérations sœurs.

D’entrée, Moudachirou Bachabi a fait savoir que les différentes séances de négociations  que les centrales et confédérations syndicales ont eu avec le gouvernement depuis le début de la grève n’ont pas permis d’aborder les réelles préoccupations des travailleurs.

« On était en train de nous divertir des problèmes essentiels parce qu’on a commencé par le droit de grève, après on a défalqué et après on a dit que la grève est sauvage » a déclaré le Sg de la Cgtb.

De plus poursuit-il, les trois confédérations syndicales ont remarqué que le gouvernement était fermé aux négociations et voulait les avoir à l’usure. Pour Moudachirou Bachabi, les syndicalistes n’ont pas choisi de jouer sur ce terrain. «Nous n’avons pas choisi de travailler à offrir un chaos à ce pays » a laissé entendre M Bachabi.

C’est donc pour cette raison que les trois confédérations ont décidé de marquer un arrêt afin d’affiner d’autres stratégies qui leur permettront de se faire entendre. Il a par ailleurs souligné que cet acte n’est pas une capitulation, mais un repli tactique. Un acte responsable vis-à-vis des fédérations qui composent leurs confédérations syndicales.

« De petites victoires »

Le secrétaire général de la CGTB a pour finir fait savoir que la grève a permis aux confédérations syndicales de  remporter quelques petites victoires. A l’en croire, les confédérations syndicales ont réussi à ramener le pouvoir à la table des négociations ce qui n’était pas le cas au début de la grève. Elles ont également fait reculer le gouvernement devant son dessein de supprimer le droit de grève aux travailleurs. Pour Moudachirou Bachabi, il faut souligner ces petites victoires qui apparemment échappent à beaucoup.

Commentaires

Commentaires du site 0